Depuis bientôt cinq ans, l’association Inoer, initie les habitants de la Darnaise, à Vénissieux, aux énergies renouvelables. Le principe ? Donner des conseils en matière d’économie d’énergie, indispensables pour les petits budgets.

 Depuis 2005 l’association Inoer, fondée par Houcine Mehdi et Sif Ghadar, s’engage auprès des habitants du quartier de la Darnaise à Vénissieux en les sensibilisant et les informant sur une meilleure maîtrise de leur consommation d’énergie. Partenaire du Grand projet de ville de Vénissieux (GPV) Inoer travaille en lien avec les bailleurs sociaux  auprès de familles qui ont vu le montant de leurs charges explosé en fin d’année.
Les bénévoles de l’association vont à la rencontre des familles, une soixantaine qui figurent sur une liste établie par les bailleurs sociaux : Sacoviv, Grand Lyon Habitat et Opac du Rhône.
Nous avons engagé un dialogue avec les familles lors de nos réunions car il faut changer les habitudes afin qu’ils puissent réaliser des économies substantielles qui vont se répercuter sur les loyers. C’est important que toute la famille soit réunie. Les jeunes par exemple, réfléchissent davantage quand c’est quelqu’un de l’extérieur qui explique l’intérêt d’économiser l’énergie” indique Sif Ghadar.
 Le premier objectif est d’offrir des conseils pratiques sur l’économie d’énergie au quotidien et la lutte contre le gaspillage, les fuites d’eau, les sanitaires par un diagnostic du logement. Les dispositifs usagers sont remplacés par des appareils modernes à économie d’énergie tels les ampoules basses consommation et des mousseurs.
Le travail de médiation consiste également à lutter contre certaines idées reçues : “On rencontre des réactions parfois surprenantes. Lors d’un entretien avec une famille, un jeune pensait que ses parents étaient radins quand ces derniers lui demandent de faire attention avec l’eau ou la lumière. Un robinet qui fuit c’est 35 millilitres d’eau gaspillée chaque année. En faisant attention on peut économiser 30 euros et s’acheter une paire de chaussures. C’est une manière de sensibiliser afin que la famille prenne en charge sa consommation”.

Au delà de la réduction ¨de l’emprunte écologique sur l’environnement, l’objectif est également de lutter contre l’exclusion, certaines familles mettent parfois jusqu’à un an pour payer une facture. “C’est une population qui est déjà exclue, il ne faut pas qu’elle renonce à son confort non plus” ajoute Sif Ghadar.
Installée aux Minguettes, Inoer souhaite également développer des solidarités avec d’autres structures associatives à l’échelle locale. Auprès des jeunes en recherche de formation sur Saint-Fons et Vénissieux par exemple, en collaborant avec d’autres associations comme B-Unit, spécialisée dans la recherche de stage. Des formations sont aussi proposées aux agents de proximité de l’OPAC du Rhône sur les gestes à adopter au quotidien en vue de réaliser des économies.
Dans l’avenir, Inoer envisage un développement de ses activités en direction de l’étranger : “ Il s’agit de permettre à des populations qui sont privées de l’accès au confort de base, eau et électricité, en transférant le savoir-faire et la technologie. Nous avons établis des contacts avec le Ministère de l’environnement algérien car cette question est devenue une vraie préoccupation pour le pays ” confie le président d’Inoer.

Auteur : Rafika Bendermel
Crédit photos : Olivier Sebard ADEME

Inoer Ecologie urbaine Energie et coopération
Tél:  04 78 709 341
16 avenue Maurice Thorez
69200 Vénissieux

La rédaction

Crée en 2008, la rédaction du Lyon Bondy Blog s'applique à proposer une information locale différente et complémentaire des médias traditionnels.