Les membres de l’association vaudaise créée en 2010 s’attèlent à défendre et promouvoir un hip-hop trop souvent décrié par la conscience populaire. À travers un panel d’activités socioculturelles, ils proposent un accompagnement cadré aux jeunes artistes pour les mener jusqu’à l’aboutissement de leurs projets. En juillet prochain, l’évènement Star Intercités mettra en avant son champ d’action.        

La FRHHCU (fédération régionale du hip-hop et des cultures urbaines) appelée communément FEDEVO et lancée par des artistes militants se destine désormais avec une ferveur assumée à la promotion de ce courant dans la région Rhône Alpes. Ainsi une école, véritable rampe de lancement, s’est érigée au service des jeunes artistes voués aux différentes disciplines : rap, danse et graffiti.

« Nous sommes des créatifs et nous essayons de développer avec d’autres acteurs les bases du hip-hop tout en contaminant les gens de notre passion, d’où l’idée de fédération. Des jeunes d’une vingtaine d’années viennent régulièrement nous faire part de leur désir de monter leur projet et nous leur faisons profiter de nos réseaux. » Explique le président de FEDEVO Rudy Moradel.

Diversifier les activités pour mieux fédérer

Très organisée, la structure est basée à Vaux-en-Velin, qui est déjà un fief du hip-hop régional. Elle se présente sous quatre pôles différents : relations extérieures, évènementiel, socioculturel et socio-éducatif.

Au niveau artistique, le pôle événement illustre cet activisme avec des festivals, des expositions vernissage, des concours battle et des spectacles qui sont cependant encore difficiles à mettre en place. Ils représentent 10 % de l’activité de la structure.

« Nous ne sommes pas encore rentrés dans les financements concernant la culture au niveau des institutions et mairies. Ils ne sont pas encore assez conséquents pour que l’on puisse créer plus de spectacles. »

Former, un challenge porteur pour le hip-hop

FEDEVO assume activement son rôle dans la création à travers l’accompagnement dans la conception de projets.11091279_900043770058496_318723447943775569_n On se rend vite compte que la structure vaudaise n’est rien d’autre qu’un vecteur de cohésion sociale avec des projets socio-éducatifs estimés autour de 40 % de son activité, et 10 % pour la création artistique. On ne peut omettre la formation artistique avec Urban School, un projet pour l’enseignement de la culture hip-hop avec des équipes pédagogiques dans les écoles, collèges et lycées.

Les tutorats pour les BPJEPS sont l’une des grandes fiertés de l’association. Rudy considère que former des encadrants pour les jeunes artistes est un moyen de donner une autre image du hip-hop aux institutions : « Nous en avons validé trois. Ce ne sont plus des jeunes qui font “Wesh !” mais des gens qui sont vraiment formés et diplômés. Il y a donc une crédibilité à gagner pour le hip-hop. »

Un réseau riche à portée des artistes

Il y a la formation et l’appui technique des jeunes artistes dans leur réalisation de projet mais surtout leur professionnalisation présenté comme le cheval de bataille. L’autonomie est donc l’un des buts principaux. Les relations extérieures et les partenaires associatifs — qui sont près d’une cinquantaine — permettent de fédérer même avec l’étranger, comme avec le Japon ou les États-Unis.

FEDEVO dispose également d’un réseau de partenaires privés et institutionnels. Elle les met à disposition des artistes tout en assurant la coordination. Sans oublier de gérer l’accompagnement avec le public ciblé lors des évènements ou des initiatives comme le happy Battle #4, Black Demo Girls, Graffi’k Art, Urban Barbeuk et bien sûr Stars Intercités au C.C.O de Villeurbanne.

Star Intercités, vitrine du hip-hop régional

Cet évènement socio-éducatif et socioculturel à destination des jeunes de 10 à 21 ans s’organise sous la forme d’un grand concours artistique. C’est un moyen d’offrir une nouvelle visibilité à des artistes discriminés et de favoriser les échanges avec le public et les différents partenaires. Et par la suite encourager la création dans les zones urbaines sensibles.

En juillet prochain, les demies-finales de cette compétition opposeront des groupes séparés dans deux catégories d’âge (10-15 ans et 16-21 ans) issus des qualifications et de présélections dans les villes partenaires de la région. Ils devront présenter sur scène des spectacles de leur création et seront jugés par un jury de professionnels (danseurs, chorégraphes, DJ, interprètes, réalisateurs).

Le parrain en sera Kerry James. L’ancien rappeur de la Mafia K » 1 Fry, qui compte plus de 20 ans de carrière et qui est de plus impliqué auprès des jeunes. À travers l’association ACES (Apprendre, Comprendre, Entreprendre et Servir), il entreprend une tournée acoustique où une partie des cachets est reversée à un jeune pour financer ses études. Au-delà des textes et des valeurs défendues, c’est une des raisons pour laquelle FEDEVO l’a choisi.

 

Pour aller plus loin

STARS’INTERCITES # 1 : LA DEMI-FINALE

Mohamed Braiki

Natif de Lyon et enfant des Minguettes,je suis diplômé de Lettres de la Fac de Lyon 2 et l’EFAP Rhône Alpes. J’ai roulé ma bosse dans des rédactions lyonnaises comme la radio Lyon Sport 98.4, Le Progrès,Foot 69.fr, Tribune de Lyon et Lyon Capitale.

braikimohamed@yahoo.fr