La rentrée universitaire a déjà fait couler beaucoup d’encre à cause des problèmes liés à Parcoursup. Mais à Lyon, l’un des principaux problèmes, c’est le manque de logement. En marge du salon du logement à l’hôtel de ville, le Lyon Bondy Blog est allé à la rencontre des futurs étudiants en quête d’un d’un hébergement.

Mi-septembre, certains étudiants cherchent encore leur pied à terre à Lyon. Le Lyon Bondy Blog a donc rencontré plusieurs d’entre eux pour les interroger sur le manque de logement dans la métropole.

« 1 000 logements étudiants par an d’ici à 2020 »

En début de mandat (2014), Gérard Collomb avait annoncé la construction de 6 000 logements dans l’ensemble de la Métropole, 1 000 ont été livrés à ce jour. Interrogé par le Lyon Bondy Blog, Georges Képénekian (maire de Lyon) a réaffirmé la volonté de la mairie de mener à bien le plan sur le logement étudiants. « Nous allons travailler avec tous les maires de la Métropole, a-t-il déclaré, pour que Lyon reste attractif pour les étudiants, car il y a des diplômes et des universités reconnues à l’international. Notre objectif est de construire 1 000 logements étudiants par an d’ici à 2020 »

. Ce point reste le talon d’Achille de la Métropole. Selon les chiffres du Crous, cité par nos confrères du Parisien Étudiant, l’offre est cinq fois inférieure à la demande en logements étudiants. Lyon est la ville la plus attractive pour les étudiants selon le palmarès 2017 pour le journal L’Étudiant. Venu de Limoges, un jeune homme explique son choix d‘étudier à Lyon  : « Je suis venu ici car la ville est proche de tout, bien desservie par les transports. Le gros point noir reste le loyer ».

 

Des étudiants ont trouvé leur bonheur sur un stand du salon. Crédit photo : Hugo Dervissoglou / Lyon Bondy Blog

Des établissements attractifs mais peu impliqués

Sur les marches de l’Hôtel de ville, une future étudiante en droit social à Lyon II, originaire de Châlon-sur-Saône, témoigne de sa difficulté à trouver un appartement : « Je loge chez une amie mais je sais que ça ne peut pas durer. Je n’abandonnerai pas mes études, mais ça risque d’être compliqué de faire le trajet tous les jours ».

Arrivés à Lyon dans le cadre d’un séjour Erasmus, trois jeunes, originaires d’Italie, du Brésil et de Belgique, tentent par tous les moyens de trouver un appartement. Ils regrettent de ne pas être aidés par les grandes écoles. « Contrairement à ce qui se passe chez nous, nous ne sommes pas aidé par les établissements français, témoigne l’un d’eux. Les logements étudiants ne sont pas ouverts aux étrangers. Il n’y a pas assez de logements pour les étudiants à Vaulx-en-Velin ». Une des pistes à creuser pour la ville de Lyon serait le développement des logements intergénérationnels. Selon l’association « le Pari Solidaire », la demande est importante « aussi bien chez les personnes âgées qui ne veulent pas vivre seules, que les étudiants à la recherche de logements à petits prix ». La demande est en hausse, bien que marginale :  « Nous avons reçu une soixantaine de demandes pour former des binômes l’année dernière et c’est en progression », constate l’association. L’an dernier, Lyon a accueilli 159 997 étudiants, soit 30 000 de plus par rapport à l’année 2007.