La musique électronique s’est aujourd’hui imposée dans le paysage musical français. Après les raves party et les soirées underground, le son électronique s’est ouvert ou grand public. Si d’après France culture et Rue89Lyon, la région Rhône-Alpes est une région historique de ce style musical en France, qu’en est il aujourd’hui ? Nous avons rencontré différents acteurs de la scène électronique lyonnaise.

 

La culture de la musique électronique revêt un intérêt et une fascination transgénérationnelle. Venue de Detroit, la musique électronique a traversé l’Atlantique et est arrivée en France dans les années 1990. C’est avec la détermination de quelques pionniers que la ville de Lyon a vu fleurir les premiers disquaires, clubs et soirées officielles ou clandestines. Toute une génération a vite pris la vague, parfois contre les autorités, les médias et les institutions.

Des débuts lyonnais entre répressions et reconnaissance

Puis est arrivée la répression. Le 18 mars 1994, la soirée Numésis au Transbordeur a rassemblé plus de 2 000 personnes. Les forces de l’ordre ont attendu les participants à la sortie. En 1995, le ministre de l’Intérieur a publié une circulaire concernant les soirées de musiques électroniques. Il est ainsi devenu presque impossible d’obtenir les autorisations pour les organiser.

Deux ans plus tard, le maire de Lyon Raymond Barre a autorisé le 24 février 1996 la rave Polaris à avoir lieu à la Halle Tony-Garnier. Mais c’était sans compter sur l’association des discothèques de Lyon et sa région, qui a notamment organisé une manifestation violente pour faire pression sur le maire. Les organisateurs se sont vus obligés d’annuler la soirée, après y avoir investi un million de francs. Lyon est alors devenu le symbole d’une répression considérée comme « anti-techno ». En réponse, les acteurs de la scène électronique lyonnaise, tels que Patrice Mourre et Michel Masurel, ont créé l’association Technopol, qui a joué un rôle déterminant dans la reconnaissance du mouvement.

Reportage de l’INA du 11 mai 1997, sur une Rave Party à Paris

30 ans après cette « dernière Odyssée », comme l’appellent Laurent Garnier et David Brun-Lambert dans leur livre commun Électrochoc, la musique électronique a gagné ses lettres de noblesse. Le style musical s’est démocratisé et s’étend maintenant au-delà des raves party et des soirées underground et secrètes.

Le 12 octobre 2016, la SACEM a publié le premier rapport sur les musiques électroniques. Au-delà d’une reconnaissance pour la culture électro, cette étude montre l’existence d’un marché autour de ces musiques. En France, le poids économique de ce secteur s’élève en 2016 à 416 millions d’euros hors taxes, soit 17 % du marché des musiques actuelles. La branche techno/house représente 98 millions d’euros, dont 92 millions viennent du live. La musique électronique est aujourd’hui partout sur la scène des clubs lyonnais.

 

D’une communauté secrète à une communauté publique

À Lyon, comme ailleurs en France, le temps des répressions et des révoltes est révolu. C’est notamment grâce à de nombreux collectifs comme Technopol, ou plus récemment Artjacking ou Club 90’s, qui contribuent à faire vivre et à diffuser le son de la scène lyonnaise.

« La scène locale est le terreau sur lequel on construit tous nos projets et c’est aussi l’âme des musiques électroniques. Elles se sont construites en 30 ans avec des collectifs, assez transversaux dans leurs idées, raconte Pierre-Marie Ouillon, le directeur artistique du Sucre et du festival des Nuits sonores lors d’une conférence de la SACEM. On opère un décryptage sur notre territoire local, notre territoire français. À Lyon, on est en train de vivre une période assez extraordinaire. Je la résumerais par ce hashtag de la scène lyonnaise : le #LyonIsBurning. Les acteurs de la scène lyonnaise mettent en avant ce hashtag pour dire qu’effectivement se sont les collectifs qui sont en train de transformer la création sur notre territoire à Lyon et qui transforment, au-delà de la création, les événements qu’on y fait. Aujourd’hui, au Sucre, on arrive à avoir en résidences des artistes lyonnais, on les aide dans leur développement. Cette scène est aussi par son indépendance très exigeante, c’est une révolution sur notre territoire ».

Les collectifs, labels ou associations, permettent de garder ce côté communautaire de la musique électronique qui aurait pu se perdre avec sa démocratisation. C’est le cas d’Art Feast Record par exemple, « l’idée c’est de faire un Art Feast familly. Uniquement avec des artistes avec qui on a des liens très forts », annonce JM d’Art Feast. De même pour le Club 90’s, un jeune collectif de deux ans, créé par quatre amis. La prolifération de collectifs est une des sources de cette ouverture de l’électro au grand public. « Pour moi, c’est l’étendue du mouvement qui a changé. Avant, c’était un mouvement à part », glisse JM.

