DOSSIER DÉCINES. Frank Buronfosse est conseiller municipal de Décines, où il a toujours été dans l’opposition. En 2008, il est élu divers gauche. En 2014 il est élu… divers droite. Il est également le président de l’association « Carton Rouge » créée en 2009 qui s’opposait à la construction du nouveau stade de l’OL. Il se confie sur le stade, la politique de la maire actuelle Laurence Fautra et la métropole, qui a vu le jour début 2015. ITW réalisée avant les négociations entre Jean-Michel Aulas (président de l’OL) et Mme Fautra (Maire de Décines) concernant le stade des Lumières.

 

Vous êtes le président de l’association « Carton Rouge », vous êtes également un farouche opposant au grand stade. En tant qu’élu décinois, comment vivez-vous l’arrivée du grand stade ?

Je m’aperçois bien que rien n’a changé. On se demande parfois où ça va. On essaye de pousser Mme Fautra au niveau juridique pour voir ce qu’elle va mettre en place pour le stade. Elle était contre pendant les élections, ce qui lui avait permis de remporter la mairie. Au contraire, elle fait ses petits arrangements avec l’ancien maire (NDLR Jérôme Sturla). Aujourd’hui, elle pourrait refuser le permis de construire pour les hôtels qui entourent le stade. Mais là, je ne suis pas sûr qu’elle le fera. Moi, j’aimerais que cette ville se montre un peu plus méchante avec M. Aulas, qui profite de nos terres qui avant appartenaient à des paysans. La mairie se posait des questions sur l’attribution du permis de construire (NDLR pour les hotels). Il faut quel l’on récupère quelques millions d’euros sur ces installations dont les terrains appartiennent à la ville. C’est un moindre mal, cela pourrait permettre à la ville de Décines de s’y retrouver.

La construction du stade devait générer environ 2 000 emplois dans la ville de Décines, et permettre à des jeunes de se former aux métiers du bâtiment. Qu’en est-il de ses promesses ?

Ce stade n’a pas permis de création d’emplois à Décines. Au contraire, je dirais que ce stade est un projet européen avec l’apport de travailleurs portugais, polonais, roumains et d’autres nationalités. Même le toit du stade n’est pas fabriqué en France mais au Portugal. C’est une honte ! On parle de crise et on ne fait même travailler nos jeunes et nos concitoyens. M. Sturla (NDLR Ancien maire de Décines) citait en exemple cette construction pour pouvoir donner du travail aux Décinois et les bienfaits du stade sur notre ville. Il n’en est rien. Sur les 2 000 emplois prévus, il doit en avoir une dizaine, on est loin du compte.

L’Uni-Est (Plan intercommunal pour l’insertion), l’association qui était subventionné par le Grand Lyon et présidée par Jean-Luc Martinez (ancien Adjoint au développement urbain), devait mettre en place une politique de formation pour les jeunes décinois. Il n’y aucun résultat. À un moment donné, on va leur demander de rembourser.

Votre groupe Divers Droite, dont Sandy Sagnard fait également partie, fait partie de l’opposition. Quelle est l’ambiance pendant des conseils municipaux ?

Avec Mme Fautra, c’est une dictature déguisée. En conseil municipal, nous n’avons plus le droit de nous exprimer. On ne peut plus poser de questions. Je suis très déçu de la politique mise en place et de l’attitude de Mme Fautra. J’ai quitté le dernier conseil municipal, pour montrer mon mécontentement et ma déception sur sa politique. On a aucun point lors des décisions municipales, cela se fait en comité restreint. C’est-à-dire au sein de sa majorité. On ne peut pas parler ou questionner Madame le Maire. C’est un peu une république bananière. Le règlement du conseil municipal est plus restrictif qu’avant. Il n’y a plus aucune liberté supplémentaire. Par rapport à Sturla, c’est en dessous.

D’après nos sources, à la soirée des associations organisée début janvier par la mairie de Décines, M. Aulas aurait déclaré à propos de M. Layat : « Cet homme fait pleurer dans les chaumières ». Ce n’est pas un manque de respect vis-à-vis des Décinois ?

Mr Layat est à l’image des Décinois, c’est-à-dire des paysans. On en est là, c’est très grave. Ils n’auraient jamais fait ça dans l’Ouest lyonnais. Dans l’Est lyonnais, ils font ce qu’ils veulent. C’est les élus de l’ouest lyonnais qui ont élu Gérard Collomb, président du Grand Lyon. Dans l’est, on n’a aucun poids politique, ils profitent de nous. À Décines, M. Aulas mène la politique qu’il veut, car il n’y a aucun contrepoids politique, et c’est Gérard Collomb qui lui a donné ce terrain avec l’aval de M. Sturla et M. Crédoz. Il y aurait bien une chose qui pourrait freiner la construction des installations du stade, c’est le permis de construire pour ces hôtels. Mais Mme Fautra fait beaucoup rire M. Aulas. Il l’aura son permis et les habitants de Décines auront perdu leur âme.

Comment cela se passe-t-il à Décines depuis début 2015 et la naissance de la Métropole ?

Lors de notre premier conseil de cette année, nous avons voté une délégation de pouvoir qui concerne la circulation, donc c’est cette institution qui va gérer la circulation à cause du grand stade, c’est n’importe quoi. Collomb va gérer la circulation sur Décines. On pourra même ne rien dire au maire et elle nous répondra : « Si vous avez un problème, allez voir Collomb », c’est un peu facile. Mme Fautra se débarrasse de la ville de Décines et la laisse entre les mains de Collomb et d’Aulas. Bravo. On pourra même plus organiser la circulation les soirs de match. On ne sera plus maître de notre ville. Élire un maire qui fait pantin, moi franchement je leur laisse place.