image-sorties-ming8-halls-starf-l-embarquement-ep-2891

C’est le groupe de la banlieue lyonnaise qui monte en ce moment. Ils n’ont pas encore 30 ans et n’étaient majoritairement pas nés lors de la Marche. Pour eux, le constat n’est malheureusement pas brillant : l’impact de la Marche est faible, voire nul sur leur quotidien. Et si le hip hop est devenu le premier marché musical, générant plus de ventes que tout autre genre, ils n’ont pas vu cet eldorado : Lyon reste une ville sinistrée en terme de réussite de ses artistes hip hop.

Est-ce qu’il vous arrive parfois de discuter entre vous de la Marche pour l’égalité et contre le racisme ? Connaissez-vous (bien) cet événement ? Si oui, qui vous en a parlé ?

Sincèrement, il nous arrive quasiment jamais de parler de la Marche en temps normal. Maintenant, du fait des 30 ans de la Marche et de la sortie du film, on en a déjà parlé entre nous. Les plus renseignés ont fait part de leur savoir aux moins avisés. Certains en ont entendu parler par des personnes de leur entourage présent à cette époque et qui étaient plus ou moins impliqués, d’autres en se renseignant comme tout le monde sur internet.

Est-ce que vous pensez que cette Marche a changé des choses dans votre quartier ?

On pense que la Marche a fait changer quelques mentalités, en montrant qu’avec un peu d’organisation et de volonté on pouvait faire des choses à grande échelle. Maintenant concrètement, dans le quartier, rien n’a vraiment changé depuis 30 ans. Quand tu écoutes les dires des plus anciens, on a peut-être un peu plus de moyens pour divertir la jeunesse par le biais de maisons de quartier, centres sociaux ou autres … Sinon rien n’a vraiment évolué, les rapport avec la police, le taux de chômage ou bien même la ghettoïsation ne se sont pas améliorés.

Pensez-vous que si le hip hop et la culture des banlieues se sont imposés dans le paysage culturel français, c’est en partie grâce à l’impact médiatique de cette marche, qui a mis pour la 1ère fois les jeunes des banlieues au centre du traitement médiatique ? Ou pensez-vous que le hip hop s’est imposé par d’autres façons ?

Non, on pense que ça n’a rien à voir. Maintenant, parler du hip hop comme une culture acceptée ou bien même faisant partie du paysage culturel français, c’est à notre avis erroné. On n’en est pas encore là !

Le hip hop doit-il forcément revendiquer et porter un message, ou est-ce une culture comme une autre ?

En substance, le Hip Hop doit porter un message. Tout le monde n’a pas forcement le même message à véhiculer, mais du fait qu’il est un moyen d’expression, il est forcement porteur d’un message plus ou moins engagé.

Sylvain Ortega

Journaliste de formation et Lyon Bondy Blogueur, j'écris sur des sujets variés (politique, société, cultures urbaines...) et participe aux différentes activités de l'association. Longue vie au LBB ! https://twitter.com/SylvainOrtega