Une manifestation se tenait le mercredi 21 mai, devant la préfecture du Rhône, pour soutenir Narek et Alkasim, détenus à la prison de Corbas après que des tests osseux les déclarent majeurs. Ils ont été jugés coupables de fraude aux aides sociales en comparution immédiate.

Collectif Jeune Majeur

A l’appel du collectif jeune majeur de RESF et du Front de Gauche, les élèves du lycée Edmond Labbé (Oullins) ont répondu en masse. Le Lycée Charlie Chaplin (Décines) est seulement représenté par le professeur principal d’Alkasim, M. M’Badengani et quelques profs des lycées environnants.

Narek et Alkasim sont arrivés en France en 2012, pour se donner une meilleure chance dans la vie. Ces deux mineurs étaient originaires de Russie et du Tchad. Ils étaient pris en charge par les services du Conseil Général.

Début avril, Alkasim répond à une convocation de la police de l’air et des frontières (PAF), pour des tests osseux, pour déterminer son âge. Ayant confiance en la justice française, il pensait sortir dès le lendemain. Après la garde à vue, il sera accusé par le parquet de Lyon d’avoir triché sur son âge. D’après les tests, il aurait entre 19 ans et 29 ans, alors que son extrait de naissance affirme qu’il est mineur (17 ans). Il sera admis en comparution immédiate et condamné à 4 mois de prison ferme et 5 ans d’interdiction de territoire pour avoir menti et pour « escroquerie ». Il était hébergé dans un foyer aux frais du Conseil Général. Narek a été condamné pour tricherie à deux mois de prison ferme. Depuis quinze jours, les deux adolescents dorment à la maison d’arrêt de Corbas (Rhône).

mobilisation de soutien

Mobilisation pour soutenir Narek et Alkasim

Narek pourra se consoler avec le soutien de ses camarades, qui ont répondu à l’appel de RESF. 120 élèves étaient mobilisés. Le corps enseignant et éducatif du lycée Edmond Labbe est également présent. Son professeur d’Histoire, M. Blondonnet est fier de son élève : « Il est admirable sur tous les plans. Il a même pris son dossier d’Histoire-Géo, car il avait un contrôle le lendemain. Il pensait que c’était une simple vérification ». Sa conseillère d’éducation, Ismaëla Saoussi, venue le soutenir : « Je suis là au même titre que ses camarades de classe. Il nous a avertis mardi soir qu’il ne pourrait être présent ce mercredi, car il avait reçu une convocation à la PAF. Il s’est présenté spontanément. Il ne s’attendait pas à ces tests. Pendant le rendez-vous, il révisait son oral d’Histoire. C’est un sinistre enlèvement. Mercredi soir, le foyer où il résidait nous a prévenus de sa garde à vue. On a contacté RESF pour qu’ils nous viennent en aide. »

Le NPA est aussi présent : « On est là pour soutenir les lycéens qui sont privés d’éducation. Nous ne pouvons pas cautionner ces actes de la part de l’Etat français ». Armand Creus, élu régional Front de Gauche, venu aussi les soutenir : « Il est inadmissible qu’en 2014, on mette deux jeunes sans-papiers scolarisés en prison. Le parti socialiste avait voté le principe de solidarité des lycéens sans-papiers. Il faut absolument que M. Queyranne (président du Conseil Régional) mette le paquet pour que Narek et Alkasim reprennent leurs places dans leurs lycées respectifs. Ce ne sont pas des bandits de grand chemin. Il faut en finir avec la politique actuelle du PS, car actuellement, sur ce terrain-là, ils font comme l’UMP ».

Pour le jeune Alkasim, seulement son professeur principal est présent : « Cet élève a été incarcéré pour des motifs qui sont flous. Suite à des tests osseux pratiqués par la PAF, il s’est vu attribuer un âge entre 19 et 29 ans, alors que l’extrait de naissance délivré par les autorités tchadiennes a révélé le contraire. A la suite de ce test, il a été incarcéré à la maison d’arrêt de Corbas, pour avoir perçu des aides de la Région. En gros il a volé l’Etat. Je n’ai pas eu l’occasion de rencontrer Mme Fautra (maire de Décines), cela pourrait être un appui sur ce dossier. Dès le départ, on était soutenu par RESF, qui a été très actif. Au sein de notre établissement, on est une poignée de professeurs à suivre la situation d’Alkasim. »

Attente

14 h 30, une délégation est reçue par le directeur de cabinet du préfet du Rhône Bruno André pour accélérer les sorties de deux jeunes lycéens. Elle est composée de trois personnes (deux bénévoles de RESF et le professeur d’histoire-géo de Narek).

Pour les manifestants, l’attente est interminable. Pendant ce temps-là, Majda, porte-parole du collectif jeunes majeurs, continue la lutte avec son mégaphone.

Sortie de la délégation

16 h 30, la délégation ressort de la préfecture. Nous interrogeons un bénévole afin d’avoir plus de précision : « On a souligné les deux cas. On a insisté sur deux points : sur le plan de la justice, on a insisté sur la levée d’écrou, il ne faut qu’ils aient une obligation à quitter le territoire et une interdiction de séjour en France. Ce sont des jeunes exemplaires. Deuxième point, l’attitude de la PAF. Il faut qu’elle arrête de les convoquer systématiquement . C’est-à-dire qu’on leur dit : “Vous venez pour des vérifications de broutilles.” Et à la fin, ils sont en garde à vue. Arrêtons cet acharnement ! Il faut qu’à chaque convocation, ils puissent être accompagnés d’un avocat. Si les deux jeunes avaient eu un avocat, ils ne seraient pas en prison à l’heure actuelle. »

Jeudi dernier, nous avons contacté la mairie d’Oullins. Le directeur de cabinet du maire, M. Forget nous a répondu : « En tant qu’avocat, M. Buffet est sensible à l’appel du lycée Edmond Labbe, sur le cas de Narek. Mais en tant que maire, la loi c’est la loi. Il doit recevoir une délégation de ce lycée pour faire avancer ce dossier ». Nous avons en vain tenté de contacter Mme Fautra, à propos d’Alkasim, par l’intermédiaire de sa directrice de cabinet qui nous a répondu : « Vous savez, Mme Fautra a des affaires beaucoup plus importantes à s’occuper ».

Depuis mercredi dernier, les lycéens d’Oullins continue de manifester leur soutien à Narek. Pour le cas d’Alkasim, nous n’avons pas de nouvelles. Nous pensons que RESF est très actif afin de libérer le jeune tchadien.

En espérant une conclusion positive dans ces deux dossiers que les deux jeunes récupèrent leurs places respectives dans leurs lycées. Après avoir surmonté cette épreuve, nous leur souhaitons de la réussite dans leurs études.

Lien Facebook : https://www.facebook.com/pages/Contre-l-expulsion-de-narek-et-alkasim/266746873511295?ref=ts&fref=ts

Lien RESF : http://www.educationsansfrontieres.org/?page=recherche

Etienne Aazzab

Etienne a contribué depuis 2 ans dans le journal satirique FOUTOU’ART. Il a intégré l’équipe du « clic 2014 » : Collectif local d’informations citoyennes à partir de novembre 2013. Il rejoint le Lyon Bondy Blog à partir de janvier 2014.
Twitter : @AazzabEtienne

Ses sujets de prédilection : #Politique #Société #Sport