Les Semaines des handicaps villeurbannaises ont débuté ce lundi. À l’occasion de cet événement, la ville souhaite sensibiliser, débattre et surtout dé-stigmatiser les personnes en situation de handicap. Agathe Fort, adjointe au maire chargée de la ville inclusive, de la lutte contre les discriminations et de la santé évoque un projet « ambitieux ».

Agathe Fort, adjointe à la mairie de Villeurbanne, chargée de la ville inclusive, de la lutte contre les discriminations et de la santé. Crédit Photo : Ville de Villeurbanne / service communication / Gilles Michallet.

Une véritable volonté politique se dégage des Semaines des handicaps. Pour cette 6e édition, l’objectif est de rendre visible ce sujet de société, mais aussi de confronter la population villeurbannaise à la stigmatisation et aux stéréotypes des personnes en situation de handicap. « On part du principe que la méconnaissance du handicap créer des discriminations. On a besoin d’aller lutter contre ces stéréotypes sur les handicaps », explique Agathe Fort. Adjointe depuis juillet 2020, l’élue veut élever les esprits, en prônant un événement accessible à tous, de façon inclusive.

L’accessibilité au centre

« C’est intéressant de réfléchir à l’accessibilité dans sa globalité, pas que pour le fauteuil roulant. Elle est souvent réduite à cela. Nous avons de l’accessibilité pour les personnes déficientes visuelles et auditives », indique Madame Fort. Villeurbanne porte haut les enjeux d’accessibilité et se positionne même en précurseur : « On est plutôt en avance, par rapport à d’autres villes. Toutes ne sont pas à ce niveau là, je le regrette. » L’engagement de la municipalité est de longue date concernant les handicaps et l’accessibilité. L’adjointe s’inscrit dans cette continuité politique et souhaite aller plus loin : « Nous avons des politiques assez ambitieuses, c’est le moment de les faire valoir et de les valoriser lors de ces Semaines. »

La ville a également souhaité faire un « maillage territorial », pour éviter la concentration des activités à Gratte-Ciel.

Une programmation riche en partenaires

« Nous avons travaillé avec nos établissements publics : nos écoles maternelles et primaires, mais aussi avec le Rize, les médiathèques, le TNP… », précise l’adjointe. Les Semaines des handicaps sont une expérience entièrement gérée par Villeurbanne, par choix. La programmation contient des expositions, des cinéma/débats, des ateliers numérique, des conférences… Autant d’activités qui permettent le vivre-ensemble et le partage autour du handicap. Malgré la Covid, Agathe Fort souhaite que cet événement soit avant tout « festif et inclusif », sans mettre en danger les participants et les organisateurs. L’ensemble de la programmation est maintenue, ce que salue l’adjointe : « On a fait le pari de continuer la vie, ces sujets méritent qu’on en parle. On relève le défi et je crois qu’on a bien fait. »

Photo prise lors des Semaines des handicaps de l’année précédente. Crédit photo : Ville de Villeurbanne – Gilles Michallet

Pour Agathe Fort, il est difficile de chiffrer les personnes en situation de handicap à Villeurbanne, et plus généralement en France. Beaucoup de personnes ne se déclarent pas, mais pour l’adjointe, « il y a bien plus de personnes en situation de handicap que l’on ne le pense ». Selon l’OCIRP, environ 12 millions de français sont touchés par un handicap.

Interview d’Agathe Fort :

Inès Apetovi.