Alors que les fêtes de fin d’année se sont parachevées, l’année 2017 a tiré sa révérence pour laisser place à une nouvelle année. Tous les ans, durant cette période synonyme de fête et de joie, de nombreux bénévoles consacrent leurs réveillons au service de personnes seules et aux plus démunis. Rencontre avec ces Lyonnais·es pour qui solidarité rime avec générosité.

Cette année encore, de nombreuses associations se sont mobilisées afin d’organiser des fêtes solidaires et participatives de fin d’année dans toute la France. À Lyon, diverses associations ont œuvré pour apporter un peu de chaleur à des personnes pour qui la solitude des soirs de fêtes vient s’ajouter à leur isolement quotidien. Nous avons pu nous entretenir avec des membres de différentes associations.

Les petits frères des pauvres

François Auffray, adjoint au niveau de la région Auvergne Rhône-Alpes des Petits frères des pauvres, témoigne :

« Pour notre part, nous parlons peu de noël “solidaire”, plutôt de noël “fraternel”. Notre association œuvre depuis 71 ans en gardant le même objet associatif, c’est-à-dire la lutte contre l’isolement des personnes âgées. Malheureusement, le sujet est toujours d’actualité et c’est la raison d’être majeur de notre association. Notre action ne se situe pas qu’à noël, bien évidemment, car nous œuvrons toute l’année ; mais noël et les fêtes de fin d’année restent des moments très forts pour notre association parce que, par nature, les fêtes de fin d’année et particulièrement noël, nous invitent tous au partage, à la famille et aux liens d’amitié fraternelle et d’amour qui rassemblent les uns et les autres. Pour les personnes qui vivent seules, noël est évidemment une fête qui peut devenir quelque chose d’assez négatif. Par conséquent, de nombreux bénévoles se mobilisent pour ces fêtes. Sur la ville de Lyon, cela s’est traduit par quatre grands repas le jour de noël, car pour nous c’est le 25 que nous fêtons noël et non pas la veille. Trois repas ont été organisés dans les quartiers de Villeurbanne, de Vaise et du 8ème arrondissement et ils ont mobilisé environ 130 bénévoles. Ajouté à cela un grand repas que nous avons organisé dans la salle des fêtes de Vénissieux pour toutes les personnes que nous accompagnons et avec qui nous sommes en lien toute l’année dans toute la métropole de Lyon. Grâce à cela, ce sont 340 personnes qui ont pu bénéficier de ce repas.

Outre les repas de noël, il y a également une forte mobilisation de la part des bénévoles pour aller rendre visite aux personnes qui ne peuvent pas sortir de chez elles pour venir au repas de noël. Lors de ces visites, ils leur offrent ce qu’on appelle un colis de noël. Cette année, pour la métropole de Lyon, ce sont environ 470 visites à domicile qui ont été faites par les bénévoles, qui sont allés rencontrer des personnes pour leur souhaiter un joyeux noël et passer une heure, deux heures, voire une après-midi, avec elles, en leur offrant un cadeau de noël.

Crédit Damien Mounia.

Distribution de colis de noël aux personnes qui n’ont pas pu se rendre au repas. Crédit: Association les petits frères des pauvres.

Le but premier de notre association, c’est vraiment de créer du lien. Tous nos bénévoles se mettent en lien avec des personnes âgées qui par nature sont seules, mais elles ne le sont plus totalement, car elles sont en lien avec nous. Et la période de fin d’année est un vrai accélérateur de ces liens individuels plus que collectifs.

Depuis sa création, l’association a mis en place et a développé de manière considérable l’appel aux dons et aujourd’hui l’association vit à plus de 80 % grâce aux dons. Donc toutes nos actions sont financées par la générosité du public.

La recherche de bénévoles est une action permanente pour nous, car notre association vit grâce au bénévolat. Il y a plusieurs temps forts, différents leviers, différentes actions, qui sont montés tout au long de l’année et noël reste un temps très important, où nous sommes beaucoup sollicités par des personnes qui souhaitent offrir un peu de leur temps sur les fêtes de fin d’année. »

Fondation de France

La Fondation de France œuvre tout au long de l’année auprès des personnes fragiles et isolées en soutenant les actions des associations locales qui agissent sur le terrain. Pour les fêtes de noël et de la Saint Sylvestre, elle a notamment renforcé son accompagnement avec les Réveillons de la solidarité afin de partager un moment de convivialité et de créer des liens durables. À Lyon, une association a pu bénéficier de ce soutient solidaire : Habitat et humanisme.

Habitat et humanisme Rhône

L’association comprend deux pôles : le centre d’accueil et d’orientation (CAO), ainsi que l’association Train de nuit. Tous les deux ont pu œuvrer durant les fêtes de noël et de la Saint-Sylvestre afin de permettre à leurs résidents de clore l’année 2017 autour d’un bon repas.

Au CAO de la roseraie de Vénissieux, une dizaine de bénévoles ont participé chacun à leur manière à l’organisation du réveillon du nouvel an. Certains se sont occupés du repas, d’autres de la décoration de la salle et des animations, mais tous ont travaillé de concert pour un seul but : permettre à leurs résidents de passer de bonnes fêtes de fin d’année. Grâce à cette mobilisation solidaire, 120 hommes demandeurs d’asile et réfugiés ont pu partager ce repas afin de rompre avec l’isolement du quotidien.

Crédit Damien Mounia.

Crédit: CAO Habitat et Humanisme.

Crédit Damien Mounia.

Crédit: CAO Habitat et Humanisme.

Concernant la deuxième structure d’Habitat et humanisme, l’association Train de nuit a organisé un repas de noël ce 27 décembre à Perrache, où 30 bénévoles ont mis la main à la patte pour apporter un peu de chaleur à leurs 70 résidents. Grâce aux subventions de la Fondation de France et à leur cogestion avec la délégation Rhône du Secours catholique, Train de nuit propose aujourd’hui un hébergement de 70 places sous statut « centre d’hébergement et de réinsertion sociale » d’urgence, à destination d’hommes isolés et de familles monoparentales.

Aujourd’hui, la France compte plus de 5 millions de personnes isolées. Un chiffre d’autant plus alarmant que la solitude pesante du quotidien peut être encore plus difficile à vivre au moment des fêtes de fin d’année.