Le premier tour des élections législatives a été sans grande surprise. À Lyon, le parti du président Emmanuel Macron à fait l’unanimité en offrant une majorité écrasante dans les 14 circonscriptions du Rhône.

 

Le 7 mai dernier, le fondateur du parti En Marche ! est élu par les Français, nouveau président de la République. Pour certains, cette élection a été portée par le vote utile pour faire barrage à la candidate du Front National. Pourtant, le premier tour des législatives a bel et bien montré que les Français croient au programme de l’ancien ministre de l’Economie.

 

Un raz-de-marée pour La République En Marche

 

Dans le département du Rhône, les Français ont voté massivement en faveur du parti d’Emmanuel Macron : « On s’attendait à un bon score mais pas à ce point-là », déclare Thomas Rudigoz, candidat pour La République En Marche qui affiche un score de 46.88 %.

Ce premier tour des législatives s’inscrit également dans les records : avec un taux d’abstention de 51.2 %, c’est la première fois sous la Ve République que tant de Français ne se déplacent pas aux urnes. Pour Rémi Zinck, candidat sortant du parti Europe Ecologie Les Verts (2e/4.49 %), ce sont les séquelles des présidentielles : « J’ai l’impression que le corps électoral est un peu anéanti par ces présidentielles. Il y a eu un premier tour important mais biaisé notamment parce que les débats ont beaucoup tourné autour de l’affaire Fillon, l’affaire Le Pen (…) les électeurs sont restés un peu anesthésiés ».

L’objectif des candidats de LREM est de donner une majorité au Président Macron, toutes circonscriptions confondues. Voulant incarner le renouvellement, nombreux sont les candidats LREM à ne pas avoir un grand parcours politique : Marion Croizeau (9e/36.02 %).

 

 

La douche froide pour le Front National

 Alors que le parti d’extrême droite prenait de l’ampleur en s’offrant une place au second tour des présidentielles, les législatives changent la donne. Le score du parti du Front National ne semble pas évoluer depuis 2012. Lors du premier tour des législatives, le FN se retrouve largement devancé par La République en Marche et l’alliance entre Les Républicains et l’UDI. 14 % est le nombre de voix que le parti a effectué, perdant alors 8 points depuis les élections présidentielles. Florian Philippot arrive tout de même à se placer en tête de sa circonscription de Forbach avec un point d’avance face au candidat de La République En Marche, Christophe Arend : 23.79 % contre 22 %. Dans le Rhône, Jean-Marie Nicolas, candidat de la 7e circonscription affiche un score de 11.41 %.

Du côté de Marseille, le candidat du parti de la France Insoumise, Jean-Luc Mélenchon arrive en tête et recueille 34.3 % des voix face à Corine Versini (22.7 %). Le leader de la France Insoumise n’a d’ailleurs pas hésité à avertir les Français sur la dangerosité du Front National : « Attention, dans vos décisions localement, à ne jamais permettre l’élection d’un député du Front National, car c’est à nous qu’il en coûte le plus ».

les candidats LREM à la préfecture du Rhône (crédit photo : Lucie Talon)

Découvrez les résultats du premier tour et les réactions des candidats :

1e circonscription :

Thomas Rudrigoz (LREM) 46.88 %

Elliott Aubin (LFI) 13.75 %

 

2e circonscription :

Hubert-Julien Laferrière (LREM) 39.12 %

Nathalie Perrin-Gilbert (GRAM) 18.04 %

 

3e circonscription :

Jean-Louis Tourraine (LREM) 42.84 %

Pascal Le Brun (LFI) 15.88 %

 

4e circonscription :

Anne Brugnera (LREM) 45.79 %

Dominique Nachury (LR) 22.01 %

 

5e circonscription :

Blandine Brocard (LREM) 45.8 %

Philippe Cochet (LR) 26.33 %

 

6e circonscription :

Bruno Bonnell (LREM) 36.69 %

Najat-Vallaud Belkacem (PS) 16.54 %

 

7e circonscription :

Anissa Khedher (LREM) 32.08 %

Alexandre Vincendet (LR) 21.81 %

 

