Lyon n’a tout simplement pas fait le poids face à l’ancienne formation de Manu Da Costa, en encaissant trois buts en moins de dix minutes avant la pause.  

Le SCL pouvait tenter d’aligner cinq matches sans défaite, hier soir à Balmont. En face : un Quevilly en confiance qui sortait d’une victoire 4-0 face à Bastia-Borgo, mené par un Andrew Jung meilleur buteur de National. 

Les Lyonnais ont été surclassés sur leur pelouse.

Le premier quart d’heure du match se résume à une salve de coups de pied arrêtés des deux côtés du terrain sans réelle occasion franche. Ce jusqu’à la parade monstrueuse de Hautbois sur une reprise puissante de Dadoune, joliment servi par Jung (19′). La rencontre est encore plutôt ouverte et les Duchérois s’offrent leur petit lot d’occasions avant la demi-heure de jeu : Dekoke est tout près de reprendre le ballon tout proche de la ligne de but après un long centre d’Araujo au deuxième poteau (25′) ; presque dans la foulée, Nomel repique au centre depuis le côté droit, élimine son vis à vis puis se remet sur son bon pied, mais son tir est trop écrasé pour inquiéter Lemaître (28′). 

Malgré ces quelques occasions, c’est bien Quevilly qui prend progressivement le jeu à son compte et finit par ouvrir la marque assez logiquement sur corner, par Dadoune (0-1, 33′). Alors qu’Araujo, blessé, cède sa place à Tounkara, les Normands se mettent en ordre de marche et pulvérisent le SCL en moins de dix minutes. Lancé par Belkorchia dans le dos de la défense, Jung sert une nouvelle fois Dadoune, qui s’offre le doublé (0-2, 38′). Le buteur y va de son propre but dans la minute qui suit, profitant d’un ballon perdu par les Lyonnais après une touche aux 25 mètres (0-3, 40′). Lueur dans l’obscurité : Nomel part seul face à Lemaître mais manque son duel. Tounkara se couche bien pour la reprendre mais Padovani, d’un brillant sauvetage sur sa ligne, empêche la Duch’ de revenir aux vestiaires avec un brin d’espoir (43’).

Pas de miracle

En deuxième mi-temps, Lyon ne se montre pas plus inspiré. Insipides, ils concèdent bon nombre d’occasions, mais Nade est fort heureusement signalé hors jeu, alors qu’il partait seul sur un contre mené par Haddad (52′). Lyon n’existe pas, et Dadoune a même plusieurs occasions de s’offrir le triplé, par une belle frappe lointaine finalement au-dessus (58′) puis une tête bien captée par Hautbois. Manu Da Costa tente un coup tactique en faisant sortir Jacob, remplacé par Jo Rivas, aligné avec Botella. Cela laisse des espaces dans le dos, et n’empêche pas Quevilly d’apporter le danger. Percutant tout au long de la rencontre, Haddad s’amuse pour déborder sur le côté gauche mais son centre en retrait ne trouve personne, quelques minutes après une frappe décroisée qui avait frôlé le montant (62′). Globalement, Lyon se montre sans relief malgré un piqué manqué par Ezikian en fin de match (86’) et concède une défaite logique qui les maintient dans la zone rouge.

Emmanuel Da Costa a estimé que ses joueurs étaient « retombés dans leurs travers ».

Bruno Irles est revenu sur les qualités de son groupe. 

Sporting Club de Lyon : Hautbois (1) – Gbellé (24), Seguin [C] (5), Dekoke (14), Pierre Charles (26) – Fadhloun (6), Jacob (29) (Rivas, 62′),  Ezikian (22) – Araujo (10) (Tounkara, 35′), Botella (20), Nomel (9) (Ayari, 78’).

Remplaçants : Kacou (40), Tounkara (7), Jacob (29), Rivas (11),  Ghezali (21), Rivas (11), Ayari (23).

Cartons jaunes : Seguin (70’), Ezikian (80’).

 

Quevilly Rouen Métropole : Lemaître (1) – Belkorchia (25) (Gobron, 71’), Nade (3), Padovani [C] (5), Taillan (20) –  Bahassa (28) (Pinson, 81’), Sangare (17), Diaby (4), Haddad (10) – Dadoune (7), (Toussaint, 71), Jung (9).

Remplaçants :  Lejeune (30), Rotsen (35), Toussaint (29), Pinson (27), Gobron (24).

Cartons jaunes : Sangare (22′), Bahassa (76’), Gorbon (88’).