Le Rassemblement National tenait un meeting ce mercredi 22 mai à Villeurbanne, pour l’occasion une conférence de presse avec deux candidats du parti était organisée en amont. Jean-Paul Garraud et Julie Lechanteux, respectivement numéro 9 et numéro 16 sur la liste RN répondaient aux questions des journalistes.

C’est en présentant son parcours que Jean-Paul Garraud ouvre cette conférence de presse. Lui qui a longtemps été membre de l’UMP de l’époque puis des Républicains, est aujourd’hui l’une des figures « majeure » du Rassemblement National. « J’ai donné ma démission au parti LR fin décembre » explique Jean-Paul Garraud, « la cassure a été lorsque François Fillon a appelé à voter pour Emmanuel Macron ». Enfin, il conclut son avant-propos en justifiant qu’il fallait mieux d’après lui, se rapprocher de la droite et faire une grande alliance, « plutôt que de se rapprocher du centre qui compte beaucoup d’élu mais peu d’électeurs et peu de militants ».

Un enjeu national

Cette élection ouvre un nouveau cycle pour le parti de Marine Le Pen comme nous l’explique la déléguée du Rhône, Muriel Coativy. « C’est la première grande élection du Rassemblement National, mais derrière, nous allons enchaîner avec 2020, 2021 avec pour aboutissement bien sûr l’élection de 2022. L’idée est de passer d’un parti d’opposition à un parti de gouvernement ».

L’élection est européenne mais pour le RN les thématiques sont principalement nationales et « l’ennemi » numéro 1 est le président de la République. « Emmanuel Macron ne veut pas donner la parole au peuple, il a peur, il y a un problème d’illégitimité du président, la France est descendue dans la rue », relate le candidat du parti. Enfin au sujet de la liste du parti présidentiel, Jean-Paul Garraud estime que LREM a choisi des personnes qui ne sont pas « à la hauteur de la situation », expliquant que Madame Loiseau était « une technocrate ».

Quelles propositions ?

Les principaux aspects des propositions du Rassemblement National reposent sur « la protection des Français, le retour à la souveraineté et la maîtrise de notre destin » explique Jean-Paul Garraud, « on se noie dans la mondialisation » conclut-il.

L’objectif est également de rassembler en vue des prochaines échéances à venir, gagner des mairies, des départements et des régions pour un jour peut-être atteindre le « Graal ». Tout ceux qui partagent les convictions et qui ont des idées communes au RN sont les bienvenus dixit Jean-Paul Garraud, y compris les personnes venant de parti totalement opposés. « Andréa Kotarac a été informé de notre réunion public, il m’a répondu qu’il n’était pas disponible mais on aura l’occasion de se voir prochainement après les européennes » explique Muriel Coativy. Enfin, concernant l’ancienne famille politique de Jean-Paul Garraud, ce dernier appelle ses anciens amis à rejoindre le même groupe. “Tous ceux qui seront élus je les connais tous, l’intérêt ce n’est pas le pouvoir pour le pouvoir, l’intérêt c’est de faire gagner la France » conclut l’ancien député.