Notre dossier sur les 100 premiers jours du mandat de Grégory Doucet se poursuit aujourd’hui avec Nicolas Markovic. Militant Europe Ecologie Les Verts, il avait été 30ème sur la liste de Sonia Zdorovtzoff dans le 8ème arrondissement. Sans surprise, il livrait le 19 octobre un regard positif sur l’action de la majorité municipale. 

Cet entretien a été réalisé le lundi 19 octobre 2020. Il est important de le remettre dans son contexte, notamment au regard des annonces municipales (annulation de la Fête des Lumières) ou gouvernementales (reconfinement). 

Quel regard portez-vous sur le début de mandat de Grégory Doucet ?

Un regard de surveillance et en même temps de sympathie et d’encouragement puisqu’il porte des sujets écologiques à contrario des propositions classiques. Je suis assez satisfait de ces premiers moments. Les élus nous ont déjà dit que c’était aussi à nous de leur rappeler le programme et qu’ils devaient s’y conformer.

Quel est selon vous le dossier principal que la Mairie doit traiter en priorité et faites-vous confiance à Gregory Doucet et son équipe pour y faire face ?

Personnellement, ce serait plus de verdure, que l’on priorise davantage l’environnement. En clair la biodiversité. C’est celle qui nous fait vivre. Je prends l’exemple des abeilles qui sont impactées par l’humain. On pourrait aussi parler d’économie. Essayer de relocaliser l’économie, par exemple par l’agriculture. Je parle ici d’agriculture péri-urbaine.

Le Maire et le président de la Métropole ont demandé jeudi 1er octobre au Premier Ministre l’assouplissement des mesures sanitaires dans la métropole lyonnaise. Grégory Doucet avait montré qu’il était contre la fermeture des bars, qu’aviez-vous pensé de sa position sur le sujet ? Selon vous, quelles répercussions aura le couvre-feu sur les Lyonnais ?

Je suis tout à fait en accord avec sa position. Ce n’est pas forcément une mesure pertinente. Elle est même absurde, puisque tout sera juste décalé. A la limite ça a un impact sur l’environnement, autant faire directement le confinement dans ces cas-là.

En septembre, Grégory Doucet a signé une tribune pour un moratoire sur la 5G, afin qu’il y ait avant son déploiement, un débat démocratique à son propos. Êtes-vous d’accord avec cette tribune ?

Absolument ! Je suis de toute façon contre la 5G. Il n’y a pas de nécessité absolue à la 5G ! On pourrait aussi améliorer déjà la 4G. Cela va faire un appel d’air sur les usages, il va y avoir une multiplication d’outils, d’appareils et de services. On continue dans le même délire qu’avant. Cela ne va pas aller avec l’écologie mais à son encontre.

Dernièrement, Grégory Doucet prévoyait de maintenir la fête des lumières à une jauge de 5000 personnes. Pensez-vous qu’il est encore possible de la maintenir, et dans quelles conditions ?

C’est une condition compliquée, 5 000 personnes je ne pense pas que ce soit une bonne idée. Quelles sont les conditions pour choisir les 5 000 ? A la limite si c’était par tirage au sort… Mais je pense qu’il faut annuler au vu du contexte sanitaire. On va voir comment ça va se passer dans les prochaines semaines. J’ai cru comprendre qu’il va y avoir des tests du coronavirus qui vont donner des résultats en 30 minutes, ça peut être intéressant. Ca devrait par ailleurs être la priorité du gouvernement.

Voyez-vous une différence dans vos capacités à discuter avec la majorité lyonnaise depuis que les équipes de Grégory Doucet sont au pouvoir ?

Complétement, beaucoup plus accessible, plus dans l’écoute, plus humain, dans une démarche de bonne volonté. C’est eux qui sont à notre service et non l’inverse.

Grégory Doucet souhaite recruter 20 policiers municipaux supplémentairesparallèlement il projette d’implanter dans tous les quartiers une antenne de police municipale. Faites-vous confiance aux élus écologistes pour traiter les questions de sécurité et pourquoi ?

Oui, j’ai confiance ! On a été approché pendant la campagne par des policiers. Ils ont voulu eux aussi s’investir et donner leur point de vue sur la situation locale qu’ils connaissent très bien. Je pense que c’est une très bonne chose. Il vaut mieux avoir des polices de proximité, que l’on retrouve confiance dans la police. Après les Gilets Jaunes beaucoup ont perdu confiance alors quoi de mieux que la proximité et le dialogue ? 

La Mairie souhaite renforcer son action pour l’égalité à travers la mise en place d’un “budget sensible au genre” sur l’éducation et le sport, la valorisation du travail des femmes à travers la commande publique ou encore l’ouverture d’un débat sur l’écriture inclusive. Pensez-vous que ces initiatives sont efficaces ou qu’il s’agit d’une campagne de communication ? Êtes-vous favorables à ce genre de pratiques de discrimination positive ?

Discrimination positive, je n’irais pas jusque-là. Je pense que ce sont de bonnes pratiques, à creuser et à débattre. J’ai confiance dans le fait que suite à un débat des solutions peuvent être trouvées.

La Métropole de Lyon a fait plusieurs propositions d’aide aux quartiers populaires telles que la création de Maison de l’alimentation dans les 37 quartiers prioritaires de la ville ou encore l’augmentation significative du nombre de logements sociaux. Que pensez-vous du fait que la Métropole semble prendre les décisions les plus importantes en la matière ?

C’est une bonne chose. L’alimentation est une priorité. Il va y avoir de plus en plus de gens en difficulté dans les prochaines semaines. 

Pour redynamiser la démocratie participative à Lyon, la Mairie travaille sur la création de conseils des aînés, de conseils d’arrondissement des enfants ou encore d’un baromètre du bien-être des lyonnais. On peut aussi noter la création d’un budget géré par les citoyens représentant au total 5% du budget d’investissements. Que pensez-vous de ces initiatives ? Pensez-vous qu’elles permettent réellement une meilleure participation politique des citoyens, alors que l’abstention est en hausse ces dernières années ?

Je pense que c’est une très bonne approche pour un début. C’est bien de pouvoir avoir un retour de chaque citoyen. Pour toucher les jeunes générations on devrait peut-être penser à une plateforme numérique, qui va plus loin que les conseils de quartiers.

Concrètement, quels changements espérez-vous encore dans la gestion municipale de Gregory Doucet ?

Plus de transparence encore de l’administration lyonnaise. Plus d’engouement à la préservation de l’environnement. Plus de proximité et de dialogue à propos de l’urgence écologique. Il faut que chacun prenne la mesure, cela va être déterminant dans les prochaines années. Beaucoup n’ont pas encore compris ce qu’est un effondrement.