« En France, même si la plupart des enfants sont heureux à l’école, 10 % d’entre eux la considèrent comme un lieu de souffrance. » explique l’article Les droits de l’enfant du site Unicef. Le harcèlement se poursuit parfois en dehors du cadre scolaire et de nombreux enfants sont victimes de cyberharcèlement. Lors de la période du confinement l’association « Hugo ! » a signalé une augmentation de 43% de cas de cyberharcèlement scolaire.

 

Hugo Martinez est le président et le fondateur de l’association « Hugo ! », lui-même harcelé de la primaire jusqu’au lycée, il décide de fonder en janvier 2018 cette association qui lutte contre le harcèlement scolaire. Le but est de sensibiliser, accompagner, former et agir. Durant la période confinement, l’association a pris des mesures importantes. Du lundi au vendredi à 19 heures, l’association proposait sur son compte Facebook et Instagram des lives qui réunissaient des personnalités (artistes, thérapeutes, sportifs, experts), mais aussi parents et enfants. Tous s’exprimaient à propos du harcèlement, témoignaient et partageaient ses expériences. Cette initiative a permis d’aider, de sensibiliser et d’informer « 78 396 enfants et parents ». Ce dispositif exceptionnel a été rendu possible également grâce à une vingtaine de bénévoles qui ont permis de répondre à de nombreuses questions.

 

Les plateformes numériques luttent contre le harcèlement en ligne

Le confinement est fini, mais le harcèlement en ligne continue. C’est pour cette raison que les géants du web tels que Facebook, Google et Twitter tracent les commentaires haineux et les suppriment en moins de 24 heures grâce à la Loi Avia qui lutte contre le contenu haineux. Ce mercredi 20 mai, l’association de Hugo Martinez a encore été efficace. Lors d’une réunion en ligne, elle s’est exprimée sur la création de nouveaux dispositifs pour lutter contre le cyberharcèlement. Elle propose donc « la création d’un espace numérique unique où les enfants et leurs parents, victimes de cyberharcèlement, auraient la possibilité d’échanger avec un interlocuteur hybride. ». Mails elle ne s’arrête pas là, « Hugo ! » crée aussi « un organe de réflexion avec les plateformes, les acteurs de la société civile et le gouvernement afin de poursuivre les échanges et de rester en phase avec l’évolution permanente des technologies et des procédés de cyberharcèlement. »

L’association contribue à aider les jeunes et les parents à s’en sortir. Elle encadre aussi les harceleurs car ils ont eux-mêmes des complexes et des difficultés. Ils ont aussi des souffrances et doivent apprendre l’empathie.  Sensibiliser, accompagner, former et agir sont les mots-clés pour lutter contre toutes formes de violences et pour permettre aux enfants de s’épanouir.