Le week-end dernier, le TH Métro Ateliers présentait la création d’une de ses troupes de théâtre amateur. Du vendredi au dimanche, l’Atelier du mardi a interprété Finissez vos phrases de Jean Tardieu, mis en scène par Jean-Claude Martin. A l’issue de la représentation, Céline Damiot, l’une des co-présidentes du théâtre, nous a accordé une interview.

 A la fois reconnu et méconnu, Jean Tardieu ne laisse pas indifférent. Cet écrivain et poète français s’est essayé à produire dans tous les genres et sur tous les tons : tantôt lyrique, tantôt burlesque, humoriste aussi bien que métaphysicien. A travers sa créativité exceptionnelle, il n’a fait autre que se « demander sans fin comment on peut écrire quelque chose qui ait un sens » (On vient chercher Monsieur Jean). Comment, dès lors, monter une pièce de Tardieu qui en ait un ? C’est avec brio que l’Atelier du mardi du TH Métro a relevé le défi.

 

La troupe de l’Atelier du mardi, crédit photo Mathilde Cornelis.

 

 

Finissez vos phrases !

Finissez-vos phrases met en scène la rencontre de Monsieur A et de Madame B. Les personnages ne cessent de commencer des phrases qu’ils ne terminent…jamais.

Alliant dérisoire et poésie, cette pièce ouvre une réflexion sur le langage et ses possibilités de métamorphose. La mise en scène est simple et épurée : un banc, deux tables, deux tabourets. Des accessoires hauts en couleur accrochent l’œil, mais ne le détournent pas. Le texte de Tardieu éclate ; le jeu des amateurs séduit.

Les scènes s’enchaînent avec rythme, et sont accompagnées de vagues d’applaudissements. Le public semble conquis par l’humour et la poésie qui se mêlent dans « la danse absurde des mots en liberté ». Tout au long de la représentation, Jean-Claude Martin et sa troupe maintiennent l’équilibre avec intelligence.

La cohésion de la troupe est évidente. Leur volonté de partage l’est tout autant. La participation et l’implication de chacun teintent le spectacle d’une authenticité rare. Ce théâtre amateur n’a rien à envier aux professionnels – si ce n’est la reconnaissance.

Un spectacle un peu décalé, avec Christophe André, Claire Barrès, Pierre-Yves Blond, Clara Hache, Adrien Jallamion, Gérard Landier, Chantal Seuret, Justine Tentoni et Nathalie Campillo.

Mise en scène : Jean-Claude Martin
Lumières : Isabelle Doyen
Technique plateau : Gérard Landier
Illustration : Philippe Lejeune

 

Affiche Finissez vos phrases, Philippe Lejeune

Rencontre avec Céline Damiot

Pouvez-vous commencer par vous présenter ?

Je suis une des trois co-présidentes du TH Métro Ateliers. Je suis adhérente depuis un peu plus de 10 ans maintenant. Il y a environ un an et demi, une assemblée générale extraordinaire a été convoquée. A cette occasion, on nous a dit que l’équipe dirigeante ne souhaitait plus continuer et que selon les statuts, soit 3 personnes se présentaient, soit on voterait la fermeture du TH. On a très vite été plusieurs à se mobiliser parce que pour nous, il était absolument hors de question que ce lieu ferme. On a donc organisé des réunions puis il a fallu que 3 personnes prennent leurs responsabilités et décident de diriger le TH. J’ai fait partie de ces 3 personnes. Hormis le fait d’être adhérente et passionnée de théâtre, je n’ai pas de formation artistique. J’ai fait une prépa HEC puis une école de commerce. J’ai ensuite travaillé dans la grande distribution, ce qui n’a donc absolument rien à voir.

Qu’est-ce que le TH Métro ateliers ?

