Vendredi soir, le rappeur de Trappes retrouvait une salle qu’il connaît bien. En tournée pour la promotion de son dernier album, il a offert au public rhodanien une sorte de best of émouvant et remuant. Le LBB était devant la scène. Impressions de Fouiny fans…

 La fouine transbo

L’actualité de celui que l’on appelle Laouni ou La Fouine – selon la proximité affective – est pour le moins intense. Une autobiographie à seulement 32 ans intitulée « Drôle de Parcours » est actuellement éditée chez Flammarion. Un long métrage réalisé par Antoine Bloissier « A toute épreuve » sort bientôt dans les salles. Et deux albums : celui du collectif Team BS ainsi que « Capitale du crime 4 ». Il y a de quoi dire sur les réseaux sociaux !

Le Transbordeur s’était mis à l’heure de La Banlieue Sale (label de La Fouine). Les casquettes Swagg, la marque officielle, ornaient les têtes d’une file d’attente audacieuse bravant un froid piquant.

 Transbordeur - La Fouine

« Moi, j’ai plus le côté La Fouine que Laouni au niveau musical.»

Fayçal (27 ans) employé dans la logistique a été une sorte de sosie du rappeur à l’époque de Bourré au son (2005).

« J’étais en Haute Savoie et une fille m’a fait remarquer que je ressemblais à La Fouine expliquait-t-il. Alors je lui ai lancé un défi en lui disant que j’allais me laisser pousser la barbe. Quand je faisais des déplacements en France, on me prenait vraiment pour lui. J’aime son honnêteté et surtout toute son œuvre. Il a une carrière atypique notamment quand on regarde ses débuts et ce concours chez Skyrock qui lui a permit de se faire remarquer.»          

Les 1500 spectateurs composant un public très varié au niveau de l’âge se voyait offrir une entrée de choix : le groupe originaire de Vaulx en Velin GSX. Puis l’énergie de Sultan montait le niveau de l’ambiance. Le MC d’origine comoréenne offrait un panel de son premier album « Des jours meilleurs » avec des morceaux tels que « Sois fier de c’que t’es » ou « Mec à meuf ».

DSC07360

A quelques secondes, de l’entrée en scène de La Fouine,  Sebastien Savary (18 ans)  menuisier et danseur hip hop racontait :

« J’étais au Zenith, il y a quinze jours. C’était exceptionnel avec plein de guests comme Zaho. A Paris, j’étais dans les gradins mais ici, on est plus proche de lui. Et Le transbo est une belle salle avec un public chaud. Je vais donc voir les deux ambiances. A la manière dont La Fouine rappe, on voit qu’il sait d’où il vient. »         

« Quand La Banlieue Sale arrive il se passe quelque chose ! »

Ce qui différencie La Fouine d’autres MC’s, c’est l’attention qu’il porte à être accompagné sur scène par une horde de batteurs, bassistes, guitaristes ou choristes en plus de DJ Battle, l’un de meilleurs de France. Une touche artistique qui n’est pas sans effet surtout quand « Hamdoullah moi ça va » est joué à la guitare. Le menu était équilibré et privilégiait les fans. Celles qui connaissaient le parcours. Alors un peu de « Capital du Crime 2 », une touche de « Mes repères » sur une couche de « Laouni versus La Fouine ». Pour mieux savourer « Drôle de Parcours ». Bon appétit, ma gueule !

DSC07301

Les moments d’émotions étaient nombreux avec la chanson « Karl » dédiée à un enfant emporté par le cancer ou l’inoubliable « Papa » joué à la guitare. Yeux fermés, la bouche proche du micro tel un vrai chanteur de variété à la Jacques Brel, on sentait cette volonté de transmettre mais aussi de sortir de la norme.

La Fouine - Sindy

La règle était aussi de sauter et crier sur des sons comme « Il se passe quelque chose ». Qui n’était pas heureux de voir la jeune Sindy (18 ans) faire ses premiers pas sur scène avec son prestigieux patron, Sultan et Fababy pour interpréter « Vrais frères » le premier titre de l’album Team BS? L’accueil fut pour le moins chaleureux pour l’ancienne candidate de Pop Star.

Du Laouni et du…La Fouine s’il vous plaît !

Autopsie 5, tube-clash à l’encontre de Booba, était une parenthèse surprenante. On pensait que la joute ne serait pas évoquée mais le rappeur du 78 devait penser qu’après tout, si ça boostait son public, pourquoi pas ?

La ballade plus profonde « J’avais pas les mots » faisait lever les bras en l’air des Lyonnais et les ramenait à l’époque de l’attente. Celle de l’album Drôle de Parcours, aujourd’hui disque d’or. Après plus de deux heures de concert, on se promettait de se retrouver autour d’un autre opus avec peut être un rappeur devenu au fil du temps un chanteur…

DSC07287

A la sortie du concert, Abdelaziz Mannkour (18 ans) jeune rappeur en fac de médecine tâtonnant les mille vues sur You Tube disait :

« C’était un super concert avec toutes les générations. Il y avait une grande ambiance et de l’émotion. Franchement, j’aurai aimé le voir interpréter « La Fête des Mères » (rires) ça aurait été chaud ! Déjà avec Autopsie 5, il y avait du bruit. Quand je suis venu à Lyon, j’avais l’impression que les gens ne l’aimaient pas vraiment. Mais mon avis a changé à la fin. Les Lyonnais le kiffent vraiment.»  

DSC07192

Mohamed Braïki et Amine Reguig

Mohamed Braiki

Natif de Lyon et enfant des Minguettes,je suis diplômé de Lettres de la Fac de Lyon 2 et l’EFAP Rhône Alpes. J’ai roulé ma bosse dans des rédactions lyonnaises comme la radio Lyon Sport 98.4, Le Progrès,Foot 69.fr, Tribune de Lyon et Lyon Capitale.

braikimohamed@yahoo.fr