Le collectif Pour une convention citoyenne pour le climat en Auvergne Rhône-Alpes organisait ce jeudi 14 janvier à l’Alternatibar sa conférence de presse de lancement. Un projet qui n’en est encore qu’à ses balbutiements. Première étape : la consultation citoyenne. 

Source : Léa Dornier

Ce 14 janvier s’est déroulée une conférence de presse organisée par le collectif Pour une convention citoyenne pour le climat en Auvergne Rhône-Alpes (CCC Aura). Une initiative lancée par des citoyens et citoyennes et soutenue par de nombreuses associations dont Alternatiba, Greenpeace Lyon et Youth for climate. L’objectif est d’obtenir “la mise en place d’une assemblée citoyenne similaire à la CCC nationale dont le mandat porterait sur l’action de la Région” à la prochaine mandature

Un plan en trois étapes 

Le processus doit se dérouler en trois étapes afin de constituer un “document de cadrage” permettant de mettre en forme la convention. La première phase, appelée “phase de contribution”, est déjà en cours et doit s’achever le 15 février. Sur la base d’une consultation en ligne, chaque citoyen peut répondre aux sept questions fondamentales à l’élaboration structurelle de la convention. Une pétition est également accessible en ligne. Enfin, il est possible de rejoindre le collectif pour participer aux groupes de travail. Jusqu’à mi-mars, s’ensuivra une phase de synthèse des contributions. La phase finale d’arbitrage se terminera mi-avril.

Source : Nathan Chaize

La CCC nationale a grandement inspiré le collectif : “Le processus democratique de la convention citoyenne s’est avéré intéressant, on a donc voulu l’adapter à l’échelle régionale. » explique Marin Bisson, membre de Youth for climate. Le projet pourra notamment bénéficier de l’expérience de la CCC nationale, tout en s’appuyant sur l’adhésion populaire aux propositions citoyennes.

La région, un acteur capable d’agir

L’élaboration d’une convention citoyenne régionale n’est pas inédite. Celle organisée par la région Occitanie, lancée au début de l’été 2020, est déjà très aboutie. A la différence que celle-ci a été portée par la région elle-même. Pour le collectif, élaborer ce projet à l’échelle locale est pertinent dans la mesure où la région gère l’organisation de nombreux aspects de la vie collective qui impactent nos émissions de gaz à effet de serre, comme les transports. Afin d’aider les citoyens à comprendre quelles compétences relèvent de cette institution, les militants mettent à disposition sur leur site web un certain nombre de ressources. 

“On a fait le pari de l’intelligence collective” 

En vue d’arriver à une représentativité de l’ensemble de la région Auvergne Rhône-Alpes, des événements auront lieu sur l’ensemble du territoire, c’est d’ailleurs le rôle du pôle “élargissement”. L’idée est d’impliquer tous les citoyens dans la conception d’un plan de transformation structurelle du territoire : “On a fait le pari de l’intelligence collective” commente Andy Battentier. Le collectif est convaincu de la nécessité de l’adhésion de l’ensemble de la société civile : “Si on est tous engagés ensemble, on aura un impact et on a le devoir de le mettre en œuvre.”