C’est à 11h30 ce jeudi 23 février que Rillieux-la-pape détruisait à la dynamite les deux tours Lyautey. Dans la dynamique d’un grand projet urbain, le quartier de la Velette poursuivait sa métamorphose structurelle.

C’était un moment éminemment chargé en émotions. Ces tours vieilles de 49 ans vivaient leurs dernières secondes à Rillieux-la-Pape. Des rires, des pleures, des engueulades, des retrouvailles, autant de moments et de souvenirs que les murs auront gardés durant toutes ces années. Insalubres pour certains, historiques pour d’autres, si la destruction des deux bâtiments attriste la majorité des habitants de la commune, tous s’accordent à dire qu’elle était nécessaire.

« Je ne m’y attendais pas, mais ça fait quand même un pincement au cœur »

Eric, un quinquagénaire Rilliard a habité de sa naissance jusqu’à son mariage au 15ème étage de l’une des deux tours. Vue imprenable sur les Alpes et le Grand Stade aujourd’hui, ses souvenirs l’emmènent encore plus haut. « C’est bête, mais je pensais qu’après toutes ces années je ne ressentirais rien. Je ne m’y attendais pas, mais ça fait quand même un pincement au cœur », dit-il en mettant la main sur sa poitrine. D’autres habitants chantent de concert cette volonté de voir évoluer leur commune : « On n’en peut plus des tours de 15 étages qui marquent le fait qu’on est dans une banlieue. La banlieue ce n’est pas juste des tours de béton et des logements sociaux » s’exprimait Annie, voisine des immeubles Lyautey.

« Des années se passent mais rien ne s’efface, la joie, la tendresse, les amis, les familles, et pourtant une page se tourne. C’est un nouveau commencement », pouvait-on lire sur le livre d’or. Manuscrit mis à la disposition des habitants à la salle des fêtes, l’Espace 140, pour s’exprimer sur l’évènement. « Quelque chose s’en va, c’est le moyen de mettre en mot une perte, leurs ressentis » explique l’animatrice du stand, avant de poursuivre « en hébreu, en arabe, en français, il y a toutes les langues, c’est magnifique ».

    

Des valeurs de partages, de communions font de Rillieux une banlieue à laquelle il est facile de s’attacher. La commune se transforme donc afin de laisser petit à petit le projet, Velette-Balcons sermenaz, prendre vie.

« Qu’il n’y ai plus de frontières dans nos quartiers, sociales, urbaines, architecturales ».

Lors de son discours devant la foule venu en nombre, le maire de Rillieux, Alexandre Vincendet, a fait comprendre son envie d’harmonisation sociale et architecturale. Il est impératif « qu’il n’y aient plus de frontières dans nos quartiers, sociales, urbaines, architecturales. Le but est de créer la ville de demain […] nous avons ce potentiel à Rillieux. Nous avons cette histoire qui nous attend qui est devant nous. C’est une belle page que nous devons écrire ensemble car la rénovation urbaine est une belle aventure humaine ». Les hochements de tête et les applaudissements des Rilliards à la fin de ces quelques mots témoignent de la confiance et de l’envie de croire à un projet commun plein de promesses.

Le maire accompagné de Gerard Collomb, et des partenaires du projet urbain. Photographie : Dylan Munoz

Le maire de Rillieux avec les habitants. Photographie : Jean-François Marin

De nombreux habitants de la ville se sont déplacés en masse admirer l’implosion des vieilles tours de la Velette. C’est sans un décompte et à la surprise générale qu’elles se sont effondrés. Selon Alexandre Vincendet, « les rafales de vent étant trop importantes, l’implosion a dû être anticipée ». La déception a vite laissé place aux rires, qu’importe une page du livre se tourne, mais l’histoire, elle, continue.

 

Article écrit par : Dylan

Munoz

 

La rédaction

Crée en 2008, la rédaction du Lyon Bondy Blog s'applique à proposer une information locale différente et complémentaire des médias traditionnels.

Les derniers articles par La rédaction (tout voir)