Pire défense de National avec toujours zéro victoire au compteur, Lyon recevait Bastia-Borgo une semaine après son nul à Saint-Brieuc (1-1). Pour une nouvelle soirée douloureuse. 

Suspendu, Emmanuel Da Costa avait décidé de partir en 3-5-2 avec Ezikian en 10 derrière Rivas et Botella, Tounkara prenant sa place en piston droit comme face à Avranches, il y a deux semaines (0-0).

Il ne s’était encore rien passé de spécial dans ce match que les Bastiais ouvraient déjà le score par Diarrassouba, après une tête bien décroisée sur leur premier corner (0-1, 4′). De quoi mettre un bon coup derrière la tête des Lyonnais, encore obligés de faire la course derrière le score, le pied sur le ballon mais sans parvenir à se montrer réellement dangereux. Bien que menacés par la vitesse d’Isidor dans leur dos, les défenseurs duchérois concèdent peu d’occasions franches, hormis une demi volée du dernier nommé à la demi-heure de jeu.

Une fois n’est pas coutume, le match n’allait pas tarder à passer du très moyen au véritablement infernal. Suite à un mauvais contrôle, Ezikian redouble d’effort pour récupérer le ballon mais lâche un tacle énervé et complètement à contre-temps sur Doumbia. L’arbitre, déterminé à ne rien laisser passer, dégaine immédiatement le carton rouge (37’). Mais les Sang et Or n’en restent pas là : une poignée de minutes plus tard, l’ancien Niortais Frédéric Bong se voit lui aussi exclu, après avoir vilipendé l’arbitre Anthony Ustaritz qui venait de l’avertir (42’). Alors qu’Isidor manque complètement son face à face contre Kacou (45’), le penalty obtenu par Botella dans les arrêts de jeu de la première mi-temps sonne presque comme un miracle ; décidé à se faire justice lui-même, l’ancien strasbourgeois prend Escales à contrepied mais sa frappe heurte le poteau (45’+3). Réduits à neuf et menés d’un but, les Duchérois rejoignent les vestiaires en bien mauvaise posture. Botella est remplacé par Ngwabije pour la deuxième mi-temps.

Espoir et retour sur terre

Dès la reprise, les Lyonnais sont logiquement mis en difficulté, et Raoul manque de faire le break d’une frappe à l’entrée de la surface. Le rythme semble baisser jusqu’à l’heure de jeu, alors que les Bastiais ne parviennent toujours pas à creuser l’écart. Après un corner, Jonathan Rivas allume la lucarne d’Escales et ramène La Duchère au score contre toute attente (1-1, 65′). Galvanisés, les Lyonnais se rapprochent de la surface adverse et Ngwabije trouve une belle position de frappe après une belle combinaison à l’entrée de la surface, mais sa tentative est dévissée. Remontés, les Bastiais multiplient les tentatives contrées, mal dosées ou trop molles pour inquiéter Kacou. Les lyonnais, eux, restent bien regroupés dans leur 4-3-1, déterminés à conserver un score déjà inespéré. A cinq minutes de la fin du temps réglementaire, Magassouba fait trembler Balmont en trouvant la barre transversale de Kacou sur une tête lobée (86’). Les derniers instants du match s’apparentent à une lutte pour conserver le score, parsemée de vains espoirs d’obtenir trois points improbables sur une situation de contre. Mais la muraille duchéroise finit par s’effondrer : Durbant envoie une tête dans les filets de Kacou à l’entame du temps additionnel (1-2, 90’+1). Sonne le coup de sifflet final, et la satisfaction d’avoir fait bonne figure dans une seconde période devient alors presque anecdotique pour les lyonnais. La dernière place au classement, elle, l’est beaucoup moins.

Fier de la deuxième période de ses hommes, Emmanuel Da Costa était toutefois abattu et en colère en conférence de presse.

Emmanuel Da Costa (SCL) : « Faire une mi-temps aussi aboutie… je sais qu’on en est capable. Mais cette équipe a besoin d’être au pied du mur pour pouvoir réagir. Les dieux du foot se sont échappés sur mon île préférée. Ils sont loin de Villefranche, ils sont loin de l’OL, ils sont loin de nous. Ca n’excuse pas notre début de rencontre timoré, sur le début de match on se met une balle dans le pied. J’ai haussé la voix à la mi-temps, parce que c’était électrique. 92e, un centre contré qui finit idéalement sur l’adversaire… ils étaient tous très abattus, la tête dans le guidon. Je me devais de les féliciter après ce qu’ils ont fait, je leur ai dit que même si le foot était cruel, qu’ils pouvaient être fiers d’eux. On s’en fout des autres. Notre début de saison est cata, on va pas se voiler la face. On est derniers, il faut assumer. Cholet est dans une phase euphorique, avec un match très prolifique ce soir. Ca va être très compliqué. J’ai peut être l’image d’un râleur, mais sincèrement, quand vous jouez un petit peu au foot et que vous avez ce genre de décision là, il faut être costaud » 

Jean-André Ottaviani (FCBB) : « De la satisfaction mais beaucoup de colère, parce que Lyon aurait pu l’emporter. On a pas trouvé les espaces en deuxième mi-temps, techniquement on a pas été juste. On aurait du attendre, être plus sereins et profiter des contres. On va pas non plus verser dans la tristesse, parce qu’on a quand même pris trois points ! »

Sporting Club de Lyon – FC Bastia-Borgo : 1-2 (0-1). 

Sporting Club de Lyon : Kacou (40) – Bong (2) [C], Seguin (5), Pierre-Charles (26), Dekoke (14) – Ayari (23),  Gbellé (24), Ezikian (22) – Botella (20) (Ngwabije, 45’) , Tounkara (7) (Jacob, 35’), Rivas (11).

Remplaçants : Hautbois (1), Ghezali (21), Ngwabije (28), Araujo (33), Nomel (9), Jacob (29)

Cartons jaunes : Pierre-Charles (45’).

Cartons rouges : Ezikian (37′), Bong (42’).

FC Bastia-Borgo : Escales (1) – Barbet (22), Buon (4),  Lajugie (19),  Cropanese (10) [C],  Doumbia (8), Giacomini (12) (Magassouba, 32’), Diarrassouba (29), Umbdenstock (20) (Marmot, 73’) – Raoul (7), Isidor (18).

Remplacants : Guerin (16), Hamdi (5), Marmot (25),  Magassouba (29), Paye (14), Durbant (9).

Cartons jaunes : Barbet (60’), Giacomini (75’).

 

Les derniers articles par Maxime Pechkechian (tout voir)