Pour la 7ème année d’affilée, de nombreux opéras français et européens ouvrent leurs portes au public samedi 11 et dimanche 12 mai. Cette édition se déroulera sous le signe de la citoyenneté: rappeler à chacun son droit à la culture en est l’enjeu principal. Une excellente occasion de poser cette question: comment les jeunes perçoivent-ils l’opéra?

Repetition opera Lyon. Photo Nicolas Tosi - Art et Décoration

Photo: Nicolas Tosi – Art & Décoration

“Tous à l’opéra”, c’est le nom de la manifestion qui s’ouvre dans prés de 107 opéras europééens dont 25 en France. L’évènement contribue à un travail plus vaste de transmission de l’opéra au delà des cultures, des professions, des sexes et des âges.

Des ateliers sont proposés dés 10h à l’opéra de Lyon, parmi lesquels chant avec les choeurs, danse hip hop, danse classique ainsi que des visites guidées pour découvrir les coulisses… Si certains ateliers sont réserves à une certaine tranche d’âge comme l’atelier hip hop ouvert aux 10-14 ans, la plupart sont ouverts à tous les âges.
Une journée pour donner un aperçu de ce vaste univers artistique qu’est l’opéra ce n’est pas beaucoup mais bien suffisant pour éveiller les sensibilités. Lors de la précédente édition en 2012, prés de 80000 participants ont poussé les portes des opéras avec notamment 15000 personnes à Lyon, 6600 à Bordeaux, 6000 à l’opéra national de Paris…

Alors, l’opéra pour tous? C’est en chemin… Mais il semble qu’un certain public, jeune notamment, soit encore sceptique quant à l’intérêt de ce divertissement encore malgré tout perçu comme inaccessible intellectuellement ou et financièrement.

Attiser la curiosité de jeunes désinteressés

Attirer un public toujours plus large, la mission est d’envergure, surtout si l’on pense que les préjugés sont comme des parasytes, ils sautent et se répandent de têtes en têtes. Mais ces préjugés ont une histoire et une raison d’être ou d’avoir été. L’opéra est depuis longtemps considéré comme un divertissement réservé à une certaine élite, et pour cause cela coûte tout de même plus cher qu’une place de cinéma d’aller voir Macbeth de Verdi.

Macbeth de Verdi, c’est qui ça? L’ignorance est loin d’être une honte, mais trés prés de devenir une aveugle obstination ou tout simplement une culture à elle seule. Sur une dizaine de jeunes entre 16 et 25 ans, intérrogés aux alentours de l’opéra de Lyon, la plupart ont répondu ne pas être intéressés par l’opéra. Mais, chose curieuse, à la seconde question: connaissez-vous l’opéra? ces mêmes jeunes ont répondu par la négative. En somme, on sait pas ce que c’est mais on n’aime pas. A la troisième question: pourquoi n’aimez-vous pas? Pas de réponses précises, des bafouillages ou alors, “c’est ennuyeux” ou “on en a rien à foutre”.

Un jeune a aussi répondu qu’il ne connaissait pas donc ne pouvait pas répondre, un autre que ça le passionnait et une étudiante: “on ne nous en parle pas chez nous, il n’y a pas beaucoup de communication et c’est trop cher”. A la dernière question, auriez-vous envie de découvrir un jour? La plupart des réponses sont pourtant positives. Ca tombe l’Opéra de Lyon vous ouvre ses portes ce samedi 11 mai et c’est gratuit!