Vendredi soir, l’Amiral est revenu comme un habitué dans la capitale des Gaulles à l’occasion de sa tournée française. Il défendait ainsi son album biographique Maintenant ou Jamais qui ponctue une carrière à son apogée. Les fans du Wati B étaient présents pour lui exprimer leur amour. Récit d’une soirée inoubliable avec un ami du LBB.  

DSCF5558
« Lève ton briquet si tu veux prendre le large car chez toi tu t’sens étriqué
On fait pas semblant, on d’vient dingue rien n’est truqué
La faute n’est pas aux parents j’te rassure on est bien éduqué »

C’était les rimes les plus prenantes de cette soirée. Celles du titre « On ne fait pas semblant ». Sur l’échelle de l’émotion, la détonation fut bien plus retentissante qu’à La Halle Tony Garnier. Preuve en était, les moments de grâce surprenants qu’ont offerts les quatre cent lyonnais présents à Dry. L’homme aux lunettes noires fort de plus de quinze ans de carrière semblait parfois lui même subjugué. Landri revenait dans le cadre de sa tournée et en plein bouillonnement de l’album « Maintenant ou Jamais » porté par le titre « Le Choix » interprété en duo avec Maître Gims. L’ancien membre des collectifs Intouchables et La Mafia K’1 Fry dont le rappeur reste très rattaché a tout donné encore une fois sans « faire semblant ».

« Les Lyonnais ? De grands supporters du Wati B ! »

A quelques mètres du métro Gerland, les premiers fans en casquette Wati B habituées et même connues de la tête d’affiche sautillaient. Elèves au collège Georges Brassens à Decines Léa (12 ans), Safia (12 ans), Anissa (12 ans)  n’en sont pas à leur premier concert avec le Wati B : « On est des Wati-soldates ! On aime Dry à l’infini. L’album est une tuerie. Notre chanson référence c’est « Bloqué ». Les collaborations sont magnifiques. Surtout celle qu’il a produite avec Kayna Samet pour « Le plus beau jour ». C’est ce qu’il raconte qui le démarque des autres rappeurs. Le Wati B est une façon de penser pas seulement un label.

dadju et abou tall su shin sekai en action

dadju et abou tall su shin sekai en action

A une heure du concert, tout le staff se restaurait dans les loges. Abou Tall, membre du duo Shin Sekaï avec Dadju qui assuraient la première partie du spectacle se satisfaisaient du bon départ du projet éponyme en deux volumes « et d’une bonne réception du public. De ce côté-là tout va bien. On est venu à Lyon il y a quelques jours pour une séance de dédicasses dans une boutique de streetwear (People Wear) et franchement on a encore mesuré l’amour du public local pour le Wati B. »

Détendu et heureux, Dry rayonnait. Il confiait : « Les Lyonnais sont de grands supporters. Je ne pense pas être surpris. Ce n’est pas une histoire de salle, où que l’on se produit, il y a le même engouement partout. Que ce soit à Lille, Marseille ou Lyon ça bouge vraiment.

Quand c’est plus petit, le public a une autre façon d’exprimer son amour. Le projet « Maintenant ou Jamais » marche bien, on l’exploite beaucoup à l’heure d’aujourd’hui. »DSCF5536
Lorsqu’on taquine le MC sur le fait de le voir beaucoup sur les featurings notamment avec David Carreira pour le titre « Obrigado La Famille » il reconnaît : «  Il est vrai qu’on a des ouvertures aujourd’hui différentes de celles d’avant. A 36 ans, tout est possible. Quand on regarde Nawel Madani : avant elle faisait du hip hop. Personne ne le destinait à un jouer un jour au Palais des glaces ! »

En tant que banlieusard lyonnais, difficile de ne pas évoquer la bande originale du film La Marche enregistrée avec plusieurs noms prestigieux et à laquelle Dry à prit part : « C’était une opportunité de travailler avec Akhenaton ou Kool Shen. On m’a sollicité alors je suis allé voir le film. Je ne suis pas d’origine algérienne mais je me suis senti concerné alors j’ai foncé. »

Sa chanson préférée reste la dernière piste de l’album « Rendez vous » et il dit à propos du tube « Le choix » : « Je parle à ma femme, à mes enfants, mes sentiments pour eux je n’invente rien. »

Il avoue ne pas avoir encore écrit de chanson de ce genre pour le public et dit : « Kerry James l’a déjà, je ne me suis pas encore dévoilé de cette manière mais peut être qu’un jour… »

Le public joue en double avec L’Amiral

L’échauffement accéléré assuré par le Shin Sekaï prenait l’air d’une affiche. On comprenait vite qu’ils étaient bien des initiés et avaient passé le niveau d’espoir pour entrer dans l’équipe première.

Leurs titres « Si j’étais » ou « Rêver » faisaient sauter le public à un point tel qu’on se demandait si on n’avait pas déjà décollé dans le programme de la soirée.

dry accompagne de harouna sur scene2

Dry sur scene

D’autant que les fans avaient révisé les paroles depuis des mois à coup de millions de vues sur You Tube.

Ils partaient avec le titre le plus prenant du volume 1 « Je reviendrai » : émouvant…

Dry entrait en scène et faisait entendre la voix de son parcours d’homme et d’artiste  accompagné de DJ Mosko-qui a travaillé avec Rohff et La Mafia K’1 Fry- et son talentueux comparse Harouna. Les chansons prenaient encore plus leur sens sur scène. Le public attendait « Bloqué », « Maintenant ou Jamais » ou «  Le plus beau jour ».  Maitre Gims, Tal ou Kayna Samet  n’étaient pas là ?

Le public pouvait largement assurer les featurings !

L’intensité sismique des  acclamations entre deux titres apparaissaient comme une surprise. Dry était rentré dans la légende depuis longtemps en fait !

Dr Bériz du collectif l’Institut qui interprète en duo avec Dry « On fait pas semblant » passait dans la tribune supérieure de la salle et lançait : « Je kiffe le Bondy Blog les frères ! »

dry toujours proche des fans

Le Wati B toujours proche des fans

Le front en sueur, le MC ne pouvait cacher son émotion. Même les lunettes noires parlent…

A la sortie du spectacle, son huitième avec le Wati B , Nathalie Pourrat (20ans) agent de développement était ravie :

« C’était un très beau concert, l’un des meilleurs que j’ai l’occasion de faire. C’est mon premier avec Dry. Trouver le temps fort du concert c’est relativement difficile parce tout était bien. Mais le plus touchant reste pour moi quand il a interprété « Maintenant ou Jamais ». L’album était bien retranscrit sur scène. Il a mis ce qu’il fallait. »

Depuis 2012, on est dans les années Wati B, attention il y a Black M qui va sortir « Les yeux plus gros que le monde ! » à la fin du mois est désormais très attendu…

 

Video de Shin Sekaï

 

Vidéo de Dry

Mohamed Braiki

Natif de Lyon et enfant des Minguettes,je suis diplômé de Lettres de la Fac de Lyon 2 et l’EFAP Rhône Alpes. J’ai roulé ma bosse dans des rédactions lyonnaises comme la radio Lyon Sport 98.4, Le Progrès,Foot 69.fr, Tribune de Lyon et Lyon Capitale.

braikimohamed@yahoo.fr