Internet sert aussi de médium à la musique électronique, car il permet l’accès à de nouveaux moyens pour la création des sons. « Internet, c’est plus un moyen de propager et du coup de donner envie à des gens d’en fabriquer, alors qu’avant il fallait plus de moyens. Celui qui a envie de faire de la musique a les moyens de pouvoir en faire », explique JM.

Si la scène lyonnaise est aussi présente dans ce style musical, c’est que les acteurs de la capitale des Gaules sont très actifs, nombreux, et surtout curieux. « Il y a énormément de petits producteurs qui ne sortent rien, mais qui sont actifs quand même, qui sont DJs, producteurs, organisateurs. Parce qu’avec internet, ça permet de mettre en lumière des gars. Après, à Lyon, je trouve qu’on a la chance d’avoir un public curieux, qui connaît beaucoup de choses. La scène électronique peut que se développer vu que ce sont des mecs qui sont à la recherche de nouveautés. Pour moi le principal caractère de l’électro française c’est qu’elle est très riche et qu’elle va de l’avant », commente JM.

 

Le live au centre de la scène électronique  

Ce qui fait vivre la musique électronique, notamment à Lyon, c’est avant tout la présence d’artiste sur scène, en soirées ou en festival.

GRAPHIQUE : Poids économique du live dans la musique électronique. Crédits graphique : SACEM

Pour Florent du label French House Records, « le marché a complètement changé. On écoute la musique sur YouTube, Soundcloud, Deezer ou Spotify. On n’achète plus de musique. Plus personne ne vient en soirée avec un CD. Il y a eu un virage. Des artistes connus vont faire des rentrés d’argents pour notre label, mais clairement pas autant qu’avec les soirées ou les festivals. Il y a tellement d’intermédiaires qui prennent des commissions avant l’artiste que ça ne lui rapporte pas grand-chose. Après, il faut continuer à diffuser parce que ça permet de se faire connaître, d’avoir un support pour les soirées».

GRAPHIQUE : Les acteurs de la scène électronique. Crédits graphique : SACEM

Cette présence sur scène est également possible à Lyon grâce à la richesse et la diversité des lieux consacrés à ce style musical. « On a des clubs qui sont historiques, rappelle le Club 90’s. Le DV1 qui était là et qui s’appelle le Groom maintenant, le Bloc qui continu aussi en devenant le Diskret. Ce qui est bien c’est qu’on a des lieux qui restent, qui font de la musique depuis 20 ans. C’est le feu en ce moment à Lyon. Puis il y a les Nuits sonores aussi. On a beaucoup de chance d’habiter ici ».

 Si les scènes permettent aux artistes d’avoir un certain revenu pour les plus connus, elles sont également ce qui amène la musique à électro à être connue, reconnue, diffusée et écoutée.

À Lyon, ce sont les Nuits sonores qui ont vraiment contribué à l’avènement des musiques électroniques. « La ville commence à s’afficher correctement, merci les Nuits sonores pour ça », dit Adrien de French House Records. Depuis 2003, le festival investit des lieux historiques de la ville au mois de mai. « C’est vrai qu’il y a eu un avant et un après, raconte Anton X. Avant les Nuits sonores, c’était plus compliqué, il n’y avait pas grand-chose. C’est vrai que depuis quelques années il n’y a jamais eu autant de clubs et autant d’artistes sur Lyon. C’est plutôt porteur. C’est l’un des festivals les plus côté en termes de réputation et de renommée ».

 

Le quartier de la Confluence est un des espaces lyonnais le plus riche au niveau de la scène électronique, avec le Sucre notamment. En mai 2018, un nouveau club ouvrira ses portes quai Rambaud : Azar. Déjà dynamique, la scène lyonnaise n’a pas fini de nous surprendre et d’évoluer.

 

Prochains événements des interviewés :

  • Club 90’s : 17 février 2018 au Petit Salon
  • Anton x : 28 avril au Diskret
  • Elyontro Records: extrait de sa prochaine sortie le 8 mars
  • French House Records: 31 mars 2018, Livestation, DIY x FHR Label, Adrien Gartner / Florent Volt
  • Art Feast Records : 24 février 2018 au Terminal

 

 Clara Delormeau

La rédaction

Crée en 2008, la rédaction du Lyon Bondy Blog s'applique à proposer une information locale différente et complémentaire des médias traditionnels.

Les derniers articles par La rédaction (tout voir)