Un peu d’espace autour de soi. De la bonne musique. Pour les adeptes, il en faut peu pour pratiquer le Hip-Hop, l’une des danses les plus connues et populaires en France et dans le monde. Cependant, cet art n’est pas qu’une danse, il s’appuie également sur d’autres disciplines comme le rap, le graff, le deejaying et le breakdance.

Petit point d’histoire

Le Hip-Hop pointe le bout de son nez dans les années 1970. Il tire ses origines des États-Unis par le biais de quelques DJ comme:  Afrika Bambaataa, DJ Kool Herc et Grandmaster Flash. Ils sont les trois principaux fondateurs de ce mouvement.

La discipline qu’est le Hip-Hop est surtout associée à ses débuts au rap et au graff. Selon Marie-Christine Vernay, journaliste spécialiste de la danse, « il s’agit d’une façon d’être citoyen du monde ou plutôt au monde et certains du «moov’» ne sont ni peintres, ni danseurs, ni musiciens  ».

Né dans le Bronx (New-York), notamment dans les quartiers afro-américains et portoricains, le Hip-Hop s’est propagé, dans les années 1980, en Europe ainsi qu’en Afrique et en Asie. En France, il se répand notamment grâce à l’émission H.I.P-H.O.P de l’animateur Sidney, en 1984, sur TF1. Désormais, la culture Hip-Hop semble omniprésente chez les Français, notamment chez les jeunes, comme le confirme Bruno Laforestrie, directeur de Mouv’ : « le Hip-Hop a pris une place importante dans la société française ». En effet, en 2018, la radio Mouv’, en collaboration avec l’institut IFOP et l’association IRMA, a publié un baromètre sur le Hip-Hop en France. En voici quelques chiffres :

  • 92% des français connaissent le Hip-Hop, 95% des moins de 30 ans le connaissent
  • 69% des moins de 30 ans apprécient
  • près d’1 jeune sur 2 écoute du Hip-Hop
  • plus de 7000 danseurs et danseuses Hip-Hop dans toutes les académies scolaires.

Un regard sur la scène lyonnaise

Depuis 1995, le parvis de l’Opéra, qui se trouve directement après la sortie du métro A, à Hôtel de Ville, est l’endroit où la danse Hip-Hop ne cesse d’émerger. Ce lieu rempli d’histoire est reconnu comme le spot pour danser le Hip-Hop, un lieu où mixité artistique et mixité sociale se réunissent.

Tous les jours, des passionnés de l’art Hip-Hop se rejoignent à l’Opéra pour partager ensemble la même passion qu’est la danse. Par ce lieu, des personnes ont pu s’émanciper à travers leur art comme Mourad Merzouki et Lilou (avec Pockemon Crew). Ce dernier, originaire de Vaulx-en-Velin, est double champion du monde de breakdance (Red Bull BC One en 2005 et 2009). La culture Hip-Hop à Lyon est donc un art qui ne peut échapper au regard de la ville. Les danseurs de Hip-Hop lyonnais trouvent leur refuge au sein du parvis de l’opéra mais se rendent également à Confluence et dans les halles de Paul Bocuse pour danser.

 

Les danseurs se rejoignent sous le parvis de l’Opéra. Crédit Photo : Cheyenne Tyrakowski / Lyon Bondy Blog

 

Un attrait particulier pour le Hip-Hop à Lyon

Aujourd’hui, la culture Hip-Hop est un trait artistique majeur à Lyon. Pour refléter cela, tout au long de la semaine, la rédaction se concentre sur différents acteurs de la scène Hip-Hop présents dans la capitale des Gaules. Le parvis de l’Opéra a été une des premières muses en y interviewant les acteurs principaux : les danseurs. En effet, différents portraits sont dressés afin de comprendre qui sont ces danseurs et ce qu’ils revendiquent à travers leur art.

Afin de comprendre cet art et de s’imbiber de l’ambiance Hip-Hop, différents éléments illustrent ce dossier : notre rencontre avec différents danseurs de Hip-Hop à l’Opéra, ce qui s’ensuit une rencontre avec les champions du monde : Pockemon Crew.  À cela s’ajoute un évènement de danse Krump « BRING THE HYPE BACK #2 » mis en place par l’association « Afromundo » . En dernier lieu, un gala de Hip-Hop organisé par l’école « Urban Arts Academy »  sera également présent au sein de ce dossier.  À l’occasion de cet évènement, Émeline alias Eym, directrice de l’école, nous a accordé une interview. Au départ elle dansait dans la rue, dans différentes MJC et dans plusieurs écoles de danse. Aujourd’hui, elle s’émancipe à travers son art en y mélangeant amour et pédagogie pour ses élèves.

Retrouvez notre vidéo sur la culture Hip-Hop lyonnaise ici.