Finances Publiques : suppressions de postes et restructuration dans le Rhône

Mardi 19 janvier, les organisations syndicales des Finances publiques du Rhône se sont réunies devant le centre des impôts, rue de la Charité. Elles protestent contre la suppression de 76 emplois dans le département. 

L’annonce de la suppression de 2163 emplois par Bercy ne passe pas. Mardi 19 janvier, les syndicats des Finances Publiques étaient réunis en intersyndicale pour protester contre ces départs à la retraite non remplacés. Dans le Rhône, 76 emplois sont concernés. Les agents demandent également l’arrêt de la restructuration des services entamée en ce début d’année. Pour la CFDT Finances, “les agents ne sont plus en capacité de répondre aux besoins des gens”. Du côté du directeur régional des Finances publiques, Laurent De Jekhowsky, l’objectif est de pallier “un déséquilibre coût-service”, notamment en développant le numérique mais aussi en créant un “nouveau réseau d’accueil de proximité”.

Une trentaine de représentants syndicaux étaient présents. Crédit : Nathan Chaize

Une proximité efficace ? 

La création de ce nouveau réseau passe par la suppression, à partir du 1er septembre 2021, de la quasi-totalité des trésoreries du département, à commencer par l’Arbresle et Thizy-les-Bourgs. Oullins, Rillieux-la-Pape et Villeurbanne seront les dernières communes à voir leur trésorerie disparaître en janvier 2023.

C’est la suppression de ces trésoreries qui cristallise les tensions. En effet, les citoyens seront amenés à se rendre dans des “Espaces France Services” pour faire leurs demandes. Laurent de Jekhowsky explique que “si le problème n’est pas réglé dans ces espaces, le citoyen prend un rendez-vous avec un agent compétent”. Pour la CFDT, c’est là que le bât blesse : “Il n’y a pas d’agent des finances publiques dans ces centres. Si vous avez une question compliquée, vous tombez sur quelqu’un qui a été formé 5 jours et qui va vous dire d’envoyer un message sur la plateform