Stéphane Bertin,tête de liste citoyenne “Agir pour Vaulx-en-Velin”, a accordé une interview au Lyon Bondy Blog. Le vaudais de naissance revient sur son engagement pour la ville, et les points phares de son programme.

Pour la première partie de l’interview, cliquez ici.

Concernant les transports à Vaulx-en-Velin, quel est le discours de votre liste “Agir pour Vaulx-en-Velin” ?

On a fait une enquête en 2017 auprès des habitants. Cette enquête a mené à une pétition pour avoir le tramway, on a récolté aujourd’hui 1500 signatures, principalement de gens habitant Vaulx-en-Velin Nord. Et puis, on leur a demandé s’ils avaient des idées. Et il s’avère qu’ils avaient de nombreuses idées pour le quotidien, des petites choses à améliorer. Par exemple, des demandes de bornes pour recharger son abonnement TCL à certains endroits, des arrêts de bus inutiles car personne n’y monte, etc… Donc on a fait une liste, qu’on a envoyés au président du Sytral, malheureusement elle ne nous a jamais répondu. On voudrait donc travailler sur l’aspect quotidien, sur les besoins des gens. Par exemple, le bus 37 s’arrêtait à la Part-Dieu avant, désormais il s’arrête à Charpennes. Cela force les gens à prendre le métro, à faire des changements, etc… C’est le genre de décisions sur lesquelles on souhaiterait revenir. Et évidemment, on a ce tramway qui n’est toujours pas là. On nous parle d’un tramway qui irait à la Doua. Mais concrètement, qui à Vaulx-en-Velin a besoin d’aller à la Doua ? Les gens veulent aller à Bonnevay, pour aller plus vite à Lyon ! On a aussi besoin de plus de transports pour aller rapidement dans l’Est : certains ont de la famille à Décines, à Meyzieu.

Parlons un peu des vélo’v, il y en a peu à Vaulx-en-Velin, qu’en dites-vous ?

C’est ce que je dis sur notre site internet où l’on publie un article par jour. Les stations de vélo’v, il nous en faudrait environ une dizaine, et il y en a deux : une à la mairie annexe, et une en centre ville, en face de la mairie. Ça ne suffit pas. Il en faudrait là où les gens vont utiliser le vélo, et là où il y a du monde. Il en faudrait donc au Carré de Soie, au village, au Mas, etc… Et encore une fois, on n’a pas demandé l’avis aux habitants. C’est ce que je déplore globalement dans le fonctionnement de notre commune, c’est qu’on ne demande pas assez l’avis aux Vaudais. Et pour les vélo’v, c’est le problème, nous n’avons pas questionné les habitants, nous ne leur avons pas demandé où est ce qu’ils ont besoin de bornes de vélo’v. On aurait dû demander au conseil de quartier “Mesdames, messieurs, où est ce que vous auriez besoin de stations vélo’v ?”. Le conseil métropolitain en a décidé autrement. On a une façon de faire la ville sans les gens, c’est étonnant.

Le prix de l’immobilier à Vaulx-en-Velin est en hausse, comme partout dans la région lyonnaise, comment fait-on pour se loger aujourd’hui à Vaulx ?

Je pense que l’on peut encore se loger à Vaulx-en-Velin. Je suis particulièrement étonné que tous les programmes neufs de logements soient habités. Donc on construit, et ça se rempli. J’étais l’autre jour dans un secteur de logements qui a ouvert, les gens y habitent depuis le mois de juin, et ils y sont tous depuis juin. Le bâtiment terminé, tous les logements étaient habités. Même au village, tous les logements récemment bâtis sont pleins. Il n’y a donc pas de problème pour vendre ou louer. Donc je ne pense pas qu’il y ait un réel problème de logement à Vaulx-en-Velin. Il y a quelques logements vacants chez les bailleurs sociaux, ce qui n’est pas du tout normal en revanche, quand on connait les demandes derrière et l’attente. Et il y a également des logements vacants municipaux, ça c’est un autre problème, et c’est une vraie question. Au début du mandat de 2014, on avait attiré l’attention sur ces logements vacants. C’est souvent des anciens logements d’instituteurs, ou de gardiens. On souhaitait, à l’époque, les donner à des associations qui savent s’occuper des gens et qui pourraient donc s’occuper de ça : installer les personnes dans le logement pendant 6 mois, un an. Car aujourd’hui, on se sert notamment des écoles lorsque l’on a besoin de logements d’urgence, mais cela bloque une salle de classe, ce n’est pas la meilleure solution en soit. Donc il y a des familles qui dorment dans des écoles alors qu’il existe, à côté, des logements municipaux libres. Évidemment, la ville ne peut pas loger tout le monde, mais quand il y a des logements vides, il faut les occuper.

Souhaitez-vous plus de logements sociaux à Vaulx-en-Velin ?

Nous en avons déjà beaucoup, et il n’y a aucune obligation d’en construire d’autres. Je pense que construire plus de logements sociaux, ce n’est pas une solution. Je pense que tout le monde est d’accord là-dessus, on ne peut pas encore faire évoluer ces 60% de logements sociaux. On va plutôt essayer de stabiliser ce taux. En revanche, il faut donner une priorité aux Vaudais qui vont voir leur logement détruit, notamment au Mas du Taureau, pour qu’ils retrouvent un logement social à Vaulx-en-Velin. Je ne comprends pas qu’on explique à des gens qu’ils doivent se loger ailleurs alors que des familles, des couples, viennent s’installer tous les jours à Vaulx.

Que faire pour l’attractivité de la ville ?

Vaulx-en-Velin a l’air attractive, notamment grâce au prix du mètre carré. On a beaucoup de gens qui viennent de Villeurbanne, beaucoup de locataires, qui ont décidé d’acheter à Vaulx-en-Velin, car c’est moins cher et pas si éloigné. En revanche, on manque cruellement de commerces. Pour attirer les gens, il faudrait également plus de transports rapides, en particulier dans le Nord, avec le tramway par exemple.

Comment peut-on aider les étudiants, notamment ceux en situation de grande précarité, et les familles les plus modestes ?

La fin de la précarité, ça passe déjà par une bonne éducation, donc par l’école. On souhaite notamment le développement des dispositifs “coup de pouce”, qui se pratiquent surtout en CP, CE1 et CE2, dans bon nombre d’écoles. A la fin de la journée, il y a des anciens, des personnes volontaires, qui viennent aider les enfants à lire et à écrire, de façon à ne pas les mettre dans un cercle d’échecs. Car si l’enfant ne sait pas bien lire et écrire, il n’y arrivera pas. Donc ça, c’est un premier point. On souhaite également créer une maison de l’emploi, où les choses soient toutes réunies sous le même toit, et où les choses sont simples. Il y aura à la fois Pôle emploi, des espaces de co-working, qu’on puisse faire venir des spécialistes, des gens qui fassent plus du coaching plutôt que de juste dire aux gens “va là-bas”. On veut aussi apporter des modifications à la mission locale. Ça parait incroyable que des jeunes qui souhaitent imprimer leur CV soient limités à trois copies. Concernant les logements étudiants, je pense qu’on en a suffisamment à Vaulx-en-Velin, je ne pense pas que ce soit un manque. La collocation fonctionne bien aussi. Mais le secret réside dans l’éducation, à la base, il ne faut pas mettre les jeunes en échec scolaire.

 

Accédez à la dernière question filmée  en cliquant sur le logo !