Le LBB revient sur le premier tour des municipales: Alliances, déclarations, chances de chacun, tour d’horizon des tenants et aboutissants du scrutin à l’approche du deuxième tour des municipales.

Quadrangulaire pour le 2e tour à Vénissieux où la maire sortante Michèle Picard (Front de Gauche, 30,72 %) est en ballotage favorable malgré la candidature dissidente de Lotfi Ben Khelifa (PS, 15,79%). Christophe Girard (Divers doite) est en embuscade (22,03 %). La liste ultra natinaliste de Benedetti et Gabriac est à 11,49 %.

Venissieux

© Quentin Laignel

La maire sortante Michèle Picard est en bonne position pour garder son siège. « Je suis très fier de notre score car on est resté droit dans nos bottes. Nous avons fait une campagne belle, digne et exemplaire. » Se félicite-t-elle.

La candidature dissidente de Lotfi Ben Khelifa ne semble pas l’affecter outre mesure. Elle a fait le choix de ne pas parler des autres candidats : « Je ne compare pas à d’autres. Nous n’avons pas répondu à la campagne caniveau poubelle de certains. » Le candidat socialiste doit avoir les oreilles qui sifflent.

Lotfi Ben Khalifa justement, avec 15,79 %, risque de se cantonner à un rôle de spectateur. Lui qui espérait ravir la mairie aux communistes devrait donc rester salarié au Grand Lyon (Il est actuellement agent de maitrise à la direction de la propreté au Grand Lyon). Il n’aurait pas pu cumuler les deux mandats, mais la question ne devrait pas se poser.

Le candidat socialiste a fait campagne sur une posture anti communiste: « Les élus actuels gèrent les dossiers à trois dans un bureau. Les gens ont le choix entre une gauche stalinienne avec Madame Picard et une droite villieriste avec Christophe Girard. Avec la liste Ensemble pour Vénissieux, je propose de nouvelles alternatives avec toutes les sensibilités de la gauche au centre gauche. » En substance : 80 ans de communisme ça suffit. Pourtant, « depuis 1971 ils sont aux manettes avec nous. C’est comme s’ils avaient jeté tout ce qu’on avait fait ensemble. » Déplore Michèle Picard.

Rivalta pourrait perdre la présidence du Sytral

Bernard Rivalta, actuel président du Sytral, est en troisième position sur la liste socialiste. Il pourrait en perdre la présidence si la liste M. Ben Khelifa fait moins de la moitié du score de Mme Picard (les explications dans l’article de Lyoncapitale). Une partie de l’avenir du Sytral se jouera donc à Vénissieux.

Sur les négociations de l’entre deux tours, comme on pouvait s’en douter, elles n’ont rien donné.  « Je m’étais dit que vu notre score (30,72 %), ils allaient venir avec un peu plus d’humilité. J’avais l’impression d’avoir des vainqueurs du premier tour devant moi (le PS est à 15,79 %, soit deux fois moins). » Pas d’accord donc.

Christophe Girard (Divers droite, 22,03 %) a lui réussi à agréger autour de lui. Maurice Iacovella (UDI, 6 %), Mounier Grami (2,24 %) et Marc Soubitez (5,1 %) se sont ralliés à lui. En cumulé, il dépasse donc le chiffre de Mme Picard au premier tour (35 % contre 30). Mais rien n’est fait.

Il attaque aussi bien Lotfi Ben Khelifa, « il a toujours été avec les communistes », que la maire sortante : « Il faut mettre un terme à cette souffrance. On maintient la misère pour maintenir le vote communiste. »

Dans cette ville populaire, les ultras nationalistes Yvan Benedetti et Alexandre Gabriac ont fait 11,49 %. « Ils font le même score que le FN en 2008. » Relativise Mme Picard. « Leur presence est une insulte et une offense pour Vénissieux par rapport a notre histoire résistante, anti colonialiste. » Et d’enchainer : « En 2012 quand ils ont fait la manifestation interdite par le préfet avec les salut hitlériens qui s’est fini par 50 gardes à vue, c’est moi qui suis monté au créneau (c’est la seule élue d’ailleurs). Je serais toujours là contre eux. ». Et de conclure : « Ils n’ont même pas besoin de faire campagne. Ils présenteraient une chèvre qu’elle gagnerait. »

Sur ce sujet, M. Girard ne dit pas autre chose : « On ne les voit jamais sur le terrain. Ils sont là pour récolter les voix des gens exaspérés. »

Bernard Rivalta gardera-t-il son siège au Sytral ? L’abstention sera-t-elle en baisse au second tour ? L’UMP peut-il remporter la mairie ? Michèle Picard aura-t-elle une avance suffisante pour poursuivre sa politique ? La réponse dimanche soir.

Etienne Aazzab

Etienne a contribué depuis 2 ans dans le journal satirique FOUTOU’ART. Il a intégré l’équipe du « clic 2014 » : Collectif local d’informations citoyennes à partir de novembre 2013. Il rejoint le Lyon Bondy Blog à partir de janvier 2014.
Twitter : @AazzabEtienne

Ses sujets de prédilection : #Politique #Société #Sport