Samedi 6 juillet à Perrache, à côté de l’église Sainte-Blandine a eu lieu la fête de quartier Hippo’Camp. Organisée par les habitants, elle mêlait festivités, bonne humeur et activités pour enfants.

C’est à Perrache, ce samedi 6 juillet, sur la place de l’Hippodrome, qu’a eu lieu la deuxième édition d’Hippo’Camp. Cette fête de quartier était organisée par les habitants et associations du quartier de Perrache. Le but premier de cette fête, selon les organisateurs, est de “redonner vie à la place de l’Hippodrome“. C’est dans la bonne humeur et sous un grand soleil que commence la fête. De nombreuses activités sont disposées tout autour de la place pour occuper les familles et les enfants. Entre la bibliothèque installée directement sur l’herbe, le coin maquillage et les jeux de sociétés, comme un puissance quatre géant ou un babyfoot, il y en avait pour tous les goûts.

Mais une fête sans musique n’en est pas une. C’est pour cela qu’une fanfare accompagnait le tout. Radio Sonic qui, également présent sur le lieu, diffusait de la musique et discutait avec les enfants et les associations pour avoir leurs avis sur la fête ou sur ce qu’ils font. En plus d’être une activité qui plaît, ils peuvent passer à la radio, installée dans un bus de Habitat et Humanisme. L’association, permettant d’aider au logement de personnes seules ou en difficultés, a amené avec elle plusieurs de ses résidents. Cela a permis de créer du « lien social et d’être ensemble » pour des personnes qui en ont besoin, entre les résidents et les enfants présents.

En début de soirée, un concert de chansons françaises et un repas à prix libre qui étaient organisés. S’il n’y avait pas grand-monde, un des organisateurs était tout de même content. Selon lui : « il n’y a pas beaucoup de monde, mais la place est petite et on ne peut pas accueillir trop de monde ». En plus de cela, « il y a plus de monde que l’année dernière et ceux qui étaient présents sont revenus » pour assister à cette deuxième édition. C’est donc assez encourageant pour les organisateurs qu’une troisième édition voit le jour.