Ca boxe à la Biennale de la Danse

Pour la 14ème édition de la Biennale de la Danse de Lyon, la ville revêt du rose et des paillettes du 9 Septembre au 3 Octobre. Cette année la ville de Gones accueille la diversité méditerranéenne.

La Biennale de la Danse reste une occasion en or pour les jeunes novices d’entrer dans la cour des Grands Danseurs. Pour les spectateurs, c’est « le » moment de voir défiler les formes de danse les plus variées : des costumes kitsch aux Pockemons jusqu’aux spectacles plus encadrés tenus dans une Maison prévue à cet effet dans le 8eme Arrondissement de Lyon.

Particularité de cette année : la Biennale est placée sous le signe des cocktails artistiques et des beautés métissées avec deux spectacles renversants, « Boxe Boxe » de Mourad Merzouki et « Nya » de Abou Lagraa.

Le premier s’articule autour d’un combat de danse. Mais attention, pas comme les célèbres battles entre B-Boys. Non, avec « Boxe, Boxe », il s’agit plutôt de chassés, crochets droit, d’écarts de jambes et de bras élancés gracieusement sur un air de musique classique signé par le Quatuor à cordes Debussy.

« Mais ils ne vont pas boxer et danser en même temps, c’est pas possible ! ». « Bien sûr que si« , vous repondra Mourad Merzouki (Compagnie Käfig), chef d’orchestre de cette innovation. Ayant appris à boxer avant même de savoir lire,  il a ensuite jonglé entre les cours de hip-hop et de savate dès l’âge de 15 ans. De cette expérience et ce savoir-faire, Mourad a créé « Boxe Boxe ».

Selon lui, avant un combat ou un passage sur scène, le boxeur et le danseur ressentent les mêmes palpitations, la même peur, et que ce soit sur les planches ou sur le ring. « Il faut savoir bouger les bras et les jambes avec volupté tout en gardant un certain rythme pour être le meilleur« .

Grâce à cette representation, Mourad a pu enfin trouver un équilibre tout en ouvrant sa « cage » (« käfig » signifiant « cage » en arabe) en s’intérressant au style classique. Il est tombé sur le Quatuor à cordes Debussy avec lequel il s’est lancé un challenge : celui de faire un mélange des genres des plus pétillants, toujours avec un ton décalé entre la brutalité des frappes sur le punshing ball et la légereté des cordes sur un air de Schubert.

Le deuxième spectacle est, quant à lui, tombé de l’arbre du « Pont Culturel Méditerranée ». Abou Lagraa (Compagnie La Baraka), le président de cette chorégraphie, souhaitait developper un véritable métissage contemporain en Algérie. En effet, le pays blanc et vert possède désormais une toute nouvelle cellule contemporaine dans son Ballet National alors très traditionnel.

Pour interpréter le Boléro de M. Ravel et une chorégraphie articulée sur un air local de Houria Aïchi, il a fallu denicher 10 petits trésors parmi 400 candidats. Ces derniers ont ensuite été formés pendant 8 mois à la culture Occidentale de la danse contemporaine.

La pédagogue Nawal Lagraa disait d’eux que « leur envie d’apprendre et la richesse de leur héritage culturel faisaient leur pouvoir ». Ces jeunes ont alors laissé tombé leurs baskets, le béton des rues, et les cours de hip-hop télévisuels pour les troquer contre du courage, du « Nya » (« confiance en la vie » en arabe) et beaucoup de force mentale et physique.

Pour en savoir plus : 

Pour le spectacle « Boxe Boxe » de Mourad Merzouki:http://www.maisondeladanse.com/la_programmation/spectacle/titre/cie_kaefig-4/

Pour le spectacle « Nya » de Abou Lagraa : http://www.biennaledeladanse.com/

Les derniers articles par Sofia Azzedine (tout voir)

Sofia Azzedine

Etudiante à l'Institut d'Etude du Développement après un parcours du combattant passé dans les méandres de la Science Politique, entre la Sociologie et le Journalisme et les Langues Etrangères. Je souhaite toujours explorer ces banlieues plurielles méconnues et mal traitées pour jeter au sol ces préjugés. Tout cela, pour éluder toute l'humanité vivace qui existe dans ces régions de la différence et de l'indifférence et faire parler cette jeunesse silencieusement bavarde.

Voir tous les articles de Sofia Azzedine →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *