Les 
Droits civils en Palestine (non exhaustif)

 

Selon quelques observateurs, Israël serait la “seule démocratie” du Moyen-Orient. Mais le traitement des Palestiniens en Israël, qui constituent 20 % de sa population, est la preuve qu’Israël est tout sauf démocratique. Inventaire non-exhaustif, tant les exemples sont nombreux, des revendications sociales et politiques palestiniennes, glanées dans les sites pour les droits civils : Adalah et The Electronic Intifada notamment.

A Jérusalem, les habitants subissent au quotidien la pression de l'occupation_1

A Jérusalem, les habitants subissent au quotidien la pression de l’occupation

Basée sur la religion et le nationalisme ethnique, la discrimination dans l’État d’Israël contre les citoyens arabes concerne leurs droits économiques, sociaux et culturels, leurs droits à l’éducation et à l’eau. Leur droit à la dignité également, eux qui souffrent chaque jour de racisme et d’incitation à la haine raciale. Dans l’État juif, les non-juifs sont des étrangers dans leur propre pays.

Une forme de nettoyage ethnique :

Conseiller des droits de l’homme des Nations unies, Richard Falk a déclaré au Conseil de l’ONU qu’Israël procède à une forme de nettoyage ethnique contre les Palestiniens à Jérusalem-Est.
— En janvier 2013, Israël a admis que les immigrants juifs éthiopiens ont reçu des contraceptifs à leur insu, afin de diminuer le taux de natalité de la communauté.
— 13 % de Jérusalem-Est est “zone constructible” pour les Palestiniens, contre 35 % pour la colonisation. Les constructions “illégales” et s’exposent à des démolitions.
— les villages des Bédouins, pourtant citoyens israéliens, n’ont pas de services publics.
— À Jérusalem-Est, depuis l’annexion de 1967, plus de 14 000 cartes d’identité de Jérusalémites palestiniens ont été révoquées leur faisant ainsi perdre tous leurs droits.

L’apartheid est aussi éducatif :

— plus de 5000 enfants palestiniens dans Jérusalem-Est occupée ne sont pas scolarisés
— le gouvernement israélien dépense plus pour chaque enfant juif à l’école primaire que pour chaque enfant palestinien
— en 2014, 75 % des enfants de bédouins en Israël n’a eu aucun cadre éducatif, contre 5 % pour les enfants juifs israéliens à cet âge
dans les colonies israéliennes, des enfants palestiniens sont obligés de travailler durement pour survivre
.

Les violences policières sont quotidiennes :

— “l’état d’urgence”, en usage depuis la création de l’état en 1948 a permis de démolir et de sceller des maisons, expulser les résidents, détenir administrativement des milliers de personnes, imposer des couvre-feux et des fermetures sur les villes et villages…
— les meurtres réguliers de la police restent impunis : plus de 90 % des plaintes contre la police sont classées sans suite. La plupart des plaintes sont refermées sans avoir obtenu les témoignages des plaignants et sans enquête, en violation du code juridique israélien. Seulement 3,3% ont conduit à des mesures disciplinaires contre les agents de police et un simple de 2,7% a abouti à des poursuites.
— en Israël, pour des jets de pierres on passe devant un tribunal militaire, même si l’on est mineur
— la maltraitance des enfants dans le système de détention militaire est “généralisée, systématique et institutionnalisée”
— la police ne défend pas les Palestiniens contre les extrémistes sionistes. Les sites religieux de la population musulmane arabe ne sont pas protégés par des gardes privés payés par le contribuable israélien, comme ceux des juifs. Pourtant selon l’article 7 de la Déclaration universelle des droits de l’homme de 1948, “Tous sont égaux devant la loi et ont droit sans distinction à une égale protection de la loi”.

Des détentions illégitimes :

Selon Amnesty International, Israël utilise la détention administrative pour “réprimer les activités légitimes et pacifiques des militants dans les territoires palestiniens occupés.”
— Il y a actuellement 6000 détenus politiques palestiniens dans les prisons israéliennes
— Amnesty appelle à la “libération immédiate et inconditionnelle” des 500 prisonniers palestiniens détenus en détention administrative

La liberté d’expression est régulièrement attaquée :

— les autorités israéliennes essaient par la force de fermer des chaînes de télévision palestiniennes : Palestine 48, Wattan TV, PalMedia ou encore la station RT.

On pourrait continuer longtemps cet inventaire tant les lois d’apartheid en Israël sont nombreuses…

sources :
https://electronicintifada.net/
http://www.adalah.org/

 

Sylvain Ortega

Journaliste de formation et Lyon Bondy Blogueur, j'écris sur des sujets variés (politique, société, cultures urbaines...) et participe aux différentes activités de l'association. Longue vie au LBB ! https://twitter.com/SylvainOrtega