Le 28 juin se tiendra le second tour des municipales. Le Lyon Bondy Blog revient sur le 5ème lyonnais, arrondissement pivot de Lyon par son historicité et ses enjeux économiques. Avec trois candidats en concurrence, le choix des listes est assez manichéen : EELV et la Gauche Unie d’un côté, les divers centre droite divisés de l’autre.

Cet article s’inscrit dans la publication de trois interviews de candidates du 5ème : Anne Prost (La force du rassemblement, Etienne Blanc et Gérard Collomb), Nadine Georgel (EELV – Gauche Unie) et Béatrice Gailliout (Respirations avec Georges Képénékian). Elles expliquent leur alliance et leur programme dans un entretien de 10 minutes.

Une Mairie, deux alliances, cinq partis

  • Ensemble, l’écologie pour Lyon (EELV-LFI) : Nadine Georgel
  • Lyon, la force du rassemblement (Cucherat-LR) : Yann Cucherat
  • Respirations : Béatrice Gailliout

Un premier tour surprenant et des alliances évidentes

Arrivée en tête du premier tour avec 22.71 % des scrutins, Nadine Georgel s’allie avec la liste de Tristan Debray (Lyon en commun, 7,46%) pour faire poids face à Yann Cucherat qui la talonne avec 19.85 % des voix. Ce dernier s’allie avec Anne Prost du parti Les Républicains qui en a peu moins : 18.11 % des votes.

Avec 16.85 % des votes, Béatrice Gailloux fait cavalière seule au second tour, ne pouvant trouver d’accord avec les autres groupes politiques.

Enjeux politiques

Le 5ème arrondissement de Lyon représente une diversité géographique, démographique et économique forte. Obtenir la Mairie du 5ème permet de peser dans la ville de Lyon ; grâce à ses partenariats culturels et à ses zones industrielles.

L’élection n’est pas gagnée pour les Verts, même s’ils sont premiers dans 8 arrondissements sur 9, l’obtention du 5ème est risquée face à l’alliance de la droite et du groupe divers centre de Yann Cucherat.

Avec 61,74% d’abstention, il reste à parier pour qui les abstentionnistes de la crise sanitaire iront voter.