Les journalistes du LBB sont allés dimanche soir rencontrer des élus dans les permanences d’En Marche et du Front National ainsi que dans les mairies du 9e arrondissement, de Bron et St Priest.

Les militants d’En Marche et du Front National se sont réunis dans leurs permanences respectives ce dimanche pour encourager leur protégé. Les cris de victoires pour les uns, la tristesse pour les autres. Emmanuel Macron est élu président de la République et Marine Le Pen a su créer une nouvelle dynamique en vu des législatives. Le combat n’est pas fini et les soutiens, de part et d’autre, donnent leurs impressions après les résultats. Bruno Bonnell, porte-parole du mouvement En marche et Caroline Collomb, la femme du Maire de Lyon sont aux anges.

Rencontre avec Bruno Bonnell :

Quelle est votre première impression après cette victoire d’Emmanuel Macron ?

Une impression de joie bien sûr, une victoire avec plus de 65 %  c’est inespéré. Qui aurait dit qu’en 1 an une personne inconnue des Français convainc autant. […] c’est la victoire d’un homme exceptionnel mais surtout de ce mouvement spontané rassembleur qui a réuni des gens qui pour la grande majorité n’avait jamais eu d’engagement politique avant et qui propose un programme rassembleur, de cohésion

Emmanuel Macron sera-t-il le dernier rempart au Front National pour 2022 ?

Je suis déterminé à l’aider pour qu’on réussisse. Le score de la candidate du Front National démontre qu’il y a une véritable résistance, heureusement, de notre France à ces extrêmes qui sont exclusifs. La France est diversifiée, la France est variée, la France est riche de talents et la réduire à une nostalgie, la replier, la recroqueviller est inefficace, et on a vu ce soir que les Français n’en veulent pas. Réussissons à la rassemblée, c’est ça le challenge des cinq prochaines années

Cette victoire va t-elle créer un dynamisme pour les législatives en vu d’une majorité à l’Assemblée ?

Le score de ce soir créé une dynamique absolument exceptionnelle qui va nous permettre, sous la même bannière -la République en Marche-, de réunir des gens de sensibilités différentes mais qui ont tous cette conviction qu’on peut aider Emmanuel Macron à réussir son pari“.

Rencontre avec Caroline Collomb :

Que pensez vous de l’ascension d’Emmanuel Macron ?

Je suis très émue et heureuse. Ce qu’il a accompli c’est juste incroyable. Il y a un an tout le monde nous disait que c’était une bulle, qu’il rejoindrait François Hollande, que ça finirait en eau de boudin et ce soir il est le 8e président de la République. C’est une véritable aventure humaine, tous les gens qui sont la viennent d’horizons différents et la campagne menée était incroyable dans une ambiance bienveillante“.

34 %  pour le Front-National, quelles leçons à tirer de ce score ?

Les français rejettent les idées extrêmes. Mais il ne faut pas oublier qu’au premier tour les partis populistes on récupéré 40 %  des suffrages. Il faut qu’Emmanuel Macron réussisse son mandat sinon il n’y aura pas de barrage à l’Extrême Droite, il faut qu’on l’aide en lui donnant une majorité large le 11 et 18 juin prochain“.

Tandis que ces derniers jubiles d’autres comme Muriel Coativy, conseillère régionale de la région Auvergne Rhône-Alpes et Agnès Marion, candidate à la 7e circonscription de Lyon accuse le coup. Les prochains rendez-vous du 11 et 18 juin sont fondateurs de grands espoirs.

Rencontre avec Muriel Coativy

Cette défaite est-elle fondatrice ?

“On ne s’arrête pas au pourcentage. Nous augmentons à chaque fois notre nombre de voix et nous fidélisons les Français sur un vote patriote. Marine a annoncé 11 millions d’électeurs ce soir, c’est historique. Nous sommes la première force d’opposition du pays”.

Les législatives sont-elles en ligne de mire ?

La semaine qui arrive va être décisive au niveau national et sur chaque département. Il faudra voir comment le clan des patriotes va s’organiser. On attend l’annonce du gouvernement d’Emmanuel Macron, est-ce-qu’il va y avoir un vrai changement ou est-ce-qu’on va voir nos craintes se confirmer ? Une gouvernance socialiste ? A partir de là il va y avoir le visage politique pour les législatives qui va se redessiner, il va falloir une bonne semaine pour y voir plus clair“.

Comment le FN aurait pu améliorer sa campagne ?

Je maintiens le faite que pendant toute la campagne présidentielle il n’y a pas eu un traitement équitable entre Marine Le Pen et les autres candidats. C’est l’arroseur arrosé, et je parle au niveau national. Les journalistes ont des droits mais aussi des devoirs et lorsqu’ils dépassent leurs devoirs de réserves et deviennent militant pro actif politique, ce n’est pas normal“.

Rencontre avec Agnès Marion

Que retenir de ce résultat du Front National ?

11 millions de voix, c’est une vrai dynamique. On a pu constater pendant ces deux tours des présidentielles c’est que les partis traditionnels comme les Républicains et le PS ont été évincés dès le premier tour et Marine le Pen est à la tête de l’opposition qui va devoir se créer et se former pour tenir tête. Si une chose va rester de cette campagne présidentielle c’est le clivage entre patriote et mondialiste. C’est donc sur ça que va se recomposer toute la vie politique français car c’est vraiment sur ça que se joue tous les enjeux aujourd’hui“.

La mort du Bipartisme est-elle définitive ?

Oui je le crois. Je pense qu’on va vite se rendre compte dès les premières semaines d’exercices de Monsieur le Président Macron que toutes les mises en garde que nous avons formulées pendant la campagne sur la politique de caisse sociale, la politique intégrationniste qu’il va continuer, ces choses là vont être visibles pour les Français rapidement.

Une fusion entre les candidats Debout la France et Front national pour les législatives ?

Pour l’instant pas d’accord électoraux pour les législatives qui ont été décrétés. Il y aura peut être ponctuellement des accords sur certaines circonscriptions. On avait d’abord mis toutes nos forces sur cette présidentielles et le combat commence dès demain matin et surement qu’à ce titre là des accords auront lieu sur le Rhône ou au niveau national“.

Les journalistes du LBB se sont aussi rendus dans les mairies de Bron et St Priest. Bien qu’il n’y ait pas eu foule le discours était le même de partout. « Le but était de faire barrage au Front National. 75% pour Emmanuel Macron montre que Bron ne tombera pas dans le piège du FN », raconte Jean-Michel Longueval, maire de Bron. Alain Giordano, l’adjoint au maire à la Mairie du 9e explique qu’il était « à la Duchère et les gens étaient plutôt content ».

Il y a eu pendant ce premier tour 26% d’abstention au niveau national. Des personnes qui se sentent trop loin de la politique en France. Un taux très élevés pour une campagne très étrange. La Gauche et la Droite sont absents du second tour et le Bipartisme semble avoir pris fin, du moins pour cette élection.

Les chiffres du Rhône