Ce dimanche 8 juillet un grand tournoi de foot solidaire a eu lieu au parc de la Tête d’or afin d’essayer de lutter contre le racisme. Une rencontre qui prône la fraternité et le partage dans le cadre des Dialogues en Humanités. Des jeunes réfugiés et des joueurs issus des clubs, se sont rencontrés à cette occasion pour dire “NON” au racisme. Le LBB s’est rendu au parc de la Tête d’or durant toute cette journée afin d’assister à ce tournoi de la fraternité.

De 10h à 14h, l’événement a vu s’affronter lors d’un tournois amical de football des jeunes qui prônent la non-violence et l’antiracisme. Une quarantaine de footballeurs étaient donc présents pour la 2ème édition du tournoi de la fraternité. L’idée, a été initiée l’an dernier par la Licra (Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme) et des Dialogues en Humanités. Trois sponsors ont participé financièrement à la réalisation de cette rencontre en fournissant des sandwichs et du matériel sportif.

 

Un sport qui touche tous les sujets

À la question “pourquoi le football ?” une des bénévoles de Licra répond “C’est tellement populaire et ça touche à un grand public. C’est un bon moyen de rassembler des personnes de toutes horizons.” De plus en période de coupe du Monde et en tenant compte de la popularité de ce sport en France qui ne compte pas moins de 2 160 788 licenciés dont 159 128 femmes, faire rencontrer les jeunes autour de ce sport est plus “constructif” selon l’un des bénévoles de Licra.

Si certains problèmes de racisme et de sexisme sont encore très fréquents dans ce sport, et même au plus haut niveau, ce tournoi a ainsi pour objectif de redorer l’image du football auprès des jeunes et d’utiliser le symbole d’union pour rassembler les gens peu importe leurs origines ou leur sexe.

 

“Tous ensemble sur le même pied d’égalité”

Composé d’hommes, de femmes, de jeunes, de moins jeunes et de personnes venant du monde entier, le tournoi remplit le contrat de la fraternité en cassant à son niveau les préjugés de tout un chacun. Une des joueuses explique “on ne se connaissait pas avant d’arriver et pourtant maintenant c’est comme si on se connaissait depuis toujours”. Joueuse issue de l’équipe de la métropole Lyon, elle a entendu parler de cette rencontre par une coéquipière et le projet lui a tout de suite plu.

En développant encore un peu plus les relations entre les associations de réfugiés, un autre bénévole de la Licra s’est montré très satisfait de l’engouement suscité par le tournoi qui a su mettre en avant positivement les réfugiés. Parmi ces jeunes joueurs, un jeune de 14 ans, venant de gagner un match, était lui très heureux de participer à ce tournoi. Quant à la fraternité, il déclare « on a pu partager avec des personnes qu’on ne connaissait pas forcément et c’est là toute la beauté de ce tournois ». Il a également précisé que les femmes de son équipe jouaient très bien et nous a confié beaucoup apprécier l’opportunité de pouvoir participer à un tel tournoi.

“Notre objectif, ce n’est pas la compétition mais jouer tous ensemble sur le même plan d’égalité” déclare Yann Berthier, le responsable de l’organisation. Concernant les difficultés rencontrées pendant l’organisation, le statut des mineurs isolés étrangers a été la principale difficulté à gérer. Leur transportation, leur santé et les questions de législation ont demandé une préparation assez complexe pour les organisateurs mais Yann en est persuadé, « il y aura une 3ème édition ».

 

Cindy Da Silva

Melek Güneş

La rédaction

Crée en 2008, la rédaction du Lyon Bondy Blog s'applique à proposer une information locale différente et complémentaire des médias traditionnels.