Toujours dans le registre de la nationalité française, voici comment certains découvrent qu’ils peuvent devenir français grâce à leur arbre généalogique.

france_t

Souvent je me pose cette question. : quelle est la différence entre moi et mon cousin que je côtoie chaque été de l’autre coté de la méditerranée. Vous allez me dire, je suis français, pas lui…Nos ancêtres communs ont pourtant contribué fermement au développement de la France et à sa liberté lors des deux grandes guerres. Pourquoi serai-je plus français que lui… ? Cette date limite de 1962 a-t-elle vraiment un sens… ?

J’ai obtenu des éléments de réponse cet été pendant mon voyage en Algérie. Mon cousin algérois me présente un ami à lui, Hakim. Ne parlant pas bien le chââbi algérois je suis plutôt à l’écart dans la discussion. Puis Hakim m’interpelle dans un français très correct en me demandant d’où je viens et je lui réponds de Lyon. Il m’informe qu’il connait bien  cette ville mais qu’il préfére Paris et qu’il doit y retourner bientôt.

Là-dessus je rebondis sur les difficultés à obtenir des visas…Il réagit presque étonné par ma question. : « Un visa ? Quel visa, j’ai la nationalité française… »  Je cherche à comprendre, je lui demande s’il est né en France. “A Alger” me répond-il,  et plus précisément à deux pas du quartier où nous nous trouvons, et il ajoute que la première fois qu’il a mis les pieds en France il avait plus de 30 ans !…Là je suis perdu…

En fait, Hakim est français par filiation…Son grand-père, était en prison juste après 1962, et à sa sortie vers 1965, il est retourné en Algérie mais en conservant toujours sa nationalité française. Restant discret à ce sujet jusqu’à sa mort, la famille ne le sut que tardivement. Mais un simple recours au consulat de France permit à toute la famille de devenir française!

J’apprends que la France ne l’attire pas beaucoup, il a vécu à Paris durant 9 mois mais est retourné à Alger. Il trouve la vie en Algérie plus facile mais le passeport français lui donne une plus grande liberté pour voyager. Hakim m’explique alors qu’il connaît beaucoup de gens  détenant la preuve  de la nationalité française d’un de leurs aïeux : ils seraient donc des dizaines de milliers d’algériens à pouvoir solliciter la nationalité française.

 

A mon retour en France, mes quelques recherches m’apprennent que les gouvernements français et algérien éviteraient de communiquer sur ce phénomène croissant. L’histoire entre la France et l’Algérie est loin de se terminer.

Auteur : Nabil Merad

La rédaction

Crée en 2008, la rédaction du Lyon Bondy Blog s'applique à proposer une information locale différente et complémentaire des médias traditionnels.