Mardi dernier, le 30 septembre 2014, la grande mosquée de Lyon fêtait son vingtième anniversaire. À cette occasion, Kamel Kabtane, le recteur de la Grande Mosquée de Lyon, nous a accordé trois petites minutes.

 

Vous fêtez les 20 ans de la grande mosquée de Lyon, inaugurée par des politiques de droite comme Charles Pasqua qui l’ont inaugurée. Ce n’est pas un paradoxe ?

Mr Kabtane : Je pense que nous sommes des républicains. C’était des ministres de la France. On n’a pas à se placer à droite ou à gauche. Les uns et les autres ne sont pas plus pro ou contre les musulmans. Je pense que l’on vit dans un État de droit et il s’exprime à travers les ministres qui composent le gouvernement, qu’il soit de gauche ou de droite.

Aujourd’hui, tous les chefs interreligieux étaient présents pour cet anniversaire. Cette journée est-elle une réussite ?

Cela prouve que la mosquée de Lyon réunit et unit l’ensemble des chefs religieux. À Lyon, il y a des choses qui se passent entre les différentes religions. Je pense qu’il y a un travail intense qui s’installe. Tant que ces responsables se parlent, les faits suivent.

La semaine dernière, un alpiniste français a été décapité en Kabylie. Faut-il nécessairement un acte d’une telle horreur pour que les religions se rassemblent ?

Non. Il fallait que nous (NDLR: Les différentes religions) montrions une solidarité avec la famille de la victime et l’ensemble des Français. C’est très important pour nous, les musulmans. D’autant que l’Islam en ce moment véhicule une image négative. Nous voulons que les musulmans de France se soucient des choses qui se passent à l’extérieur du territoire.

Je n’accepte pas les évènements de la semaine dernière. Je suis Français, j’ai des droits et des devoirs. Je les assume. Je fais en sorte de vivre ma vie en tant que citoyen. J’ai fondé une famille en France, j’ai des enfants et des petits-enfants. Aujourd’hui, je fais partie intégrante de la société et personne ne pourra me dire le contraire.

Ces derniers jours, il y a eu le démantèlement d’un réseau de djihadistes à Vaulx-en-Velin. Que faire de ces quartiers pour les années à venir ?

Je ne suis ni sociologue, ni assistant social, ni policier. Je pense que ce n’est pas notre travail. C’est le rôle de l’état. Effectivement, il faut éduquer, apporter la connaissance de savoir. Pour les enquêtes, ce n’est pas notre travail.

Quel sera votre message à tous les musulmans de France pour la fête de l’Aïd-el-Kébir qui aura lieu ce samedi (demain) ?

Ce que je peux dire aujourd’hui, c’est que nous vivons dans un pays de liberté. Il permet la pratique de notre culte. Et de parler librement. Je pense que pour nous, c’est une chance pour l’islam. Pour la France, l’Islam vient apporter le sang neuf qui permet d’avancer vers l’avenir.

 

 

Etienne Aazzab

Etienne a contribué depuis 2 ans dans le journal satirique FOUTOU’ART. Il a intégré l’équipe du « clic 2014 » : Collectif local d’informations citoyennes à partir de novembre 2013. Il rejoint le Lyon Bondy Blog à partir de janvier 2014.
Twitter : @AazzabEtienne

Ses sujets de prédilection : #Politique #Société #Sport