Foudil Kaibaou est un comique français issu d’un quartier populaire à Strasbourg. Depuis quinze ans, il sillonne les routes de France et d’Europe pour exprimer son talent. Il fait également partie de la Team « On ne demande qu’à en rire ». Dans le cadre de sa tournée nationale, il a posé ses valises pendant dix jours à Lyon. Le LBB en a profité pour lui poser quelques questions sur son parcours et le rôle éducatif que peut apporter le théâtre dans les quartiers populaires. 

Foudill Kaïbaou lors de son spectacle à l'Espace Gerson

Lyon Bondy Blog : Bonsoir, Foudill. Présentez-vous ?

Foudil : Bonsoir, je m’appelle Foudil. Je joue actuellement mon spectacle à l’espace Gerson. Il s’appelle « Foudill, l’arabe qui cache la forêt ». Je vais le jouer prochainement au « Théâtre de Dix Heures » à Paris. Je suis actuellement en tournée.

Quel a été le déclic pour que vous deveniez comédien ?

En fait, j’ai toujours voulu être comédien. Entre la passion et la réalité, il y a deux mondes. A l’époque, la deuxième me paraissait plus judicieuse. Après mes études, j’ai été consultant en ressources humaines. Un jour, j’ai fait du théâtre d’improvisation et à cette occasion, un producteur m’a vu. Grâce à lui, j’ai enchainé les rôles. Cela fait quinze ans que ça dure.

Le théâtre peut-il être une alternative pour les jeunes issus des quartiers populaires ?

Pas forcément une alternative à la réussite. Il permet un meilleur apprentissage de la langue française. Beaucoup de jeunes font du théâtre pour réussir leurs entretiens d’embauche. Leur redonner confiance. C’est ma vision. Après pour devenir Jamel Debbouze, c’est une autre histoire.

Justement dans votre pièce de théâtre, vous revenez beaucoup sur l’éducation. Une chose importante ?

C’est la base de tout. En exemple je vous cite Malcolm X : « L’éducation est le passeport pour l’avenir, car demain appartient à ceux qui préparent aujourd’hui ». A l’école primaire, on apprend à lire et à écrire. Au collège, on passe à un autre niveau. Quand on a ces bases, on peut réussir beaucoup de choses dans la vie. Avec cela, on peut avoir des prétentions dans la vie.

Que pouvons-nous vous souhaiter pour la suite ?

Que ce spectacle soit apprécié de tous. Parce qu’on ne peut ne pas plaire à tout le monde. Tous les artistes aimeraient plaire à tous ces gens. C’est un gros challenge.

Lien Spectacle : https://www.youtube.com/watch?v=lMQARARGTxA

Etienne Aazzab

Etienne a contribué depuis 2 ans dans le journal satirique FOUTOU’ART. Il a intégré l’équipe du « clic 2014 » : Collectif local d’informations citoyennes à partir de novembre 2013. Il rejoint le Lyon Bondy Blog à partir de janvier 2014.
Twitter : @AazzabEtienne

Ses sujets de prédilection : #Politique #Société #Sport