Nicolas Seguin a signé il y a quatre ans à l’AS Lyon-Duchère, cinquième du championnat de national, le troisième échelon du football français. Il est l’un des vice-capitaine du club. En exclusivité pour le Lyon Bondy Blog, il fait le point sur la première partie de saison du club du 9ème arrondissement.

 
«Lyon-Duchère est cinquième à 2 points du podium de National [troisième division française]. Qu’est-ce qui vous a manqué pour y figurer ?

Il faut préciser que nous avons un match en retard [à Pau, ndlr]. Nous avons eu un creux au mois de novembre avec pas mal de blessés et de suspendus. Nous n’avons pas su conserver notre niveau de jeu.  Mis à part cette période compliquée, il ne nous manque pas beaucoup. Il y a des détails :à domicile,lorsque l’on se fait rejoindre à la fincomme contre Marignane-Gignac ou contre Rodez.. Nous sommes chasseurs avec 2 points de retard et un match en moins. C’est une position idéale.

Mis à part le classement, quels sont les points positifs à retenir ?

 Le gros point positif, c’est que nous avons rempli les objectifs. On s’était fixé un 1/32èmede finale de coupe de France, nous y sommes. Être bien positionné à la trêve, on y est. On a un groupe au sein duquel la mayonnaise a bien pris avec les recrues. A mi-saison, les voyants sont au vert.

 Avant la victoire à Tours (1-0) ce week-end, vous n’aviez plus gagné depuis la douzième journée. Comment expliquez-vous cette mauvaise passe ?

Beaucoup d’équipes ont eu un trou d’air avec les premiers froids, les terrains gras et les premiers blessés. Nous ne l’avons pas géré correctement, avec notamment certaines blessures évitables. Pour les entraînements, nous avons alterné entre synthétique et herbe. Nous étions sur le pont depuis un moment, donc certains organismes ont lâché.

« Nous sommes soit trop altruistes, soit pas assez. »

Nicolas Seguin a disputé 11 matchs comme titulaire en championnat cette saison., pour 2 buts. Crédit photo : Thomas Hernu / Lyon-Duchère AS.

Nicolas Seguin a disputé 11 matchs comme titulaire en championnat cette saison., pour 2 buts. Il a également disputé 2 matchs de coupe de France. Crédit photo : Thomas Hernu / Lyon-Duchère AS.

 
 Vous avez l’une des meilleures attaques de National (21 buts). Comment expliquez-vous cette bonne forme ?

 On a de très bons attaquants. A mi-saison, nous avons marqué quasiment à chaque match. Nous nous procurons nombre d’occasions. Lorsquel’on peut produire notre jeu, nous sommes dangereux. Le recrutement a bien fonctionné, avec l’arrivée de  Jonathan Rivas, le retour de Franck Julienne sur le côté avec sa patte gauche et sa technique. Si on voulait être sévère avec nous-mêmes, nous pouvons faire encore beaucoup mieux devant. Dans le dernier geste, on a énormément de situations, mais un mauvais ratio. Nous devons continuer sur notre lancée et régler quelques détails pour pouvoir enchaîner les résultats.

Pour vous, l’axe de progression c’est le dernier geste ?

 Nous sommes soit trop altruistes soit pas assez. Il faut trouver le juste milieu entre collectif et crevard. Sur certains matchs, on a gâché. Nous avons retrouvé une solidité défensive, maintenant il faut gommer la mauvaise période que nous avons eue avec beaucoup de buts encaissés et des non-matchs.

Quels sont les objectifs du club pour la deuxième partie de saison ?

 L’objectif est le même qu’en début de saison : la montée en Ligue 2.

Sur le plan personnel, vous évoluez depuis 4 ans à La Duchère après être passé par le centre de formation de l’OL. Qu’est-ce qui vous a poussé à revenir ?

 Je suis Lyonnais, j’ai quasiment toujours vécu ici. La Duchère est un club atypique dans lequel on se sent bien. Sans rentrer dans les détails, c’est un ensemble de petites choses qui fait que l’on se sent bien. Le président a l’habitude de dire : « La Duchère, tu l’aimes ou tu la quittes ! »

Vous êtes passé par la Ligue 2 à Tours et à Dijon ainsi que la réserve de l’OL, à 28 ans, quelles sont vos ambitions personnelles ?

Mon ambition personnelle, aujourd’hui, c’est de retrouver la Ligue 2et le monde professionnel, que ce soit avec mon club ou seul de mon côté. Le monde pro me manque. A 28 ans, j’arrive à maturité, donc l’objectif c’est de remonter. »

 

Propos recueillis par Hugo Dervissoglou pour le Lyon Bondy Blog.

Crédits photos : Thomas Hernu / Lyon-Duchère AS.