Ce mardi 17 avril, l’équipe emblématique de Villeurbanne recevait Levallois Métropolitans à L’Astroballe pour le compte de la 29ème journée de Jeep Élite. Si les verts étaient donnés gagnants suite à la maitrise de leur dernier match face à Strasbourg, leurs adversaires franciliens ont finalement fait la différence en signant une belle victoire en terre villeurbannaise (77-83).

©BlandineLavignon LyonBondyBlog

Une première partie de match laborieuse

L’entrée applaudie de Boris Diaw sur le terrain, suivi de son premier panier à 3 points dès les premières minutes a semblé donner le ton du match. L’ASVEL avait du mal à rentrer dans le jeu et apparaissait dépassé au premier quart temps, à cause d’un solide jeu collectif adverse.

L’absence de l’ailier fort Charles Kahudi (blessé à l’épaule au dernier match) s’est fait sentir tandis que Justin Harper passait totalement à côté de son match, comme l’atteste sa faute flagrante.

John Roberson cherchait alors à mener les green gones sur de bons rails, mais en vain, puisque l’équipe s’appuyait beaucoup trop sur un jeu individualiste.

David Lighty (MVP contre Strasbourg) insufflait une dynamique salvatrice au jeu des villeurbannais, mais ces derniers restaient menés 14-19 par les Levallois Metropolitans à la fin du premier quart temps.

Le jeu est monté en puissance au deuxième quart temps même si la hargne des verts se voyait freinée par la maitrise technique de leurs adversaires. Le joueur star Boris Diaw avait l’air de se balader sur le terrain tant sa dextérité de jeu était frappante. Face à lui comme à son habitude, l’ailier David Lighty (14 points) a poussé son équipe en enchainant les « coast-to-coast » en solitaire. Le jeu semblait s’essouffler à la mi-temps alors que Justin Harper permettait à l’ASVEL de rentrer aux vestiaires sur une égalité parfaite (37-37) grâce à un « buzzer beater » aux 3 points.

 

Nous sommes allés prendre la température dans les gradins et Florian, un supporter venu en famille, nous a livré son ressenti sur les deux premiers quarts temps : « le jeu au début était assez monotone, le match n’est pas terrible la ». Il a notamment pointé du doigt l’absence de cohésion dans le jeu : « Alexander fait de la figuration ! ». En revanche pour Raphael, un autre supporter, « la bonne ambiance, l’animation, tout est réuni pour espérer un réveil de l’ASVEL pour les qualif’ ».

Un duel décisif au coude à coude

Dès la reprise du jeu, l’ASVEL prenait l’avantage au score et entamait de belles séquences offensives. L’atmosphère devenait électrique dans l’Astroballe, les supporters des verts scandaient des chants d’encouragement. Le réveil des verts se heurtait cependant face à la détermination du francilien Klemen Prepelic (deuxième meilleur marqueur de Pro A), décidé à ne pas voir l’ASVEL creuser son avance. Le jeu était très serré, les belles actions s’enchainaient et rythmaient la rencontre, particulièrement celles de David Lighty. Ce dernier a été auteur d’un bon match malgré la défaite (14 points, 6 rebonds et 6 interceptions). Amine Noua (14 points et 7 rebonds), l’ailier fort formé à l’ASVEL, se confrontait à la défense levalloise dans la raquette mais parvenait à inscrire le panier pour réduire l’écart de deux points à trois minutes de la fin.

Le stade retenait son souffle lors du dernier quart temps, alors que l’équipe villeurbannaise menait seulement de 1 point (61- 60). L’atmosphère devenait pesante tandis que le pivot Cliff Alexander, revigoré, réalisait un « alley-oop » sur un caviar de John Roberson, qui redonnait de la voix à l’Adtroballe. Les deux équipes se talonnaient et ne parvenaient pas à se distancer. Hué par les supporters de l’ASVEL, Boris Diaw échouait ses lancer-franc décisifs, maintenant toujours l’égalité (72-72).

Boris Diaws (11 rebonds) s’est vite rattrapé aux lancer francs et inscrivait des paniers décisifs à deux minutes de la fin qui permit à Levallois de prendre l’avantage (77-80). Alors que l’ambiance était à son comble à l’Astroballe, Louis Campbell inscrivait un panier « clutch » dans money time qui entérinait définitivement tout espoir villeurbannais et signait la victoire des Levallois Metropolitans (77-83).

 

Malgré la défaite, les supporters des green gones interrogés pensaient déjà à la prochaine victoire : « Le jeu démarrait mal, ils ont su aller jusqu’au bout, on pouvait y croire, on a vibré quand même » déclare ainsi Léna.

La défaite de l’ASVEL fait chuter l’équipe à la 6ème place du classement de Pro A et freine leur dynamique de conquête après 5 victoires consécutives. Tout n’est cependant pas perdu pour l’équipe villeurbannaise qui maintient toutes ses chances dans la course aux playoffs.

 

Blandine Lavignon 

La rédaction

Crée en 2008, la rédaction du Lyon Bondy Blog s'applique à proposer une information locale différente et complémentaire des médias traditionnels.