Depuis le 11 mai, date du déconfinement, de nombreux secteurs ont repris leur activité. Des règles sanitaires doivent être respectées comme le port du masque, la distanciation sociale et l’hygiène régulière. Le Lyon Bondy Blog a rencontré Thomas Meraud, un charpentier de 20 ans. Après deux mois de chômage partiel, l’entreprise qui l’emploie a repris le travail le 11 mai dernier. Il raconte son nouveau quotidien professionnel.

Depuis le 11 mai dernier et la reprise des travaux du BTP, les salariés doivent porter un masque lors de chaque intervention intérieur ou extérieur. Si cette règle n’est pas respectée, ils écopent d’une amende de 1 500 € et au bout de trois récidives, ils sont expulsés du chantier.

Thomas Meraud précise que chaque ouvrier a son EPI (équipement de protection individuel) composé d’un masque en tissu, de gants de protection, d’un casque et de chaussures de sécurité.

 

Un protocole et des préconisations de sécurité sanitaire

Concernant la distanciation sociale, deux personnes maximum autorisées dans un seul véhicule et séparées par 1m50. Lorsqu’il s’agit d’équipe de trois ou quatre ouvriers, les autres prennent leur véhicule personnel. Les frais d’essence et de péage sont intégralement remboursés par l’employeur.

A propos du logement et des repas, les ouvriers dorment à l’hôtel dans des chambres individuelles. Ils mangent entre collègues au restaurant en respectant la distanciation sociale.

Pour ce qui est des outils, Thomas Meraud explique que chaque ouvrier utilise ses propres outils qu’il désinfecte à chaque intervention.

Pour le matériel commun, son utilisation est limitée à deux ou trois personnes et est désinfecté à chaque fois également.

 

Une baisse de l’activité depuis le confinement

Selon le Fédération Française du bâtiment du Rhône, 85% des entreprises du BTP ont dus stopper leurs chantiers à cause du Covid-19.

Selon l’INSEE, de nombreux chef d’entreprise du bâtiment interrogés en mai 2020 indiquent une baisse de leur activité sur les trois derniers mois.

Le charpentier de 20 ans confirme cette baisse : « Notre charge de travail a bien diminué depuis le déconfinement puisque les règles sanitaires ne permettent pas de reprendre une activité normale. Les chantiers n’ont pas tous repris car certaines entreprises ont déposé le bilan et d’autres n’ont pas recommencé leur activité.

Nous devons aussi respecter un planning d’intervention mais, étant donné que certains chantiers ont été repoussés à cause du confinement, nous intervenons plus tard. Tout a été décalé. »

Il ajoute aussi que certains chantiers des particuliers s’annulent à cause de l’appréhension des clients : « Lors d’un chantier sur Lyon, un client a appelé notre conducteur de travaux pour lui demander d’annuler notre intervention. Il s’agissait d’un homme âgé à la santé fragile qui ne voulait prendre aucun risque. »

Le jeune charpentier rebondit : « Lors d’interventions chez les particuliers, nous ne serrons pas la main des clients et évitons de discuter avec eux. »

Malgré une reprise progressive du travail, le secteur du BTP reste très touché par la crise du Covid-19.