De la boxe anglaise à la Caladoise

De retour dans le Beaujolais, à Villefranche-Sur-Saône, cette fois ci je ne suis pas venue faire un petit « plouf » au Nautile mais je suis allée au gymnase de Beligny pour observer un Gala de Boxe Anglaise.

Accompagnée de mon ami Khaled qui pratique également ce sport, je me suis alors rendue dans cette arène de la Saône. Dans le public, beaucoup de petits frères que les grands boxeurs, Champions de France, prenaient avec joie dans leurs gros bras de sportifs attachants et évidemment, très peu de rescapées féminine assise dans le cortège (quatre au total…).

 

En allant au dessus du ring, dans la salle d’entrainement où les combattants s’entrainaient, j’ai rencontré trois grands garçons : Yassine Lazreg, un boxeur débutant, Aleydin Kermiche, un jeune homme de 19 ans qui boxait depuis deux ans et demi qui fut promu Champion de France des Seniors – 64 kilos et Hamid Boughanmi, 21 ans qui pratique ce sport et qui rend visite aux Championnats depuis 7 ans. Il a obtenu en 2007 le titre de Champion de France.

 

Quand je leur ai demandé qu’elle était la raison pour laquelle ils avaient choisi de faire de la boxe plutôt que du foot, ils me dirent en cœur qu’« ils ne désiraient pas faire comme les autres de leur âge » car les sports de combat ne bénéficient malheureusement pas d’une image aussi bling bling que celle du foot. Selon eux « la boxe n’est pas un sport que l’on pratique hors de la salle d’entrainement », en effet, pendant leurs entrainements ils ont retenu cette leçon de vie qui est de toujours « garder la tête froide malgré les épreuves » car comme le dit si bien Aleydin, « c’est lorsque l’on s’énerve, que l’on perd tous ses moyens, sur le ring comme dans la rue » et Hamid de préciser qu’il est inutile de lever la main sur autrui dans la rue.

Ces champions plein de vigueur ont des projets pour leur ville de cœur, ils souhaitent faire monter des jeunes boxeurs au niveau professionnel pour être reconnu en France, et changer l’image néfaste que le club de Beligny possède jusqu’à maintenant. Et par solidarité, ils ont décidé de couper toute discussion lorsque l’un de leur confrère commençait son match.

 

A ce Gala contre les Caladois, des Vénissians sont venus se battre sur ce ring entre les arbitres habillés de cette tenue blanche surmontée d’un nœud papillon noir et de ces bras qui jugeaient d’un coup bref la gravité de la faute et qui tels des organes de maestro menaient la danse de ces guerriers arborants toutes les couleurs. Un coin bleu qui se confrontait avec violence au coin rouge qui se retrouvait déjà fort affaibli lorsque le ding dong de la fin du 1er round retentissait. Des gouttes de sueur qui s’échappent, des haletements à peine perceptibles, des peaux qui rougissent, des sourires qui s’échangent, des torches de feux oculaires qui se lancent, des bras qui se cassent… des combats de boxe anglaise commencent et s’enchainent sans cesse pendant tout un après midi, sans jamais lasser ce public en feu qui jettent des hurlements encourageants.

 

Avec un confrère du journal « Patriote du Beaujolais » qui me racontait son parcours professionnel, je faisais les va et vient entre les sportifs qui me faisaient toujours de beaux sourires, je m’entrainais moi aussi à me battre avec mon appareil photo pour parvenir à prendre des clichés dignes des plus grands, je parlais avec les petits du quartier qui s’entrainaient contre les grands sacs rouges pendus; un après midi convivial passé en dessous, et au dessus de ce ring de feu en placé dans un coin de Villefranche-sur-Saône et au milieu de tous ces Champions plein d’espoir.

 

Les derniers articles par Sofia Azzedine (tout voir)

Sofia Azzedine

Etudiante à l'Institut d'Etude du Développement après un parcours du combattant passé dans les méandres de la Science Politique, entre la Sociologie et le Journalisme et les Langues Etrangères. Je souhaite toujours explorer ces banlieues plurielles méconnues et mal traitées pour jeter au sol ces préjugés. Tout cela, pour éluder toute l'humanité vivace qui existe dans ces régions de la différence et de l'indifférence et faire parler cette jeunesse silencieusement bavarde.

Voir tous les articles de Sofia Azzedine →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *