Faire raisonner le rire entre les tours, c’est le défi que s’est lancé l’association Vaulx Première Planche, à travers le Festival Rires D’automnes, le week-end dernier. Pour cette troisième édition, l’évènement initié par la présidente fondatrice Cheïa Milouda entrait dans son âge de raison. Une dizaine d’artistes voués au stand-up à l’improvisation ou même la chanson en ont décousu à la salle communale Charlie Chaplin. Retour sur scène et en loges.

 

Booder en maitre de cérémonie

Booder en maitre de cérémonie

Les protagonistes avaient d’abord participé une semaine auparavant à un concours inaugurant le festival Rires D’Automnes remporté par Wari Nichen devant Harri Braal et Sandra l’Italienne. Une session considérée comme un tremplin phare de la région Rhône Alpes pour des humoristes inspirés et dynamiques, mais qui souffrent d’un manque de vision.

Vaux-en-Velin, terre du rire rhodanien

Vendredi soir dans la petite salle du centre Charlie Chaplin de Vaulx-en-Velin, on avait mis les petits plats dans les grands. Le parrain et maître de cérémonie n’était autre que Booder, célèbre humoriste et comédien que l’on a appréciés dans « Neuilly sa mère » ou « Hallal police d’État ». En loges, celui qui apparaissait comme le grand frère de ces artistes en devenir notait :

« C’est compliqué de faire rire les gens et de telles initiatives permettent d’aider ces jeunes artistes. Je suis moi-même passé par là à mes débuts en 1998. Je me revois en eux. Ce genre de festival leur permet de tester leurs sketches sur un public de banlieue. Et je l’ai toujours dit, si on peut faire rire un public de quartier, on peut faire rire les morts. Il est tellement connaisseur de la vanne que l’on ne peut pas venir lui raconter n’importe quoi. »

Kaoutar Dahoum (35 ans) adjointe à l’éducation à la mairie de Saint-Genis-Laval est venue avec une dizaine de jeunes du quartier de Champlong : « C’est l’affiche du festival qui m’a interpellé notamment avec Booder dont j’ai vu les films. Je suis aussi attirée par le stand-up. Comme nous avons pour projet la culture urbaine sur place, cela leur permet de se déplacer et de s’ouvrir sur d’autres activités. Et le résultat n’en est que plus satisfaisant ce soir car ils y trouvent leur compte au vu de la qualité du spectacle et moi aussi. »

Photo des humoristes (Booder, Céline Lopez, Nadia Chahine, Celine Frances, Face to Face, Sandra l’Italienne)

Les humoristes vaudais repérés par Vaulx Premières Planches étaient très attendus. C’était le cas de Face to Face (28 ans) arrivé fraîchement sur une rencontre avec Rman et Nassim Bombo en tant que monteur vidéo. La thématique de son spectacle porte sur l’identité nationale et l’intégration. Une prestation globalement appréciée du public : « Jouer à domicile, ça met la pression. J’ai commencé il y a trois semaines alors je ne pense qu’à m’amuser. Pour moi, Vaulx-en-Velin a un humour particulier. Il est pur et direct. »

À Vaulx-en-Velin ce sont les filles d’abord

 

Sandra l’Italienne, spécialiste de l’interaction avec le public

Sandra l’Italienne, spécialiste de l’interaction avec le public

Nadiya Shahin a vécu deux ans sur la commune.Elle s’est spécialisée dans l’improvisation avec un personnage haut en couleur de Madame Hachmana, une mère de famille pudique, mais aussi délurée comme on en voit partout en banlieue. La musique tient une place importante dans ce sketch. Cette performance selon elle lui permet de partager « la scène et d’être avec les gens. Je ne cherche pas à être en haut de l’affiche ni célèbre. »

Les filles ont tenu le haut du pavé. Cheïa Milouda a manifestement veillé à ce que l’égalité des sexes soit respectée dans la programmation. Sandra l’Italienne, troisième du concours et son speed dating sur scène qui impliquait une formidable interaction avec le public masculin a laissé sa trace à Charlie Chaplin. Celine Frances et son savoir faire artistique a canalisé la salle. La chanson, le jeu théâtral, l’enthousiasme, mais aussi le charme étaient des les atouts de ces jeunes femmes qui portent un nouvel humour féminin désormais très en vogue en France.

Rman, Lacroute et Bombo en attaque, Demor dans l’axe

Samedi, c’était au tour des mousquetaires de Vaulx Premières Planches d’entrer sur scène. Ceux qui portent désormais le drapeau. Ils étaient accompagnés par d’autres cadors comme Antoine Demor (vainqueur du concours en 2013), Foudil Kaïbou ou la pétillante Betty Jane. Rman (vainqueur du concours en 2012), Nasim Bombo (deuxième en 2013) et Lionel Lacroute résidents du Graine de stars Comedy Club à Villeurbanne présentaient leurs textes, mais paradoxalement avec les mêmes appréhensions que leurs prédécesseurs. Le public était roi !

WP_20141003_022

Nassim Bombo et Rman

D’origine Vaudaise et du quartier de La Grappinière, Nassim Bombo revenait sur une scène qui lui a servi de rampe de lancement avant d’arpenter les concours et les festivals français dont celui de Clichy sous Bois remporté cette année, ce qui lui a permis de passer au Jamel Comedy Club :

« Chaïa Milouda nous a donné notre chance et nous a permis de progresser grâce à l’association et c’est un juste retour de notre part de revenir ici. Quand on sort d’un centre de formation en tant que joueur, on se doit de porter les couleurs de notre club et ce que nous faisons avec ce festival. Mon spectacle “welcome” parle de la banlieue, de certes, mais il faut que ça parle aux gens du sixième arrondissement de Lyon. C’est aussi un constat sur le monde actuel. »

L’évènement phare de l’humour en banlieue a trouvé son rythme de croisière. Et Booder de préciser l’un des objectifs de l’organisation : une prochaine édition dans le grand théâtre du centre Charlie Chaplin et ses milles places.

Mohamed Braiki

Natif de Lyon et enfant des Minguettes,je suis diplômé de Lettres de la Fac de Lyon 2 et l’EFAP Rhône Alpes. J’ai roulé ma bosse dans des rédactions lyonnaises comme la radio Lyon Sport 98.4, Le Progrès,Foot 69.fr, Tribune de Lyon et Lyon Capitale.

braikimohamed@yahoo.fr