Le TH Métro Ateliers existe depuis 1977 et propose des ateliers amateurs. L’esprit du TH Métro est vraiment celui du théâtre pour tous, en termes d’âges et de niveaux. On propose des ateliers des plus petits (5 ans) jusqu’aux plus grands (99 ans), des débutants jusqu’aux personnes plus expérimentées. Jusqu’à présent, on était vraiment dans cet esprit d’ateliers amateurs qui proposaient une ou plusieurs créations par an. Lorsqu’il y a eu le changement de direction, on a décidé de donner un nouveau souffle au théâtre avec un nouveau projet : faire de la programmation. Les ateliers amateurs restent le cœur du TH Métro Ateliers. On propose notamment plusieurs stages.  L’année dernière on a fait des stages de sophrologie qui avaient lieu une fois par mois. En avril on proposera un stage d’écriture sur 2 jours, réalisé par une metteuse en scène et comédienne. On travaille également sur l’organisation d’un stage de shamanisme. Mais depuis 1 an et demi, on propose également une programmation dans l’esprit de multiplier les arts vivants. On essaie de la musique, de l’improvisation, du théâtre contemporain, moderne ou plus classique, … En somme, on souhaite varier les créations. L’idée est de pouvoir offrir une scène découverte à des professionnels qui ont beaucoup de talent mais pas forcément les contacts pour pouvoir jouer dans de plus grandes salles. Il s’agit vraiment de faire découvrir des artistes dont on aime le travail et de proposer des tarifs raisonnables pour permettre aux gens d’avoir accès à cette offre culturelle.

Comment s’organisent les ateliers amateurs ?

Les ateliers se déclinent en plusieurs groupes. Il y a d’abord les groupes d’âges : les 5-8 ans et les Seignors. Les séniors ont vraiment des demandes spécifiques, ils font de la lecture-spectacle pour pallier d’éventuels trous de mémoire. Il y a ensuite 3 autres ateliers. La Troupe du lundi ne fait qu’une création par an, en juin. Cela permet aux personnes souvent débutantes d’avoir plus de temps pour se préparer. Sur le premier semestre ils travaillent tout une partie technique : la voix, les personnages, les émotions, le corps, … Ensuite il y a l’Atelier du mardi et les Bob’Arts qui présentent deux créations. L’Atelier du mardi est ouvert à tous alors que l’atelier des Bob’Arts est réservé à des personnes un peu plus expérimentées. On a donc réparti les groupes soit en fonction de l’investissement que chacun veut, soit en fonction de la façon dont les personnes ont envie de travailler, soit en fonction du niveau.

Un vrai travail est réalisé avec des professionnels pour encadrer les amateurs, pourriez-vous nous en dire quelques mots ?

Tout à fait, on ne travaille qu’avec des professionnels. Il est important pour nous que toutes nos activités soient dirigées par des professionnels. La troupe des 5-8 ans est encadrée par Cléo Dangoin qui est auteur, metteur en scène et comédienne, diplômée du Cours Florent. Elle s’occupe également de l’Atelier du lundi. Ensuite, Jean-Claude Martin est metteur en scène et comédien, il s’occupe de la Troupe du mardi et des Bob’Arts. Enfin, les Seniors sont encadrés par Luce Bekistan qui est aussi comédienne et metteuse en scène professionnelle.

Comment un théâtre d’ateliers amateurs parvient-il à s’insérer dans le paysage de la scène lyonnaise ?

Ce n’est pas du tout évident. Il s’agit vraiment de 2 canaux complètement différents. En ce qui concerne les ateliers amateurs, on travaille essentiellement sur les forums des associations et sur la communication via les réseaux sociaux. Le bouche à oreille fonctionne énormément pour recruter de nouvelles personnes. Pour la programmation professionnelle, il n’y a qu’un an et demi de recul donc ce n’est pas évident. Autant que faire se peut, on essaie de développer l’activité avec les réseaux sociaux, les sites internet tels que Sortir avec le Progrès et le Petit Bulletin, et du mailing. On essaie d’exister par ce biais-là mais c’est un combat. Chaque année on doit se remettre au travail pour que nos ateliers soient rentables. Et plusieurs fois par mois, il faut parvenir à mobiliser les gens pour qu’ils viennent voir nos spectacles. On n’a pas encore la visibilité de salle de spectacle, on n’est pas encore vraiment reconnus. On va essayer de mettre des choses en place pour augmenter notre visibilité. On n’est pas mécontent parce qu’on arrive malgré tout à remplir les spectacles mais pour l’instant on compte essentiellement sur notre réseau.

 

 

 

 Le TH Métro Ateliers, credit photo Mathilde Cornelis.

 

 

Pour connaître la programmation à venir du TH Métro Ateliers ou pour plus d’informations sur les ateliers, rendez-vous sur leur page Facebook ! https://www.facebook.com/thmetro.cours.theatre.lyon/