En 2010, Villeurbanne aura sa Miss

Pour la première fois à Villeurbanne, des jeunes filles vont défiler afin d’être élues Miss Villeurbanne le samedi 10 Avril. Toute cette aventure a été organisée par une seule demoiselle du nom de Caroline Benarab.

Caroline aime les Miss. Très loin de l’image veille France de la plus célèbre organisatrice de concours de Miss, notre Geneviève de Fontenay nationale, Mlle Benarab est une jeune fille qui étonne par sa débrouillardise. A seulement 20 ans, cette étudiante en 2ème année de BTS Assistance Gestion en alternance, a créé, orchestré et inauguré la première édition de Miss Villeurbanne en cette année 2010.

Cette passion pour les Miss ne date pas d’hier. « C’est à l’âge de 15 ans que j’ai commencé à m’intéresser à ce milieu. Puis en 2008, l’année de mon BAC, j’ai participé à des élections de Miss. Cela m’a permis d’acquérir une grande expérience. Ensuite avec mes études, j’ai vu les Miss sous un autre angle: celui de l’événementiel. J’ai ainsi pu accorder ma passion et mon boulot et décidé de créer un comite de Miss là où  je suis née: à Villeurbanne. »

C’est en novembre 2008 que l’aventure commence. Caroline se rend au Centre social Charpennes-Tonkin à Villeurbanne où elle a rendez-vous avec Houda Afsouni, responsable du pôle jeune, qui la soutient dans son initiative et la promeut à travers toute la ville. C’est un lieu qui lui est familier, pour avoir déjà participé à plusieurs actions avec d’autres jeunes auprès des habitants. Désormais, il n’y aurait plus seulement des concours de Miss à Lyon, Caluire ou Montchat. Villeurbanne, l’une des plus grandes communes du Rhône, aura aussi son élection. Mais attention, pas question pour Caroline de se rattacher au Comité Miss France Officiel. « Le comité de Miss à Villeurbanne est en totale indépendance avec les autres comités dont celui de Miss France. Et cela parce que je veux surtout changer l’image que l’on a des Miss. »

Caroline a alors été à la chasse aux sponsors afin d’organiser de la manière la plus professionnelle l’élection. Mais surtout, elle a dû dénicher les perles rares qui défileront le 10 avril ! « Ce que je recherchais avant tout, c’était la motivation. J’ai du éliminer de nombreuses candidates car celles-ci se voyaient déjà Miss France… Je voulais des filles accessibles, qui font partie de notre quotidien. Des filles qui savent s’adapter suivant les rencontres, que ce soit avec le Maire comme avec des enfants. Elles doivent aussi connaître un minimum la ville qu’elles représenteront. J’ai également voulu me débarrasser de cette image de « femme objet » qu’est la Miss. Selon moi, une Miss a de l’élégance, plus que de la beauté, c’est une Miss motivée et bien évidemment une Miss qui sera en relation permanente avec son quartier ! » (Découvrez la photo des 16 finalistes sur le site du concours)

En pro de l’événementiel, la jeune fille a concocté une élection sur-mesure, loin, très loin, des clichés de l’émission diffusée tous les ans sur TF1 avec Jean-Pierre Foucault et Geneviève de Fontenay. Hormis le défilé, Caroline a programmé un spectacle avec des danseurs, la présence d’un DJ, de chanteurs, et également un espace débat pour les jeunes.  « J’ai beaucoup trop de personnes derrière moi qui attendent cet événement, je ne peux pas me permettre de les décevoir. Alors je me donne un maximum de moyens pour aller jusqu’au bout !  Je veux surtout donner l’exemple aux jeunes. Il est essentiel de montrer aux autres ce que l’on peut faire seul avec de la motivation. »

*Pour assister au défilé des jeunes demoiselles, c’est au Centre Culturel de Villeurbanne, 234 Cours Emile Zola a Villeurbanne le Samedi 10 Avril.  Pour découvrir les candidates, allez sur http://www.missvilleurbanne.com.
Crédit photo : caroline Benarab

 

Les derniers articles par Sofia Azzedine (tout voir)

Sofia Azzedine

Etudiante à l'Institut d'Etude du Développement après un parcours du combattant passé dans les méandres de la Science Politique, entre la Sociologie et le Journalisme et les Langues Etrangères. Je souhaite toujours explorer ces banlieues plurielles méconnues et mal traitées pour jeter au sol ces préjugés. Tout cela, pour éluder toute l'humanité vivace qui existe dans ces régions de la différence et de l'indifférence et faire parler cette jeunesse silencieusement bavarde.

Voir tous les articles de Sofia Azzedine →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *