Du 16 mai au 4 novembre se tient à la Bibliothèque de la Part-Dieu ‘’Vlan !’’, une exposition retraçant 77 ans de bandes dessinées lyonnaises et de la région du Rhône. Gratuit et accessible à tous, ce rendez-vous artistique est une véritable machine à voyager dans le temps.

77, c’est le numéro du département de la Seine-et-Marne. Mais c’est surtout l’âge de la bande-dessinée lyonnaise. Un anniversaire fêté avec une exposition au sein de la Bibliothèque de la Part-Dieu, située près de l’entrée. Divisée en trois salles, elle retrace l’historique de la bande dessinée à Lyon, avec des œuvres originales ou des planches de dessins, tirées de collections particulières ou privées. Ainsi, c’est avec des pièces rares et parfois uniques que l’exposition organisée par la bibliothèque municipale nous apprend l’histoire des grands du neuvième Art lyonnais, passés et actuels.

Il était une fois…

La première salle est relativement petite, et propose de découvrir rapidement les trois grandes maisons d’éditions lyonnaises : les éditions Pierre Mouchot, Lug et Impéria ; aujourd’hui, elles ont toutes disparues. La première, celle du dessinateur et scénariste du même nom, est la plus ancienne et a connu un grand succès avec son super-héros Fantax. Cependant, c’est aussi lui qui sera la première victime de la loi du 16 juillet 1949, sur la censure, après sept ans de batailles judiciaires. En effet, la série de Mouchot est accusé d’être beaucoup trop violente, montrant des scènes de tueries parfois sanglantes. Après cela, les autres éditeurs ont préféré s’autocensurer.  Viens ensuite Lug, connue pour ces nombreux héros comme Blek le Roc ou Tex. Mais le succès vient quand la maison d’éditions fait paraître de nombreux titres de Marvel, à fin des années 60. Vient ensuite la maison d’édition Impéria, spécialisée dans la parution de BDs petits formats, qui ont euES un succès retentissant à Lyon dans les années 50.

…La bande dessinée old-school

La seconde salle de l’exposition regorge de pièces rares originellement éditées par les maisons d’éditions précédentes, ou même étrangères.  Dans cette salle, on retrouve tous les grands thèmes qui ont pu inspirer les auteurs et les scénaristes du siècle passé.  Ainsi, on découvre les thèmes des super-héros, avec des héros lyonnais, le western et ses cow-boys et ses trappeurs. On retrouve aussi des œuvres à connotations historiques comme Robin des bois, ou les héros de la jungle à l’image de Tarzan. Le thème de l’humour est aussi présent, un des thèmes fonctionnant sans doute aux côtés des super-héros. Il reste un dernier thème à aborder, celui de la bande dessiné pour filles. A ses débuts et pendant longtemps, la BD est resté un genre quasi masculin, autant chez les créateurs que chez les lecteurs. Puis, des lectrices sont arrivées. Mais à ses débuts, la BD pour filles était affreusement niaise et cela n’a absolument pas marché, et le genre a disparu aussi vite qu’il était arrivé.

 

…Puis vint la bande dessinée moderne

La troisième et dernière salle de l’exposition contient des œuvres beaucoup plus récentes. Ici, on découvre les nouvelles maisons d’éditions de Lyon et de la région, comme Mosquito, Jarjille, l’Epicerie Séquentielle. Quelques dessins parlent plus au public, comme ceux de Loisel (La Quête de l’Oiseau du Temps). On découvre aussi Original Watts, une maison d’édition spécialisée dans la réédition de bandes dessinés françaises. Avec la bande dessinée d’aujourd’hui, de nombreux thèmes supplémentaires, parfois plus complexes, sont explorés. Ainsi, on peut retrouver de la biographie et de l’autobiographie, du reportage historique et contemporain… Enfin, la BD féminine est de retour, avec des créateurs et des créatrices, et des histoires bien plus construites et intéressantes qu’auparavant. De plus, elle sert de moyen de communication pour des messages féministes et engagés.

Près d’une centaine d’œuvres  sont exposées, BDs et planches confondus, avec certains livres consultables pour ce qui est de la bande dessinée moderne. Une exposition pour tous, qui ravira les fans et fera découvrir beaucoup à ceux qui ne sont pas forcément friands du genre. Des maisons d’éditions lyonnaises d’hier à celles d’aujourd’hui, la BD à Lyon a de quoi faire couler encore beaucoup d’encre.