Crée il y a moins de deux mois, La Fabrique a connu un succès immédiat avec son premier évènement : La Garden. Cédric Marillat, membre et fondateur de La Fabrique, nous raconte l’histoire de ce collectif de cinq étudiants.

10387577_1428181100800937_4442630710203455800_n

La Fabrique se revendique d’abord comme un collectif révélateur de talents : « On organise des évènements mêlant musique, talents lyonnais et convivialité », annonce d’emblée Cédric. Les cinq membres du groupe organisaient déjà des soirées avec le Bureau Des Etudiants (Be Com) de leur faculté de communication. Portés par le désir de créer leur propre association, ces étudiants de L2 ont assemblé leurs connaissances pour faire naître un projet commun : La Fabrique.

« Ce qui me plaît dans le collectif c’est le groupe, la notion d’entrepreneur »

Le jeudi 17 avril 2014, le BDE Be Com’ envoyait ses étudiants fêter la fin de l’année universitaire dans la boîte de nuit lyonnaise La Cour Des Grands. Cette dernière ayant des difficultés à se faire connaître, elle en appelle aux membres du BDE pour organiser des soirées et amener une clientèle nouvelle. Un mois plus tard, La Fabrique arrive avec son premier évènement : La Garden. Une soirée, 800 personnes, un succès immédiat.

« On ne nous prenait pas au sérieux, mais on a su organiser quelque chose d’original et de différent. On a surpris beaucoup de monde. »

Face à un tel succès, une agence organisatrice d’évènements n’a pas tardé à faire appel aux jeunes entrepreneurs pour qu’ils exportent leur projet dans les boîtes de nuit lyonnaises. Une succession de soirées a eu lieu, la dernière de la saison est prévue pour le 14 juillet prochain.

1069816_1412268572392190_7840982188533494187_n

Et pour la rentrée ? En plus d’être à la tête de La Fabrique, tous les membres font des études de leur côté. Mais Cédric ne semble pas inquiet de devoir combiner les études et le collectif : « On organisera certainement moins d’évènements, mais ils seront plus importants qu’avant ». Les membres veulent d’abord se déclarer en tant qu’association pour gagner en indépendance et à l’avenir, proposer de nouvelles choses.

« On veut faire autre chose que des soirées, devenir un vrai groupe de com’ et travailler avec des restaurants ou des entreprises autres que des boîtes de nuit »

Il ne faut pas oublier que le collectif est avant tout révélateur de talent. Il fait appel, entre autres, à des DJ qui veulent se faire connaître de la scène lyonnaise afin de leur permettre une certaine visibilité. Les membres souhaitent conserver cet aspect en l’élargissant à d’autres domaines que celui de la musique. En quelques mots : « On veut révéler des talents aux gens. »