Un NH90 du 1e régiment d’hélicoptère de combat (1e RHC) de Phalsbourg a transporté deux patients infectés par le Covid 19.

Au vu de la situation sanitaire actuelle en France, l’armée française a été sollicitée pour épauler les soignants, ralentir la propagation du virus, faciliter le transfert des malades Covid-19. Depuis les hôpitaux surchargés vers ceux qui ont plus de capacité d’accueil. Cette mesure a été décrétée par le Président de la République lors de son allocution en direct de l’hôpital militaire de campagne à Mulhouse. Le 25 mars 2020.

Cette opération de grande ampleur, “Résilience”,  a également été appliquée au sein de la Région Auvergne – Rhône – Alpes. Grâce à un entretien avec la cellule communication du gouverneur militaire de Lyon, nous avons pu recueillir des informations quant au fonctionnement de cette intervention. Effectivement, ce sont les préfets qui entrent directement en contact avec les délégués militaires départementaux. Ils le font lorsqu’ils estiment qu’ils n’ont pas les moyens d’assurer le transport des patients par exemple, plus généralement la logistique propre à ce type de situation. En effet, dans notre région, c’est surtout dans ce domaine que l’armée intervient. Elle utilise des hélicoptères NH90 Caïman pour transférer des patients en réanimation, placés dans des soutes séparées du poste de pilotage grâce à des mesures de protection. Notamment vers les centres hospitaliers de Grenoble et de Clermont-Ferrand. Les militaires n’ont pas reçu de formation spécifique, cependant ils respectent les gestes barrières classiques, portent des masques, et dans certains cas “revêtent les tenues des médecins du SAMU”. Notre interlocutrice nous explique que “200 élèves médecins interviennent dans les hôpitaux qui le nécessitent” . Ces dispositifs existent déjà avec l’opération “Sentinelle”. Mise en place suite aux attentats qui ont touché le territoire français ces dernières années.