Présente à Lyon depuis un peu plus d’un an, Moonfog Productions est une association spécialisée dans l’organisation de concerts de black metal, genre extrême du metal se caractérisant par un son brut, froid et très distordu. Une association moteur pour la scène locale lyonnaise dont nous avons rencontré son président.

Peux-tu te présenter, et présenter ton association?

Je suis Joffrey et je suis président de Moonfog Production qui est une association qui organise des concerts black metal sur Lyon et parfois les alentours. On existe depuis plus d’un an maintenant, on a fait une petite dizaine de dates. On a été aussi sur l’organisation d’un festival, le Ravenous Altar à Lyon.

Quel est le rôle de votre association?

Je suis parti du constat il y a quelque années que le black metal à Lyon n’était plus très présent parce que les vieilles associations s’essoufflaient. Il n’y avait pas encore de nouvelles qui arrivaient alors j’ai saisi l’opportunité avec Ondes Noires qui sont des amis à nous. Notre rôle a été de relancer le black metal à Lyon et ça a très bien marché, les concerts sont complets et ça marche bien.

Quelle est la place d’une association dans l’organisation des concerts ? 

Elle est de faire le lien entre des groupes et des salles, des structures et de faire en sorte que lorsque le groupe arrive sur place tout soit parfait pour lui.

Combien de bénévoles comptez vous au sein de l association ?

Nous sommes cinq membres vraiment actifs qui font parti de l’équipe fondatrice de l’association. Pendant très longtemps on était que nous cinq et ça suffisait. Par la suite, on a fait de plus grosses dates et on a pris un petite équipe de bénévoles, maintenant il y a sept autres bénévoles en plus.

Combien de concert sont organisés en un an ?

Moonfog s’est fixée un concert tout les deux mois çà nos débuts. Aujourd’hui nous sommes plus à un concert par mois sauf l’été où nous ne faisons rien. Ça fait une dizaine de concerts par an. 

Dans quelles salles organisez-vous?

Le Rock’n Eat est une salle où on est quasiment tout le temps car nous avons un partenariat, nous faisons des coproductions avec eux. Si le Rock’n Eat a des propositions de concerts black metal ils passent par nous. Il y a aussi le CCO à Villeurbanne pour  le Ravenous Altar, on a aidé a organiser un festival à Chamelet, le Dark Medieval Fest . Le premier février nous organisons pour la première fois a Grenoble au Dock.

Comment fonctionne la mise en scène ?

Nous n’avons pas de techniciens, nous travaillons avec les techniciens du Rock’n Eat, qui est une salle où nous organisons pas mal de concerts. Parfois je m’occupe de la lumière, quand c’est des groupes qui me parle. Sinon la plupart des décors comme les encens sont apportés par les groupes.

Souhaitez vous faire évoluer la scène ?

Dans l’idée nous souhaitons dynamiser toute la communauté black metal à Lyon qui est une communauté très familiale, il n’y avait plus l’occasion de se retrouver. Nous souhaitons retrouver cet aspect communautaire où on se voit pour faire la fête. 

Les américains de UADA au Rock n Eat le 19 juin 2019, une date organisée par Moonfog Productions. Crédit : Bastien Salles

 

Pensez vous qu’il y a un regain d’intérêt pour les groupes locaux aujourd’hui?

Oui, la vie est de plus en plus difficile pour tout le monde et un concert de groupe local est bien moins cher et parfois tout aussi qualitatif, les gens se penchent donc de plus en plus sur cette scène. La scène locale est très importante car tout les gros groupes d’aujourd’hui ont été groupes locaux un jour.

Quand ce regain d’intérêt est-il réapparu? 

Je pense que dans le black metal il n’est jamais vraiment parti, c’est une musique où la scène locale a toujours été très accueillie. Dans beaucoup de villes il n’y a que du local car c’est un style qui ne passe pas partout.

Pensez vous que la qualité de ces groupes a augmenté ?

Ça dépend, je ne dirais pas que ça a augmenté. Je dirais qu’il y a de très bon groupes locaux et des moins bons. Comme partout il y a de très bons groupes connus et de très grands groupes moyens et c’est pareil pour les petits groupes : il y a du très bon qui méritent bien plus de reconnaissance, ça fait plaisir à voir quand ils grossissent. Je travaille avec Catubodua par exemple, j’avais organisé leur tout premier concert et j’avais adoré. Aujourd’hui ils sont en train de croître à une vitesse impressionnante.

Avez vous l impression qu’il y a de plus en plus de groupes locaux?

Oui de plus en plus de groupes se forment car faire de la musique est de plus en plus accessible. Tous ne valent pas le coup donc on reste assez sélectif en matière d’organisation de concerts. Nous voulons qu’ils aient déjà sorti des musiques ou qu’ils nous fournissent des maquettes pour juger de la qualité.

Y-a-t il assez d’initiatives prisent pour la montée de ces groupes?

Oui, notamment grâce à des labels qui proposent des contrats pas chers comme Asgard Hass. Ils font des contrats pour des petits groupes géniaux, ce qui leur permettent d’être distribués dans toute l’Europe pour rien. Il y a de plus en plus d’associations qui se fondent, on n’est pas un cas isolé. De plus en plus de salles acceptent de proposer du black metal, l’image du black metal est passé de quelque chose de très obscur et effrayant à quelque chose de très sobre et très classe aujourd’hui.

Avez vous des projets pour le développement de votre association?

Notre projet est de grandir. A chaque fois que l’on fait des dates et que l’on fait des bénéfices, on réinvestit pour proposer de plus gros groupes. Notre objectif est de faire le plus long chemin. Si ça marche tant mieux, si ça ne marche pas tant pis.

Pensez-vous élargir votre secteur géographique?

Cela peux arriver. Nous faisons une date à Grenoble et nous avons déjà effectué une date à Chambéry. Notre but est de rester sur Lyon. les dates extérieures sont en cas de coproduction pour arranger les organisateurs et que les concerts aient lieux. Mais notre objectif est de rester sur Lyon.

 

 

Les derniers articles par Alexis Ressayre (tout voir)