Robe de mariée à 600 €, sans compter la coiffure, le maquillage, location de salle… La liste est longue et a vite fait de faire fuir le premier prétendant au mariage…

Pourtant, ils sont encore nombreux comme Nassima à investir des sommes exorbitantes pour une cérémonie hors du commun. C’est dans les mœurs : on ne badine pas avec l’amour et surtout pas avec le mariage. Encore faut-il avoir les moyens de se payer une fête ou deux, tout dépend si on compte les fiançailles. Certains ont trouvé la solution pour réduire la facture : Ils célèbrent leur union au bled. Voici, l’histoire véridique des canards déplumés, euh, je veux dire des tourtereaux qui rêvent du mariage…

Pour en savoir plus sur le sujet, rendez-vous avec Nassima, 27 ans, expert en la matière et toute jeune mariée. “En juin 2006, j’ai fait un grand mariage parce que je voulais que ça se sache“, commence-t-elle sur le ton de l’humour. “Je voulais marquer le coup, je voulais un beau et grand mariage parce que c’était un rêve de petite fille. C’est normal, c’est le jour le plus important de ta vie !

Facture totale : entre 15 000 et  17 000 € hors coût du voyage de noce en Jordanie et en Egypte. Bien évidemment, la somme a été partagée entre les deux familles “mais plus du côté de mon mari “, ajoute Nassima. Pour ce prix-là, les époux ont offert deux cérémonies grandioses à une semaine d’intervalle pour 400 invités “et des intrus qu’on n’a pas reconnu sur la vidéo.” L’année d’avant, la colombe s’était envolée en Tunisie pour célébrer ses fiançailles.

Son coup de cœur : une robe à 1 200 € qu’elle a acheté en France. “Au bled, c’est clair que c’est moins cher mais c’est difficile à gérer car tu as beaucoup plus d’invités, jusqu’à 500“, annonce Nassima. “Certains prestataires ne sont pas honnêtes, faut être très vigilants. Même en France, j’ai eu des problèmes notamment pour trouver un traiteur sérieux. Il y a une double méfiance qui s’installe. Le traiteur peut facturer plus car les clients ne sont pas honnêtes. Ils annoncent 200 invités en sachant pertinemment qu’il en aura 100 de plus“, a remarqué la belle.

Heureusement, Nassima n’est pas tombée de la dernière pluie : pour réduire la facture elle a quelques bons plans. “Pour la location de salle faut s’y prendre vraiment en avance. Moi je m’y suis mise trop tard, en septembre pour le mois de juin, il avait presque plus rien, ça nous a coûté 2 000 € pour une salle sur Grenoble. Pour le traiteur, on a pris quelqu’un qui se lançait tout juste.On lui a donné sa chance. Il a été génial. Ça nous a coûté 6 000 € pour les deux fêtes. Pour ma robe de mariée, j’ai dû réduire la facture après celle des fiançailles à 1 200 €. Je me suis prise une couturière, elle m’a fait 4 robes dont celle de la mariée pour 800 €. ” Mariage traditionnel oblige !

Mais même après l’union, la facture continue à grimper. “Après faut se prendre un appartement et il faut le meubler. Le mariage ça te rend responsable. Tu grandis ! “, lance Nassima, heureuse. Moral de l’histoire avec ces côuts exorbitants, je suis pas certaine que tous le monde ait envie de grandir… tout de suite…

Naïma Daïra

 

La rédaction

Crée en 2008, la rédaction du Lyon Bondy Blog s'applique à proposer une information locale différente et complémentaire des médias traditionnels.