Ce vendredi au CCO de Villeurbanne, des jeunes artistes rhônalpins ont croisé le fer dans un tremplin unique organisé par l’association FEDEVO (fédération régionale de hip-hop et des cultures urbaines). Celui-ci a pour but de leur donner plus de visibilité pour développer leur carrière. Le jury, composé de grands noms du rap et de la danse, a apprécié un panel de talents représentant bien les banlieues de la région.

Voilà un moyen original de promouvoir la culture urbaine et toutes ses disciplines artistiques. Les participants, âgés de 10 à 21 ans, ont l’occasion de se mettre en lumière face à un public exigeant et surtout un jury composé d’artistes aux parcours qui font rêver les plus jeunes.

Un jury digne d’un grand festival

Pour ces demies finales, les neuf groupes ou collectifs Rhônalpins en lice savent qu’en arrivant au CCO de Villeurbanne, la partie n’est pas facile. La compétition revêt l’allure d’un tournoi sportif avec deux poules dont les meilleurs se qualifient pour une finale en septembre. En jeu, un séjour de trois jours à Paris dans un grand studio d’enregistrement pour réaliser une maquette, un shooting photo et un clip vidéo. Le deuxième profitera du même pack, mais à Lyon.

Affiche du Star Inter Cités
Rudy Moradel, président de FEDEVO, la médiatrice culturelle Naïma Romdhane et leur équipe ont réalisé de gros efforts pour composer un jury haut en couleur. Tout d’abord, le parrain Kery James accompagné de Sniper et de la rappeuse londonienne Lady Leshurr. On retrouve également Tito Prince, DJ Cutson et l’auteur-compositeur Mounir Maarouf. Enfin, des grands noms de la danse comme ALI-H, Alicia Roche (So united Crew) et Azzedine Benyoucef illuminent également l’affiche.

« Pour réussir, il faut passer par le rap underground »

Les groupes issus de MJC ou de petits labels arborent des styles artistiques différents. Une partie d’entre eux prépare déjà des projets en studio (EP, mixtape). Chacun apporte sa touche d’originalité sur des passages de cinq minutes. Afro dance, egotrip, rap conscient ou freestyles s’harmonisent sur la scène.

IMG_0817
Le producteur lyonnais de rap Elkalife, fondateur du label Frapmusic, prévient que ces jeunes candidats doivent effectuer un énorme travail avant d’atteindre le résultat escompté. Il ne faut pas s’assoir sur ses acquis. Elui qui a collaboré avec Sniper reste enthousiaste quant à l’initiative de FEDEVO :

« Elle a pour but de faire avancer le rap. Rudy Moradel est un activiste, il a gardé les valeurs du hip-hop de base qui consistent à fédérer et à créer l’émulsion. Dans le cas contraire, ça ne prend pas et on ne peut pas créer un engouement autour du hip-hop. On a besoin de ces tremplins, car pour qu’un artiste puisse être remarqué, il faut qu’il ait déjà fréquenté le rap underground. »

Le freestyle, exercice favori du public et des candidats

Pour Cicoux (17 ans) du groupe GP 800, c’est une première. Venu de Rive-de-Gier avec le 6 Dance Crew, il offre l’un des passages les plus applaudis avec un style audacieux et varié. Il reconnaît que venir faire une scène devant des artistes de renom « est une pression positive. On est là pour gagner quelque chose. La préparation du show a été difficile mentalement. J’ai dû changer de danseurs et de chorégraphies et j’ai pris du temps pour écrire mon texte. Mon style habituel de rap c’est la trappe avec des prods américaines. Mais aujourd’hui, je voulais montrer que je savais faire de tout. »
Le plus connu des candidats est le Vaudais Djack Turbulence qui a remporté la dernière édition en 2013 avec sa danseuse Sarah K. Il fait figure de représentant local et présente son show en exclusivité. Sa prestation fait sensation. Celui que l’on connaissait comme un rappeur de freestyle avec des punchlines aiguisées montre de vrais talents de danseur sur scène.

« C’est une compétition organisée par l’association FEDEVO que je connais donc il y a un attachement. Je partage avec les autres le plaisir d’être jugé par des grands noms. Je compte sur ma technique de freestyle et les punchlines que je mets dans mes paroles pour gagner cette seconde édition. »

IMG_1171

Après les prestations de Sniper et de Lady Leshurr, Kery James, le parrain du Stars’ Intercités 2015 livre les noms des qualifiés pour la finale qui aura lieu le 19 septembre : 6 Dance Crew, GP 800, Djack Turbulence, Sky Conqueror, La Tess et Artisans du Bitume.

Dans un contexte difficile pour les artistes hip-hop, ce tremplin est une ouverture, mais aussi une réplique aux préjugés portés sur le rap lyonnais et régional. Les artistes et les organisateurs ont fait preuve d’une créativité et d’une détermination apportant une lueur d’espoir. Rendez-vous le 19 septembre pour la finale.

Pour aller plus loin

FEDEVO porte le hip-hop à bout de bras

 

 

Mohamed Braiki

Natif de Lyon et enfant des Minguettes,je suis diplômé de Lettres de la Fac de Lyon 2 et l’EFAP Rhône Alpes. J’ai roulé ma bosse dans des rédactions lyonnaises comme la radio Lyon Sport 98.4, Le Progrès,Foot 69.fr, Tribune de Lyon et Lyon Capitale.

braikimohamed@yahoo.fr