Pour sa 19e édition, la Biennale de la danse de Lyon propose une nouvelle programmation spécialement dédiée aux jeunes : l’Expérience Fagor. L’objectif est de faire découvrir la danse de façon inclusive et festive.

La Compagnie FAIR-E, projet Apaches, chorégraphié par Saïdo Lehlouh. Crédit photo : Laurent Philippe.

« Pour nous, ça change un petit peu puisque ce n’est pas dans un théâtre ! » Marianne Feder, conseillère artistique à la Maison de la Danse, souhaite avec l’ensemble de son équipe que cette nouveauté séduise la jeunesse lyonnaise. Performances, installations vidéos gigantesques, masterclasses et battles sont à prévoir sur le site des usines Fagor à Lyon 7e. Le tout concocté par des adolescents, des étudiants et des amateurs de danse âgés de 15 à 25 ans. « Toutes les installations ou performances que l’on va retrouver à Fagor ne sont pas faites pour être dans des scènes de théâtres, elles sont imaginées spécialement pour des espaces urbains, ce qui touche davantage les jeunes. » L’Expérience Fagor promet une ambiance euphorique, dans un esprit d’ouverture et de partage autour de la danse.

« Énormément de propositions vont se croiser ! »

À l’origine de l’Expérience Fagor, onze artistes pluridisciplinaires – chorégraphes bien sûr, mais aussi des vidéastes – sont allés à la rencontre de la jeunesse lyonnaise et métropolitaine. Ensemble, ils ont formé des projets diverses et variés autour de problématiques que traverse la jeunesse aujourd’hui. Ils ont exploré une « nouvelle expérience sensible et de nouveaux imaginaires », explique Marianne, entre réflexions sur l’avenir et introspections profondes.
« Énormément de propositions vont se croiser ! On peut se pointer le samedi ou le dimanche après-midi à Fagor et passer d’une installation à une performance à la conférence dansée… Le but est de vivre le plaisir de la rencontre et l’échange artistique. » À noter que des temps forts sont prévus le 11, 12 et 13 juin : « on vous garde la surprise… ».

Projet « Cher futur moi » d’Irvin Anneix. Crédit photo : Irvin Anneix.

« Fagor est particulièrement inclusive »

L’Expérience Fagor prône la participation avant l’observation. « Ce n’est plus les artistes qui font leurs œuvres et qui les donnent à disposition aux spectateurs, là c’est carrément les artistes qui intègrent à leurs œuvres les spectateurs. » C’est ce qui rend l’Expérience Fagor unique en son genre et, « particulièrement inclusive » selon Marianne. Que des jeunes puissent participer au processus de création permet un renouveau, un vent de fraîcheur sur la scène artistique lyonnaise. L’art de la Biennale, c’est aussi de favoriser un accès à la culture avec des œuvres exigeantes. « C’est un équilibre entre les artistes les plus repérés du moment, les plus pointus, et une dimension populaire, hyper ouverte, festive et participative », conclut Marianne.

La Biennale de la danse aura lieu du 1 au 16 juin et l’Expérience Fagor, gratuite, débutera le 8 juin jusqu’à la fin de l’événement.

Inès Apetovi.