Coronavirus oblige, la Fête des Lumières avait été annulée. Comme chaque année, les lumignons ont pourtant fleuri sur les fenêtres de Lyon et des villes alentour. Entre solidarité avec les soignants et animations imprévues, retour sur une édition très particulière. 

Mercredi 28 octobre, Grégory Doucet avait dû abandonner le projet d’une Fête des Lumières en 2020. Hier, quelques Lyonnais ont finalement pu sortir dans le respect des gestes sanitaires, et déambuler dans les travées du Vieux Lyon ou de Fourvière. Vin chaud à la main, ils ont pu admirer les nombreux lumignons installés par les Lyonnais et les rares animations dans la ville.

Une fresque solidaire 

Dans ce contexte de crise sanitaire, la mairie de Lyon a souhaité préserver l’esprit de la fête en composant une fresque de solidarité, dédiée “aux soignants mais aussi à tous les aidants, (…) et aux malades, pour leur envoyer de la chaleur avec ces lumignons”. Composée de 20.000 lumignons, elle a été installée au théâtre antique de Fourvière. Pour limiter les rassemblements, le lieu avait été tenu secret jusqu’au dernier moment. 

Feu d’artifice surprise 

Autour de 21 heures, un événement inattendu est venu clôturer la fête. Un feu d’artifice sauvage a illuminé la ville, à la surprise des habitants. Si le spectacle a émerveillé de nombreux habitants, la préfecture et le maire de Lyon ont néanmoins décidé de saisir la justice

Le Lyon Bondy Blog et CCC Média ont profité de l’occasion pour rencontrer Jean Etèvenaux. L’occasion de revenir sur l’histoire de la fête avec le journaliste et historien lyonnais.