Ceux qui perçoivent le salaire minimum (SMIC) ne sont pas un groupe uniforme, beaucoup doivent cumuler plusieurs contrats de travail pour un salaire tout juste décent.

Fini l’époque où l’on travaillait pour un employeur jusqu’à sa retraite, et le travail à temps complet devient une denrée rare. Alors pour obtenir de quoi vivre plus décemment, il faut multiplier les contrats à temps très partiels pour joindre les deux bouts. Les « deux bouts » c’est souvent le SMIC soit exactement 1 037,53 € net par mois depuis le 1er juillet 2008.

Lorsque je décide d’aller à la rencontre des personnes cumulant ces contrats, je suis vite orientée vers des femmes travaillant dans le secteur du nettoyage. Felicity, 28 ans, est venue du Ghana il y a six ans et, depuis son arrivée à Lyon, elle a toujours fait le ménage. Dans son pays, après avoir échoué au bac, elle fait une formation de vendeuse et exerce ce métier durant trois ans. Elle souhaiterait plus tard pouvoir retravailler dans la vente mais pour le moment elle n’a trouvé que le nettoyage. La jeune femme n’est pas mécontente car il faut subvenir à ses besoins et ses trois CDI le lui permettent. Trois lieux de travail donc, pour 3 créneaux horaires, 3 employeurs, 3 contrats de travail, 3 bulletins de salaire par mois : c’est la vie professionnelle de Felicity.

Elle commence le matin à 6h30 par l’école de musique à 30 minutes de chez elle puis enchaîne à 10h par un immeuble de son quartier où elle nettoie les allées et sort les poubelles jusqu’à 11h30 ; elle reprend à 17h, direction les bureaux du quartier de la Part-Dieu et ce jusqu’à 19h. Felicity travaille 6h par jour et perçoit un peu moins de 1 000 €, soit moins que le Smic. Parmi ses employeurs, l’un d’eux la paie mieux au taux horaire, elle y voit un avantage en espérant que celui-ci lui propose d’autres chantiers. Le temps accordé pour la réalisation de son travail est trop court au vu des tâches demandées, elle doit alors travailler vite et parfois d’autres viennent s’ajouter. Elle n’a pas le choix, il faut garder son emploi car les femmes de ménage « ça se change »facilement, dès qu’il y a remontrances du client.

Sara a 22 ans, elle travaille du lundi au dimanche, comme Felicity elle a trois employeurs, deux lieux de travail dans la semaine et un autre le week-end. Elle débute sa vie professionnelle, a des souhaits d’indépendance et cela ne la dérange pas pour le moment. Elle perçoit son Smic et c’est déjà pour elle un début vers l’autonomie, elle peut alors chercher un appartement.

Deux millions de personnes sont payées au Smic, combien arrivent à cumuler différents contrats ? Combien ne peuvent le faire et restent « prisonnières » du temps partiel avec des revenus avoisinant les 800 € soit le seuil de pauvreté ?

Une augmentation plus significative du Smic était attendue du gouvernement afin de doper le pouvoir d’achat  – il n’en est rien –, mais un projet de loi sur la fixation du Smic doit être présenté en conseil des ministres avant les vacances parlementaires. Affaire à suivre.

Par Fouzia Othman

La rédaction

Crée en 2008, la rédaction du Lyon Bondy Blog s'applique à proposer une information locale différente et complémentaire des médias traditionnels.

Les derniers articles par La rédaction (tout voir)