Dimanche 14 avril marquait une journée un peu particulière dans le 4e arrondissement de Lyon. La jeunesse croix-roussienne ainsi que les jeunes migrants du quartier (résidant dans le collège désaffecté Maurice Scève), en association avec le Football Club Croix-Roussien, ont organisé un tournoi de football solidaire au stade des Chartreux.

Le Football Club Croix-Roussien ainsi que les jeunes du quartier se sont associés dans l’organisation d’un évènement qui se voulait gratuit et convivial. Une journée autour du ballon rond en faveur des jeunes migrants non-accompagnés. Ces derniers (pour la plupart mineurs), grâce aux associations et à Coordination Urgence Migrants, un collectif de soutien, avaient trouvé un refuge dans l’ancien collège Maurice Scève (rue Louis Thévenet dans le 4e arrondissement lyonnais) depuis septembre dernier. Sensibiliser le public sur les conditions de vies précaires des jeunes migrants, créer du lien entre les habitants de la Croix-Rousse et les jeunes migrants résidant dans le collège, tels étaient les principaux enjeux de ce tournoi.

L’organisation de l’évènement

En ce qui concerne la préparation de cette manifestation, le dialogue et la bonne volonté de tous auront permis à Léa (jeune du quartier) et ses amis de tenir au mieux cette journée. L’ancien CDI (Centre de documentation et d’Information) du collège leur a servi de salle de réunion pour se concerter. Au total plus d’une quinzaine de personnes (jeunes du quartier, anciens élèves de l’établissement) sont venues aider bénévolement pour ce tournoi. De plus, il a pu également se réaliser grâce aux dons citoyens. En effet, une cagnotte avait été lancée afin de financer le projet. Elle avait récolté la somme de 519€. Une habitante du quartier témoigne : « Je trouve que c’est une bonne initiative, c’est bien, j’ai même aidé en donnant un peu ».

Déroulé de la journée

La journée se divisait en deux temps : d’une part le tournoi au stade des Chartreux, de l’autre la soirée d’après tournoi, au collège Maurice Scève. En premier lieu, sur le terrain, une centaine de joueurs était présent. La diversité est bien représentée : des adolescents, des adultes, mais aussi des garçons et des filles. 12 équipes ont été créées. Afin de favoriser la mixité, les échanges et la rencontre, 50% d’entre elles se composaient de jeunes migrants et 50% d’habitants de la Croix-rousse. Entre 10 et 18h les équipes ont pu s’affronter dans des matchs de poule en matinée, et des matchs de phase finale dans l’après-midi. Tout cela avec dans une excellente ambiance, avec de la musique et un public qui a répondu présent pour ce rendez-vous. Ensuite à partir de 18h30, une soirée était prévue. Au programme : de nombreux remerciements, une remise de récompenses, un buffet, de la musique accompagnent les discussions des uns et les chorégraphies des autres.

Joueurs en action lors de la finale du tournoi

Les réactions des différents acteurs

Au cours de cette manifestation sportive, nous avons pu échanger avec différents participants ou contributeurs du tournoi.

Aboubacar, l’un des migrants a pris du plaisir au cours de ce tournoi : « C’était une belle journée, on a joué, discuté, pas de tension, on était heureux avec tout le monde ».

Le président du Football Club Croix-Roussien, Laurent Guilhermet, 43 ans, se félicite de cette journée : « Une vraie réussite, une terrible joie de voir tous ces jeunes prendre du plaisir, courir après un ballon, échanger dans la mixité. On est très content de voir que les croix-roussiens soient mobilisés, pour intégrer les équipes avec les migrants. Le mélange est vraiment extraordinaire. Une super ambiance, un super soleil et un très bon niveau de jeu. C’est un vrai plaisir de voir tout ça. ». Il poursuit sur l’intégration de certains migrants dans le club : « Il y a plus d’une vingtaine de jeunes migrants qu’on a souhaité accueillir au club dans nos différentes équipes, en entraînement mais aussi en compétition avec des licences de la Fédération française de foot. Ce n’est pas facile. L’obtention de ces licences a été une grande réussite pour nous. ».

Enfin, Léa, l’une des organisatrices, est également satisfaite de la journée : « On est content. Ce qui nous fait plaisir, c’est qu’on a pu voir que le système des équipes a favorisé le partage. Certains seront peut être amenés à se revoir ».

Solidarité, mixité, partage sont les principales notions qui ressortent et caractérisent cette journée du 14 avril à Croix Rousse.