8e circonscription :

Joëlle Terroir (LREM) 37.03 %

Patrice Verchère (LR) 32.1 %

 

9e circonscription :

Marion Croizeau (LREM) 36.02 %

Bernard Perrut (LR) 29.11 %

 

10e circonscription :

Thomas Gassilloud (LREM) 46.66 %

Sophie Cruz (LR) 19.4 %

 

11e circonscription :

Jean-Luc Fugit (LREM) 39.2 %

Georges Fenech (LR) 20.66 %

 

12e circonscription :

Cyrille Isaac-Sibille (MODem) 41.87 %

Jérôme Moroge (LR) 22.48 %

 

13e circonscription :

Danièle Cazarian (LREM) 33.99 %

Philippe Meunier (LR) 20.81 %

 

14e circonscription :

Yves Blein (LREM) 36 %

Damien Monchau (FN) 17.61 %

 

 

LREM

Thomas Rudrigoz, 1e circonscription : « J’étais très optimiste parce que je fais toujours confiance au terrain. Je parle de ma circonscription. Je ne pensais pas que ça se passerait comme ça pour l’ensemble du Rhône. Ça montre que nos concitoyens veulent donner une majorité forte à Emmanuel Macron et au gouvernement pour son programme.

Le second tour est assez inédit face à la France Insoumise. Je pense aussi que nos concitoyens de la première circonscription ne souhaitent pas d’une droite dure et conservatrice ».

Jean-Hubert Laferrière, 2e circonscription : « On annonçait une volonté des Français à donner une majorité à Emmanuel Macron.

Sa méthode a donné beaucoup d’enthousiasme (au parti). Il est allé à l’encontre de tous les Français. Il a vu que les Français ont une volonté d’instaurer le renouvellement, une volonté aussi de créer des projets en fonction des besoins du territoire ».

 

PS

Jules Joassard, 11e circonscription : « Nationalement, j’ai un score qui était mieux que celui de Benoît Hamon. Il faut garder un groupe à l’Assemblée. Et on sait l’importance d’un groupe pour la capacité à intervenir dans le débat public national. Pour reconstruire, c’est meilleur d’avoir un groupe que de ne pas en avoir. On savait que ça allait être dur. On va retrousser les manches et se mettre au travail ».

 

EELV

Rémi Zinck, 2e circonscription : « Un premier tour assez difficile dans cette circonscription pour les écologistes. On s’y attendait un peu parce qu’on avait beaucoup de concurrence avec beaucoup d’autres candidats qui se disent écologistes. Il y a aussi une bataille des maires d’arrondissement qui sont là depuis, pour certains, longtemps. C’était difficile pour moi qui n’ai jamais été un candidat seul. C’est un résultat décevant mais attendu.

Je pense qu’on était assez mobilisé. Le fait qu’on n’ait pas eu un candidat aux présidentielles a certainement joué. On manquait aussi un peu de notoriété, je n’étais peut-être pas assez connu ça joue sur le nombre de voix ».

Le parti va essayer de continuer de proposer des sujets en lien avec l’actualité, avec le réchauffement climatique. Pour nous, il y a surtout un temps de réflexion à avoir après ces élections ».

 

M100%

Eric Lafond, 3e circonscription : « C’est décevant mais en même temps, on est dans une configuration où la plupart des électeurs renoncent de voter parce qu’il faut donner une majorité présidentielle. C’est terrible parce que ce n’est pas la nature de la démocratie. Avoir un parti surpuissant, je ne suis pas sûr que ça donne plus de garanties à l’avenir. Il y a d’un côté, l’espérance des personnes qui se disent que ça va changer dont on voit bien sur Lyon que c’est une illusion car ce sont les mêmes qui reviennent au pouvoir et souvent, avec encore plus de pouvoir.

On a été un parti qui a complétement écarté des enveloppes préfectorales. C’est choquant et pas tolérable. C’est aussi très révélateur dont la façon fonctionne l’Etat aujourd’hui.

On est totalement censuré d’un point de vue médiatique ».